PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Nous tenons à remercier toutes les militants et tous les militants qui se sont mis en quatre pour réussir ces deux initiatives qui se tenaient samedi 2 septembre dans la ville de Pierre Bénite plus exactement sur l'esplanade de Haute Roche à l'initiative du Parti Communiste.

Nous remercions tous les participants qui n'ont pas hésité à braver le vent du nord, le froid et les averses pour dire NON à la politique de Macron et ensuite pousser la petite boule vers le cochonnet.

Malgré ces conditions, nous n'avons pas baisser les bras, ni renoncer et nous avons eu bien raison !

Au rassemblement, Jean Chambon, secrétaire de section de Pierre Bénite, est intervenu (Voir ci-dessous).

Nous regrettons encore une fois, que le journal local le Progrès ait été absent, ignorant notre parti et ses initiatives. Par contre il semblait être présent à la réunion de Wauquiez (Les Républicains) qui se tenait le même jour, dans la même ville, dans un autre lieu. Le Progrès choisit toujours les ultra libéraux contre les progressistes. Il n'a donc pas manqué, une fois encore, d'être fidèle à ses valeurs !

Nous nous en souviendrons! Les pierre-bénitains aussi qui n'acceptent pas que l'amalgame soit fait entre cette droite réactionnaire dont est le premier Ministre, et la population de leur ville qui a toujours porté des valeurs de progrès, de solidarité, d'unité et de liberté, à l'opposé de celles de cette droite.

****

PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !
PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !
PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !
PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !
PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !
PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !
PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !
PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !
PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !
PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !
PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !
PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !
PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !
PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !
PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !
PCF Pierre Bénite : rassemblement et concours de pétanque réussis ce samedi !

 

Intervention de Jean Chambon au rassemblement du 2 septembre à Pierre Bénite

 

Chers amis,

Il y a quelques jours, nous souhaitions un peu de fraîcheur, aujourd'hui nous souhaitons tous un peu de chaleur tant les éléments naturels ont décidé de nous contrarier en se faisant complices de Macron et du Medef.

Et bien nous ne renoncerons pas, nous tenons notre rassemblement et cet après midi notre concours de pétanque aura bien lieu !

Après des semaines de cache-cache, le gouvernement a rendu publiques ses ordonnances. Ce qui filtrait était très inquiétant, la réalité est terrible pour les salariés, les jeunes, les précaires.

Les 150 pages des ordonnances mettent le code du travail en lambeaux. Il est remplacé par le cahier revendicatif du MEDEF et de la finance. Ils ont obtenu de Macron et de gouvernement, ce qu’ils rêvaient depuis plus de 20 ans, pour renforcer l’exploitation capitaliste et la domination du néo-libéralisme qui rythme la mondialisation, fait 99% de victimes pour 1% de gagnants !

Macron est bien l’homme de la finance qui dirige les affaires du pays et dicte le chemin à suivre. Avec les ordonnances le masque est tombé :  Macron c’est pire que Fillon et Thatcher !

Les communistes appellent à une rentrée sociale de combat et de construction d’un rassemblement très large pour mettre en échec les projets Macron y compris ceux en matière d’école, de logement, de services publics, de protection sociale et pour une alternative radicale.

Tel est l’enjeu de notre initiative et celui de la journée d’action du 12 septembre. Nous devons mettre en échec ces ordonnances.

A la lecture des textes, qui pour certains nous ramènent  parfois plus d’un siècle en arrière, une question se pose, comment des députés ont-ils pu donner leur blanc seing à une loi d’habilitation sans connaître le contenu des ordonnances. Comment ces députés ont-ils pu accepter de dessaisir la représentation nationale. C’est un déni de souve­raineté inacceptable sur un sujet aussi majeur que le code du travail.

Fallait-il que le diable se cache dans ces textes pour que le gouvernement jusqu'au bout le cache. 

Les nouvelles dispositions accentuent l’inversion de la hiérarchie des normes. La primauté est donné à l’accord d’entreprise, même moins favorable, sur l’accord de branche et va s’appliquer dans la plupart des domaines comme les primes, les indemnités diverses, les congés de maternité, etc.

La primauté de l’accord de branche sur la loi va s’élargir considérablement (ex : durée et renouvellement des CDD, contrats de chantiers). Cela aura pour effet l’amplification du dumping social, en accentuant la mise en concurrence des PME et de leurs salariés. Cela va aggraver l’insécurité sociale des sous-traitants toujours plus aux ordres des donneurs d’ordres.

Les IRP sont affaiblis, des référendums bidon vont légaliser le chantage patronal, le CHSCT disparaît et la baisse des indemnités prud’homales va encourager les patrons à violer ce qu’il reste de la loi et à décourager les travailleurs d’avoir recours à la justice. C’est aussi la disparition du Délégué Syndical dans les PME qui était le seul à pouvoir négocier au nom d’une organisation syndicale. Ce droit disparaît et le salarié sera seul face à son patron !

La cerise sur le gâteau c’est l’invention des ruptures conventionnelles collectives qui court-circuitent les Plan de Sauvegarde de l’Emploi et ses obligations légales, laissant le salarié seul sans défense, un pistolet sur la tempe face à son patron qui voudra le chasser. Le patronat vient d’obtenir ainsi le « droit » d’acheter la suppression d’emploi en monnayant le consentement de la victime. Cela ressemble au droit de polluer que certains ont acquis à grands coups de milliards !

Avec ces dispositions, le capital aggravera ainsi l’exploitation, affaiblira les moyens de défense des salariés et pourra amplifier la rotation amplifiée et accélé­rée du salariat entre emploi précaire et chômage.

Ce système inhumain nécessite de lever tous les obstacles à la liberté de licencier du patronat afin que celui-ci puisse choisir quand il le voudra et à ses conditions, la main d’œuvre la plus qualifiée possible qu’il utilisera pendant le temps qu’il déci­dera seul, avant de la renvoyer à la case chômage.

Avec ces ordonnances, c’est l’insécurité généralisée, c’est l’incertitude du lendemain, c’est la précarité salariale et de situation qui devient le mode de vie, c’est une épée de Damoclès sur chaque tête, c’est un acte politique plein d’inhumanité, chargé d’inégalités et d’injustices.

Nous ne pouvons pas les laisser faire !

Nous, nous voulons une révolution du travail et de l’emploi, un vrai service public de l’emploi, le droit à la formation tout au long de sa vie, le libre choix de son orientation professionnelle.

La réponse moderne à la crise du travail, au chômage et à la précarité n’est pas de rajouter du chômage et de la précarité. C’est de changer la logique mortifère actuelle.

C’est d’instaurer une véritable sécurité d’emploi et de formation. C’est à dire une rotation vertueuse entre emploi durable avec un CDI sécurisé et le droit à la formation tout au long de sa vie avec la garantie d’avoir un revenu de formation égal au salaire et d’un retour à l’emploi en CDI.. Couplé au 32 heures ce système moderne permet­trait d’éradiquer le chômage.

C’est possible à condition de ne pas avoir les yeux rivés sur la rentabilité financière, contre les hommes et les femmes au travail. Cela est possible si les êtres humains au travail et dans la vie deviennent la priorité des politiques publiques et de la gestion des entreprises. C’est de cette manière que nous pourrons conquérir un travail épanouissant, utile à soi-même et à toute la société.

70 ans après, c’est la même ambition qu’affichait Ambroise Croizat lors de la création de la Sécurité Sociale qu’il considérait comme un enjeu de civilisation. Il nous semble que le temps est venu de porter dans les conditions d’aujourd’hui, cette ambition de civilisation, de la même manière qu’il est devenu indissociable de penser le développement humain avec la protection de l’environnement.

En défendant le code du travail nous ne sommes pas le dos au mur, nous ne limitons pas notre action à la résistance. Les communistes savent ce qu’ils ne veulent pas, pourquoi ils ne le veulent pas et le combattent, tout comme ils savent ce qu’ils veulent et pourquoi ils le veu­lent. Ce sont les être humains, l’intérêt général, la démocratie, qui sont leurs seules motivations et font qu’ils sont communistes

C’est avec détermination que nous engageons la bataille. Dans la semaine, nous serons à l’initiative en organisant dans tout le pays des rassemblements comme le notre aujourd’hui.

Nous mènerons un travail de révélation et de clarification sur les dangers contenus dans les ordonnances. Une carte-pétition et une adresse de nos parle­mentaires aideront à mener ce travail.

Après le 12 septembre, suivra la Fête de l’Humanité des 15/16 et 17 septembre à La Courneuve. Elle sera un rendez-vous des mobilisations, de la jeunesse, du monde culturel et permettra des convergences entre les ac­teurs du mouvement social.

Nous répondrons ensuite présents au rendez-vous que fixeront les syndicats et encou­ragerons tous les processus unitaires à même de porter plus le loin possible une levée en masse, seule capable d’empêcher la ratification des ordonnances.

Dans le calendrier notons le 26 septembre l’action unitaire des retraités contre la C.S.G et pour le relèvement des pensions.

Telles sont les priorités de cette rentrée sociale. La rentrée scolaire, la dé­fense du service public d’éducation, de la laïcité et ses emplois seront aussi au cœur des mobilisations.

Chaque question quotidienne devient un choix de civilisation. Refuser d’y répondre de façon progressiste, c’est accepter la concurrence jusqu’à la guerre, la domination des plus forts, les reculs sociaux, la destruction de la planète. C’est faire le choix d’aggraver la crise systémique avec le risque imminent d’un krach financier terrible sur lequel les économistes alertent. Et pourtant les gouvernements libéraux et les institutions européennes continuent de faire la sourde oreille.

La crise systémique du mode de production capitaliste à l’échelle mondialisé fait courir à la planète et à l’humanité des dangers inégalés menaçant les sociétés et l’avenir des générations futures. La question d’un changement profond de société et de modèle est concrètement posée à notre peuple et à ceux du monde entier. Elle est à l’ordre du jour comme jamais.

Oui notre siècle peut être celui du dépassement progressif du système capitaliste et de ses logiques archaïques et destructrices. L’utilité des communistes est d’amplifier le combat avec les salariés et les citoyens pour transformer cette possibilité en réalité.

Il s’agit de changer les logiques préda­trices actuelles par de nouvelles logiques de progrès, de partage, de coopération, de solidarité et de liberté contre l’exploitation et les dominations. C’est tout cela que nous appelons le communisme du 21ème siècle.

Je vous invite à participer à ce combat pour l’émancipation humaine, chez nous et dans le monde, et à rejoindre pour le mener le seul parti ayant les capacités théoriques et pratiques pour le faire.

Je vous remercie de votre écoute. Bon apéro, bon casse croûte et bonne pétanque aux amoureux du petit bouchon !

 

Publié dans Pierre Bénite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article