Saintes. Fermeture du technicentre. Un saccage industriel et humain

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Saintes. Fermeture du technicentre. Un saccage industriel et humain

La décision était attendue. Le colère est immense, à la hauteur de la violence de la décision. Le croque-mort Guillaume Pépy a même fait le déplacement. Dans ses valises toujours le même poison, celui qui mêle restructurations et suppressions d'emplois.

Hier d'un trait de plume la direction de la SNCF a fait basculer dans l'abîme 140 vies. Une pure folie !

Des hommes et des femmes sacrifiés au nom des exigences de réductions des coûts prônées par Guillaume Pépy. Partout où tombe le couperet des suppressions d'emplois la question de la dette n'est jamais bien loin. Quelle injustice au regard de l'historique de cette dette ! C'est une dette d'État, point final !

Pour Saintes, c'est une véritable mise à mort de son bassin industriel et de vie. 140 personnes c'est 140 familles, des enfants qui occupent les écoles locales, des familles qui dynamisent le territoire, font vivre les commerces de proximité .. Cette décision est irrespirable !

Pourtant d'autres solutions existent. Alors que le motif invoqué pour justifier les suppressions de postes est celui de la baisse de la charge de la maintenance du matériel corail, pourquoi ne pas relancer les trains de nuit ? Pourquoi ne pas remettre sur les rails les nombreuses transversales qui peuvent exister en France ? Ainsi la SNCF assurerait sa mission de desservir l'ensemble du territoire national tout en pérennisant le technicentre de Saintes. Donc oui des pistes existent, il suffit d'avoir la volonté politique de le mettre en place.

J'ai rencontré la semaine dernière, avec une délégation de Convergence Nationale Rail, Hubert Wulfranc, député PCF, pour justement évoquer la question des trains de nuit, et la lier plus largement à l'avenir du service public ferroviaire en France. La bataille est immense, mais elle sera aussi le reflet de la société dans laquelle nous voulons vivre.

J'ai aujourd'hui une pensée pour ces femmes et ces hommes qui voient leur avenir bousculer, des hommes et des femmes inquiets et en colère. Au nom du PCF, je leur adresse toute ma solidarité et mon amitié. Nous serons à côté de vous dans le combat que vous menez. Un combat juste et légitime.

Il faut en finir avec le saccage du service public ferroviaire.

Thomas Portes.

Responsable national de la Bataille du Rail pour le Parti communiste Français.

Publié dans Luttes sociales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article