Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Garzón rejette l’indépendance catalane et appelle à travailler pour une République fédérale

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Alberto Garzon

Alberto Garzon

Le coordinateur général de la Gauche Unie (IU), Alberto Garzón rejette la déclaration d’indépendance de la Catalogne en considérant qu’elle s’inscrit  « en dehors de la moitié de la population » et que « elle approfondit les défauts de la feuille de route » des séparatistes, et IU veut travailler pour un amendement constitutionnel qui permette de proclamer une République fédérale en Espagne pour reconnaître la plurinationalité et de permettre le droit à l’autodétermination – détermination pour les Catalans.

Garzón explique cela dans le projet de résolution politique sur la Catalogne qui sera discuté et voté samedi à l’Assemblée politique et sociale de l’UI, le corps de formation le plus élevé. 

Bien entendu, le texte n’est pas encore définitif et peut faire l’objet de modifications.

La déclaration commence par réitérer le rejet frontal de UI à l’application de l’article 155 de la Constitution, qui, à son avis « est disproportionnée et est une mesure anti – démocratique » , il est « un abus des pouvoirs du gouvernement auquel il convient de  mettre fin», et rétablir la légalité constitutionnelle.

Il ajoute « qu’il ne faut pas » augmenter la tension en Catalogne et en Espagne il y a là une persistance dans une grave erreur politique qui renforce aussi les positions intransigeantes ».

Mais elle rejette aussi la déclaration unilatérale d’indépendance, car elle soutient que la mobilisation du 1er Octobre n’est pas légitime et elle se développe « en dehors de la moitié de la population catalane, dénonçant encore le manque de contenu social et de régénération démocratique Junts route Oui et CUP « .

« Bloc réactionnaire et monarchiste »

Selon lui, le PP, le PSOE et les citoyens ont formé un "bloc monarchiste réactionnaire" à la recherche d’une "solution réformiste et autoritaire" basée sur "la police, la répression judiciaire et administrative » qui conduirait à « moins de démocratie et plus de centralisme " .

Dans ce bloc, il inclut le roi, qu’il accuse de jouer un «rôle partisan non neutre» pour «attiser encore plus les esprits du nationalisme espagnol», qui à son avis "compromet nécessairement l’avenir de la monarchie en Espagne en tant que bloc réactionnaire et monarchique" .

Ainsi, Garzon estime que ni le « bloc monarchiste réactionnaire » ni l’indépendantisme ne sont utiles pour fournir des solutions, et il soutient, comme « la meilleure solution » un processus constitutionnel qui inclut « un renouveau républicain et une Constitution fédérale » qui reconnaisse le droit à l’autodétermination des peuples.

« Il ne faut pas ignorer que 80% de la société catalane a manifesté son intérêt pour l’exercice du droit de décider » et comprend donc que « le seul moyen de résoudre le conflit politique actuel passe par un processus de dialogue et de négociation », qui garantisse l’exercice du droit de décider et d’incorporer comme un mécanisme démocratique un référendum, qui facilite la participation massive de la société catalane à l’expression possible des différentes options et qui implique un débat sérieux et profond sur le modèle de l’Etat.

Médiation internationale

Pour ce faire, Garzón admet maintenant que « il est possible que la médiation nationale ou internationale pour permettre aux moyens politiques pour résoudre les acteurs du conflit est nécessaire » et elle est justifié par « la réaction du bloc réactionnaire et monarchiste ».

Dans tous les cas, il faut une partie reconnaissant l’autodétermination dans la réforme constitutionnelle. "Nous défendons le droit de décider de Catalunya comme une question démocratique dans notre proposition d’une Espagne plurinationale. Elle doit se terminer par le début d’une nouvelle étape pour l’Espagne marquée par le respect de la plurinationalité et la garantie du respect des droits de l’homme. "

A cette fin,  UI propose de lancer une campagne pour promouvoir en Espagne un débat sur le nouveau cadre constitutionnel: « Nous exposerons notre proposition de l’Espagne républicaine et fédérale à toutes les parties du pays, en impliquant toutes les parties prenantes de partager ces projets et en veillant à ce que le résultat final soit un projet de Constitution fédérale largement débattu et discuté », a-t-il déclaré.

Enfin, la résolution « condamne fermement la répression policière appliquée par le gouvernement du PP » et rejette la « peine de prison ferme » des responsables de l’ANC et omnium « avec accusation injustifiée de la sédition et un tribunal non – compétent . »

Sources le blog de Danielle Bleitrach

Madrid

Communiqué du 27 octobre 2017

Publié dans Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article