Mobilisation des communistes du département du Rhône et de la Métropole de Lyon sur les enjeux de santé

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Mobilisation des communistes du département du Rhône et de la Métropole de Lyon sur les enjeux de santé
Mobilisation des communistes du département du Rhône et de la Métropole de Lyon sur les enjeux de santé
Mobilisation des communistes du département du Rhône et de la Métropole de Lyon sur les enjeux de santé

Suite à l'annulation de la commission santé de la fédération du Rhône du PCF alors que se discutaient à, l'Assemblée le PLFSS 2018 avec ses orientations d'austérité, de casse du secteur public de santé et de remise en cause de la Sécurité Sociale avec comme première étape la fiscalisation de son financement et le transfert des cotisations sociales vers la CSG, je décidais de m'adressser aux secrétaires de section et à la fédération pour qu'une réunion se tienne rapidement sur ces enjeux considérables.

Ma motivation était d'autant plus forte qu'un certain nombre de luttes ont lieu dans le secteur de la santé, que les HCL et l'Agence Régionale de Santé constituent les bras armés d'une politique réactionnaire et régressive dans la région AURA et sur la métropole de Lyon.

Restructurations multiples et suppressions de lits hospitaliers, financiarisation et privatisations rampantes avec les mutuelles privées, recul social avec le gel du point d'indice pour les salariés de la fonction publique hospitalière, dégradation des conditions de travail et du lien patients-agents hospitaliers, remise encause de l'accès aux soins, sont le lot quotidien à la fois des populations et des agents qui produisent un travail remarquable dans des conditions devenues insupportables sous l'effet de l'austérité, du sous emploi et de la précarisation qui voit se multiplier les faisants-fonction..

Une réunion politique sur la santé rassemblant les sections, les communistes de la santé, les élus-es et les syndicalistes était donc un acte pertinent, urgent et utile d'autant que notre parti dispose d'une commission nationale santé qui travaille, produit des analyses et des propositions claires, crédibles qui répondent à l'immédiat et sur le long terme tant aux enjeux qu' aux besoins des personnels, des populations et de notre système de santé.

Autant d'outils politiques dont les communistes ont besoin pour mener la bataille idéologique, élever les consciences et nourrir les luttes pour qu'elles rassemblent largement, débouchent sur des avancées et se coordonnent sur un fond élevé et solide pour constituer un rapport des forces apte à mettre en échec tout ou partie de la politique de Macron et du gouvernement.

Cette réunion a donc finalement eu le lieu le mardi 24 octobre au siège de la fédération du PCF à Lyon.

Je note d'entrée que c'est un succès important avec la présence de 22 participants. Personnellement, jamais je n'ai vu autant de camarades, d'horizons aussi divers et complémentaires plancher sur la santé tout une soirée.

Il y a là un potentiel que nous serions irresponsables de négliger. Si on résume, il y a avait 5 secrétaires de section, 7 membres du CD, des syndicalistes, un administrateur de centre de santé, deux salariés de labos médical, quatre salariés du secteur médical, une militante de sanofi (médicament) 5 élus, etc...

Comme me l'a confié un camarade, après la réunion, cette participation et cette base de travail feraient palir d'envie un bon nombre de fédérations.

Un tour de table a d'abord eu lieu. Il a permis à chacune et chacun des participants de se présenter et de témoigner. Cela fut d'une richesse considérable permettant de faire le lien entre enjeux locaux et enjeux nationaux et régionaux d'une part et entre luttes locales et mobilisations nationales d'autre part,

Ensuite, Jean Claude Vaslet communiste et expert CHSCT plus spécialisé sur la santé nous a présentés un Power Point rappelant et précisant les enjeux tant nationaux que régionaux avec le Programme Santé Régional (AURA) actuellement en cours d'élaboration dans le plus grand secret avec ses déclinaisons départementales où les HCL encore présidés par le ministre Collomb, jouent un rôle de premier plan dans la mise en oeuvre.des orientations gouvernementales présentées par la ministre de la santé Mme Buzin. (voir le Pwer Point en pièce jointe)

Un échange riche suivit sur les réalités vécues et sur la demande d'intervention communiste qu'elle soit locale ou départementale. Le débat buta comme souvent sur l'évaluation du rapport des forces, des nécessités pour le faire grandir et dépasser les obstacles et sur les possibles avec souvent la tendance à penser à la place des premiers concernés.

De multiples propositions furent faites notamment le besoin d'un positionnement communiste sur les enjeux de fond et nos propositions, et qui soit un repère précieux pour les communistes du département, leurs organisations et les communistes élus-es, pour mener leur activité politique en direction des personnels de santé et les citoyens dont la santé est une préoccupation majeure. La décision d'un tract départemental a été arrêté comme proposition au Conseil Départemental de la fédération.

Fut également mise en débat la proposition de tenir dans les 3 mois des Etats Généraux de la Santé sur le département du Rhône. Ils seraient à construire avec les politiques, les élus-es, les syndicalistes, les professionnels de la santé, les citoyens salariés et patients. Des Etats Généraux qui pourraient être lancés par un "appel" rassembleur portant sur le refus de la politique actuelle en matière de santé et sur les propositions à faire vivre dans les luttes, les diverses institutions (Conseils Municipaux, Métropole, Région) et dans les établissements par les divers syndicats et ssociations qui y sont présents.

Enfin moi-même j'ai avancé l'idée que derrière l'intervention écrite auprès du ministre chargé des handicapés, du député communiste Fabien Roussel sur l'hôpital Henry Gabrielle, il serait pertinent de construire, avec le comité de soutien "pour que vive Henry Gagrielle à Saint Genis Laval" et les militants concernés, un débat public sur place avec la participation de notre député. Cela donnerait une suite concrète au rassemblement réussi et organisé en ce début de mois avec nos camarades de Garges les Gonnesses et la venue de Prudhomme.

Comme le précisait un participant, il s'agit de réapprendre à faire ce qui nous ne faisons plus depuis plusieurs années et qui "marche" quand il y a clarté sur les enjeux, sur l'analyse des contradictions, sur nos propositions et surtout l'envie de faire afin de bien coller aux préoccupations et de répondre à la forte attente que nous ressentons à notre endroit.

Des camarades ont fait état de victoires comme sur le Centre de Santé Benoît Frachon où pour la seconde année nous réussissons, avec les patients, notre intervention et celle de notre administrateur, à faire reculer l'ARS qui ne voulait plus participer au financement de la consultation psychanalytique. Ce sont près de 50 000 euros qui sont arrachés et qui n'iront pas gonfler les porte-feuilles des financiers.

Un participant de Villeurbanne a proposé de pousser la question du "Médipôle" localement à Villeurbanne, en lien avec la proposition d'un centre de santé. Cela peut mobiliser sur son territoire, il est persuadé qu'il faut fixer la barre haute avec une initiative de nature à infléchir les orientations de l'ARS, sans cela, les "petites victoires" s'éloigneront et le rassemblement avec. 

Sa suggestion est de prendre comme base de travail l'étude de Jean Claude Vaslet à affiner dans les semaines et les mois à venir. Ainsi nous serions réellement utiles et nous décloisonnerions les luttes locales, en allant vers cette dimension globale et solidaire indispensable. Enfin, il nous faut lutter pied à pied avec l'espace de référence du capital : la métropole, la Région.

Des camarades qui militent sur la question de la dette se sont dit très intéressés de rencontrer les syndicats qui possèdent des éléments de connaissance sur la structure de la dette des HCL dont une partie des prêts pourrait être "toxique" nourrisant les banques et marchés financiers sur le dos des patients et de la Sécu.

Je ne développe pas plus ici au risque d'affadir la richesse de l'échange. Avec cette initiative réussie, on dispose de tous les ingrédients pour faire vivre les initiatives nationales (les assises du progrès social) décidées par le dernier Conseil national. Des états généraux de la santé en janvier ou février laisseraient un délai acceptable pour les réussir.

D'ici là, il ne faut rien lâcher. La commission santé a les outils politiques pour travailler et produire. Il en est de même pour pour nos élus-es qui tenaient samedi une journée de formation avec le CIDEFE sur ces mêmes questions de santé avec la participation des membres de la commission santé dont son animateur national Fabien Cohen.

Tracts, conférences de presse, expression des élus-es, diffusion aux portes des éablissements, journaux communistes locaux, débats publics avec des élus nationaux ou régionaux, contacts et liens avec les syndicalistes départementaux et locaux et le monde associatif, il y a là du travail concret pour tout le monde tant au plan local que départemental et régional.

Il me semble que le cap fixé est le bon, il faut maintenant le faire partager largement, se l'appropier individuellement et collectivement, le faire vivre, entrainer, dynamiser et surtout faire, faire et encore faire !

Cela m'amène à affirmer, que nous devons laisser les défaitistes de tout poil avec leurs contradictions et combattre ceux qui veulent "effacer" l'intervention nécessaire de notre parti.

L'essentiel est qu'il n'empèchent pas de travailler ceux qui veulent travailler comme le demandait fort justement Anne Sabourin dans une de ses interventions à un Conseil National de notre parti.

Jean Chambon

Membre du conseil départemental de la fédération du Rhône

 

Publié dans Rhône

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article