Les médias obligés de parler du mouvement social qui touche l'ensemble des hôpitaux du pays !

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

C'est un service public au bord de l'épuisement. Urgences engorgées, personnels fatigués : les hôpitaux souffrent, les conflits sociaux explosent.

Ces derniers jours, la révolte s'est étendue dans les hôpitaux relayé par les réseaux sociaux à travers le hashtag "#BalanceTonHosto". À Auch, dans le Gers, les médecins urgentistes font grève pour la première fois : pas assez nombreux, ils devront refuser des patients, les temps d'attente dépassent parfois la dizaine d'heures. Certains médecins travaillent parfois jusqu'à 90 heures par semaine.

Les médecins d'Auch ont également dû renoncer à assurer le SAMU de Condom, à 45 kilomètres de là. L'ambulance ne sort plus la nuit ni même certaines journées quand aucun médecin local ne peut prendre le relais.

La liste est longue des hôpitaux où les luttes se développent et ce dans toutes les régions.

La liste des problèmes est longue

La liste des maux de l'hôpital est longue : manque de médecin, austérité budgétaire imposée... qui conduit à la fermeture de lits et aux réductions d'effectifs.

À Dôle, dans le Jura, 10 postes ont été supprimés, plusieurs services ont fusionné. Pour le personnel médical, cela signifie une nouvelle charge de travail.

Logique comptable contre qualité des soins, ou dit autrement logique de rentabilité contre logique de l'intérêt général, l'arbitrage est difficile pour les directeurs d'établissements sous la coupe de la ministre et des choix imposés par Macron qui amplifie la politique de ses prédécesseurs.

La ministre de la Santé promet désormais une réforme "urgente". Elle espère dénouer ainsi le mouvement, mais elle n'est pas crédible car dans le concret elle exige la mise en oeuvre des dispositions prises avec le budget austéritaire de 2018 qui réduit les moyens aux hôpitaux publics !

Comme sa collègue la ministre de la justice, elle est disqualifiée pour discuter et négocier car elle n'a pas les moyens pour répondre aux exigences urgentes des personnels hospitaliers, des patients et des français qui sont solidaires.

Il faut encore pousser, pousser plus fort et plus nombreux ! On va s'y employer dans les jours à venir !

Publié dans Luttes sociales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article