Hôpital public et EHPAD, un plan d'urgence tout de suite ! Pas dans trois mois.

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

image de lutte à Clamecy dans la Nièvre

image de lutte à Clamecy dans la Nièvre

L'appel d'urgence pour les Hôpitaux a été déjà signé par plus de 5000 personnes ! Preuve de l'inquiétude, de la colère face à des choix politiques désastreux.

Hier, la presse a relayé la décision de 40 Maires de la Nièvre, qui s'apprêtent à démissionner en signe de protestation face à la fermeture des urgences de nuit de Clamecy.

Ici, comme partout sur le territoire, les politiques de santé se font sur une logique comptable qui ne tient pas compte des besoins humains et sans concertation réelle avec les élu-e-s locaux.

Plus que jamais, il est urgent que le gouvernement revoit sa copie sur la santé publique en débloquant de nouveaux financements et en faisant vivre la démocratie sanitaire. Sa politique met en danger nos populations et nos territoires. Il est possible de suite que la représentation à l'Assemblée Nationale débatte d'un plan d'urgencecomprenant l'embauche de 100 000 soignants dans les hôpitaux publics et 25 000 dans les EHPAD et un financement de 5 milliards d'€. L'argent existe c'est une question de choix politique, soit la santé de tous soit la spéculation et la mort de l'hôpital public !

Nous appelons à une véritable prise de conscience de la part des parlementaires qui ont voté les budgets d'austérité lors des Projets de Loi de Finance de la Nation et et de la Sécurité Sociale au titre de l'année 2018. Ils nous entrainent vers la catastrophe !

Devant le conflit social en cours, le gouvernement doit assumer ses responsabilités et cesser de manoeuvrer pour gagner du temps et tenter de pourrir le mouvement en disant aux hospitaliers d'attendre trois mois pour avoir peut-être des réponses concrètes.

Personne n'est dupe ! Nous affirmons que c'est tout de suite qu'il faut un plan d'urgence et pas dans trois mois !. Il est urgent de réagir, de se mobiliser, d'élargir le mouvement en cours et notamment le 15 mars jour de la journée nationale des EHPAD.

Continuons ensemble à dénoncer les fermetures, les restructurations, le manque de médecins, continuons ensemble à relayer cet appel et à le faire signer massivement pour que le Gouvernement arrête sa casse de l'hôpital public et décide de porter immédiatement à l'Asemblée nationale un véritable plan d'urgence.

Publié dans Politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article