A Paris, le coup de semonce des fonctionnaires

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

A Paris, le coup de semonce des fonctionnaires
A Paris, le coup de semonce des fonctionnaires
A Paris, le coup de semonce des fonctionnaires

Hospitaliers, enseignants, territoriaux Les agents de la fonction publique se sont mobilisés massivement. En tête du cortège parisien, les dirigeants des confédérations syndicales ont marché côte à côte. Un fait inédit depuis dix ans.

Ils étaient des dizaines de milliers à défiler, hier, un peu partout en France à l'appel d'une intersyndicale au grand complet (CGT, CFDT, FO, Unsa, FSU, Solidaires, CFTC, CFECGC et FA). En tête du cortège parisien, inédite depuis 2010, la photo fait mouche : Philippe Martinez
(CGT), Pascal Pavageau (FO) et Laurent Berger (CFDT) sur la même ligne de départ. « C'est la démonstration que nous avons beaucoup de choses en commun, s'amuse le numéro un de la CGT. Nous avons une même conception des services publics qui ne change pas en fonction
du porte-monnaie de l'usager. »

Pascal Pavageau reconnaît « un lien commun » : l'opposition à « la casse des cadres collectifs que vise le gouvernement ».

Pour Laurent Berger, sa présence est surtout un soutien aux fonctionnaires, car « leur stigmatisation est inacceptable ». « Leur point d'indice est bloqué depuis des années, détaille le secrétaire général de la CFDT, le protocole d'accord sur la revalorisation des carrières ne s'applique pas, la compensation de la CSG fonctionne comme un fusil à un coup. Alors, au moment d'un rendezvous salarial, c'est important de se mobiliser. »

Quelques rangs derrière les responsables syndicaux, un panda, un tigre, un zèbre Sous chacun de ces masques, un fonctionnaire, telle une espèce menacée « 120 000 postes de fonctionnaires vont être supprimés durant ce quinquennat, explique Marie- Pierre Zuber, panda en chasuble rouge et responsable syndicale de la CGT centrale finances.

Nous avons peur de la disparition de certaines missions. Les services informatiques ont beaucoup été externalisés et on compresse les services RH. Nous sommes inquiets par la remise en cause des CAP (commissions administratives paritaires). Le gouvernement veut retirer leurs compétences sur les promotions et l'avancement et ne leur laisser que la compétence disciplinaire. C'est la porte ouverte aux promotions discrétionnaires imposées par l'administration.

Notre nouveau DRH affirme aussi que la "CGT est un syndicat politique, trop engagé, et dit ne pas pouvoir nous traiter de la même façon que les autres syndicats : c'est incroyable ! L'employeur doit respecter l'égalité entre les syndicats."

Venue à vélo par crainte de métros fermés par la préfecture, une enseignante de Villeneuve-Saint-Georges ne supporte plus les effets d'annonce de Macron, qui cachent les manques de moyens. « L'idée des CP à 12 élèves en REP + est censée résoudre tous les problèmes. Mais c'est fait dans la précipitation, avec des professeurs ou vacataires peu formés. J'ai des collègues qui se retrouvent à deux classes de 12 élèves dans la même pièce faute de place et qui donnent cours dans les couloirs ! », estime-t-elle.

De son côté, Françoise Roussel, une enseignante spécialisée syndiquée Snuipp, déplore : « Il y a quinze ans, nous étions une dizaine à Villeneuve-Saint-Georges, aujourd'hui nous ne sommes plus que trois. Les enseignants sont éreintés, usés. Alors, quand on impose le jour de carence pour maladie, le message qu'on nous envoie est inadmissible Nous ne sommes pas des feignants ! »

Aux côtés des fonctionnaires territoriaux, hospitaliers, des finances publiques ou d'ailleurs, cheminots et salariés du privé sont venus en renfort. « Ce matin, nous avons défilé dans la galerie marchande de la gare Saint-Lazare avec des camarades cheminots et des collègues du commerce, raconte Isabelle Raset, déléguée syndicale de Carrefour à Vaulx-en-Velin (Rhône). Certains commerces ont baissé leurs grilles, mais nous voulions fédérer les copains pour venir manifester ici, car il faut lutter partout. Cet après-midi, par exemple, des négociations ont lieu à Carrefour contre la fermeture annoncée de 240 magasins. » Pour elle, public et privé sont aujourd'hui embarqués dans un même bateau ivre.

A quelques pas, Nadia attend le démarrage du cortège. Elle est infirmière dans un Ehpad de Fontenaysous- Bois (94). Dans son établissement, une infirmière a en charge 60 résidents. Le projet de création d'une deuxième journée de solidarité pour financer la prise en charge du vieillissement la fait littéralement enrager. « Ce sont toujours les mêmes qui trinquent.

Nous, en l'occurrence, qui gagnons plus d'argent lorsque nous travaillons les jours fériés. » Nadia perçoit 2 300 euros après trente-trois ans au service des malades. « Fonctionnaires ne veut pas dire bouc émissaire.

Nous n'avons pas d'autre choix que la lutte », clament les manifestants sous la bannière orangée de la CFDT. Après sept mois d'absence, la fédération des services publics de la centrale de Laurent Berger a retrouvé l'intersyndicale et le chemin de la rue avec, en tête de cortège, les hospitaliers. « Les conditions de travail dans les établissements se dégradent tellement qu'il était naturel que nous manifestions aujourd'hui », explique Annick Praderes, secrétaire de l'union régionale des syndicats santé et sociaux d'Île-de- France. « Il faut arrêter de considérer que les fonctionnaires coûtent », insiste la syndicaliste en montrant le badge qu'elle arbore fièrement, sur lequel est inscrit : « Nous sommes une richesse ! »

Et après ? Annick Praderes ne croit pas à la convergence des luttes, contrairement à Béatrice, aide-soignante aux urgences de l'hôpital Saint-Louis. Elle gagne 1 800 euros par mois après trente-deux ans de service. Cette soignante, syndicaliste SUD, égraine ses revendications. En
numéro un, les effectifs. « 800 postes sont menacés à l'AP-HP. C'est inacceptable. » Elle évoque sept suicides au sein des hôpitaux parisiens ces derniers mois, et le sentiment permanent « de faire du mauvais boulot ». Elle aimerait que le gouvernement « mette tout le monde autour de la table. Nous avons des idées, des propositions », mais « nous savons qu'il
s'en tient à sa feuille de route ».

Du coup, l'aide-soignante se réjouit d'avance de participer à « la marée populaire », samedi prochain, à l'appel des partis de gauche et de plusieurs syndicats, dont SUD et la CGT. « Il faut faire front ensemble. Statut, effectifs, moyens, nous avons tous les mêmes problèmes. »

Véronique Barre, cadre de santé et secrétaire du syndicat CGT à l'hôpital Antoine-Béclère (Clamart), partage ce point de vue. Elle aussi décrit l'agonie de l'hôpital. L'urgence d'agir. « Depuis que je suis responsable syndicale, je vois toute la misère de nos services. » Et les difficultés de mobiliser ses collègues.

« La participation des médecins montre bien que l'hôpital craque », commente Christophe Prudhomme, urgentiste CGT. A ses côtés, en blouse blanche, chemine un jeune chef de clinique, docteur depuis novembre, pas vraiment habitué des manifs : « Je suis là parce qu'attaché au service public. Et je n'entends pas laisser nos missions au privé. »

Sylvie Ducatteau et Kareen Janselme

Extraits de l'article de l'Humanité du 23 mai 2018
 

Publié dans Politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article