Le monde change, les communistes aussi avec Fabien Roussel et une nouvelle équipe

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Le monde change, les communistes aussi avec Fabien Roussel et une nouvelle équipe

Le secrétaire de l'imposante fédération du Nord du parti communiste et député du Nord, qui devrait prendre la tête du PCF, a un profil atypique.

C'est un extraverti, un pragmatique, un rassembleur très attaché à l'unité de son parti et assume le besoin de dialogue avec ses partenaires voire aussi le patronat pour rappeler celui-ci à ses responsabilités : le profil du député du Nord Fabien Roussel, qui devrait devenir au congrès extraordinaire du PCF le nouveau secrétaire national du PCF, tranche avec son prédécesseur Pierre Laurent plutôt effacé. C'est un atout pour renouveler l'image et la politique du parti, comme l'espèrent des milliers de communistes.

"C'est pas les élites qui me font chier, c'est le capital !", s'exclamait Fabien Roussel dans son bureau de l'Assemblée nationale. Cette sortie est significative de ses positions de classe et montre sa détermination à ne pas se tromper d'adversaire et à affirmer sa personnalité face au "dégagisme" d'un Mélenchon.

C'est aussi le "parlé vrai" d'un député du Nord très à l'aise à l'Assemblée Nationale où il assume avec sa singularité la continuité de son prédécesseur Alain Bocquet, depuis un an et demi. Ses liens étroits avec les fréres Bocquet, Alain et Eric, l'ont conduit à maîtriser le lourd dossier de l'évasion fiscale et de la fiscalité en général.

A la chambre basse, membre de la Commission des Finances, l'ancien journaliste, 49 ans, s'est rapidement fait remarquer par cette maîtrise. Mais aussi sur la forme, en incarnant un communisme dépoussiéré, avec une crinière argentée ne gâtant pas sa jeunesse en politique, et des coups d'éclat.

Né à Béthune, Fabien Roussel a annoncé a l'Assemblée avoir créé son "entreprise offshore" sur internet avec pour "directeur M. Gérald Darmanin", se moquant du ministre. Dans le cadre de l'examen du projet de loi antifraude, il a fait un quizz sur les paradis fiscaux pour M. Darmanin, drapeaux à l'appui.

Fabien Roussel souligne qu'il n'a pas été parmi les premiers signataires du texte placé en tête par les adhérents le 6 octobre, le "Manifeste pour un communisme du XXIe siècle", soutenu par plus de 1500 communistes dont André Chassaigne.

Il dit avoir signé ce texte alternatif car il a "trop souffert ces 18 derniers mois" marqués par l'absence de candidat PCF à l'élection présidentielle de 2017 et des législatives catastrophiques.

Fabien Roussel "a la double expérience de la direction d'une grande fédération et d'élu", un "atout", estime Stéphane Peu, député communiste de Seine-Saint-Denis. Même ses adversaires lui font des éloges. "Il a des tripes" et "il n'est pas idéologue, pas sectaire", juge Xavier Bertrand.

Il peut renouveler le parti par "sa manière de faire de la politique : il n'est pas du tout complexé", rapporte Michelle Demessine, ancienne sénatrice du Nord et elle aussi signataire du Manifeste. Quand elle était secrétaire d'Etat au Tourisme, elle l'avait embauché comme chargé de communication. Ils ont continué à travailler ensemble dans la majorité municipale à Lille. Elle décrit "un bon vivant..." qui avait "noué beaucoup de liens avec les milieux culturels".

Ce fils d'un journaliste à L'Humanité et d'une employée de banque a toujours baigné dans la culture communiste, il dit placer le dialogue au centre de ses préoccupations. "Pourquoi j'ai gagné aux législatives? Parce que j'ai travaillé avec des socialistes, des hommes de gauche sans carte, des chrétiens, des électeurs du FN que j'ai convaincus", ajoute-t-il fier d'être un communiste ouvert et tourné vers l'avenir.
 
Tel est l'homme qui devrait succéder à Pierre Laurent qui a tenté de résister à l'exigence de changement fortement exprimée par les communistes dans la préparation du congrès et lors des congrès départementaux tenus ces deux derniers week-end.
 
Fabien Roussel ouvert et rassembleur a donné les signes d'apaisement en affirmant vouloir travailler avec Pierre Laurent qui doit prendre place dans une nouvelle équipe, au côté d'un nouveau secrétaire national.

Le congrès va promouvoir une nouvelle direction en phase avec les choix d’orientation des communistes et respectueuse des débats et de la diversité des idées exprimées.

Cette nouvelle direction devra savoir se faire respecter tout en créant les conditions du rassemblement le plus large de nos concitoyens indispensable pour sortir du capitalisme que tous les communistes ont chevillé au corps, loin des accords d’appareil. Et les communistes n'opposent pas la construction de ce rassemblement avec l’existence d’un Parti Communiste plus fort, plus influent dans notre pays, qui ne s'efface plus, affirme ses idées et propositions comme le fait Ian Brossat dans sa campagne des élections européennes.

Les communistes ont besoin d'une direction plus opérationnelle, plus en lien avec les réalités locales, plus collective dans ses prises de décisions, plus en phase avec ce que les communistes attendent et ont exprimé durant la préparation du congrès. C'est le message très fort que veut envoyer Fabien Roussel à nos concitoyens : "le PCF change, ça bouge au PCF."

Le congrès et ses délégués rassemblés pendant trois jours à Ivry, vont y travailler activement. Leur objectif commun après un grand et riche débat, avoir une seule liste permettant à Fabien Roussel, le nouveau secrétaire national, de disposer d'une majorité claire pour mettre en oeuvre et faire respecter le cap fixé par les communistes et sortir par le haut d'une situation inédite.

C’est le souhait de Fabien Roussel : unir les communistes sur l’orientation qu’ils ont choisie souverainement et élire une direction en phase avec eux.

Quelle place aura Pierre Laurent ? Certains avancent l'idée qu'il pourrait être le futur président du Conseil National, mais le pourra t-il et le veut-il vraiment alors qu'une majorité défendra une orientation politique qu'il a lui-même combattue ? Comme il l'a fait ce week-end dans sa fédération de Paris où il ne fut pas suivi?

D'autres pensent qu'il doit prendre sa place au sein de l'exécutif national, la nouvelle équipe construite par Fabien Roussel, et travailler avec toutes et tous en apportant son expérience, son savoir, ses compétences à la nouvelle équipe?

Le congrès aura à trouver la meilleure solution en ayant deux objectifs se rassembler et être efficaces dans la mise en oeuvre des choix du congrès, ce qui suppose de rejeter toutes les tentatives d'immobilisme, de division et d'en créer les conditions dès le congrès.

Nous faisons confiance aux communistes pour y parvenir et Fabien Roussel pour y apporter sa pierre.

Sources : PCF - AFP - FR3 Régions

Publié dans Congrès extra 2018

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

COCO DES ROSEAUX 21/11/2018 15:50

C'est plutôt une bonne nouvelle !