Après le PCF, ATTAC visite le siège de Google...

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

A Paris, la situation est des plus cocasses : le somptueux siège de Google France fait face au Centre des Finances Publiques du 9e arrondissement.

S’ils le souhaitaient, les dirigeants du célèbre moteur de recherche n’auraient qu’à traverser la rue pour acquitter leur juste part d’impôt. Mais il n’en est rien.

Larry Page et Sergey Brin, les deux princes fondateurs de Google, ont mis en place un système d’évasion fiscale massive pour amasser des centaines de milliards d’euros au détriment des pays dans lesquels ils exercent leurs activés.

Jamais à court d’imagination, les militant·e·s d’Attac ont profité de cette situation pour rejouer à leur manière une célèbre scène de Robin des bois.

Devant le siège de la multinationale, un prince Google endormi sur ses montagnes d’argent. De l’autre, les Finances publiques auxquelles il manque chaque année des dizaines de milliards d’euros du fait de l’évasion fiscale.

Entre les deux, une bande de Robin d’Attac calmes et déterminés ont installé un ingénieux système de poulies afin de prélever les milliards de Google à la source, avant qu’ils ne soient transférés artificiellement dans les paradis fiscaux.

Une action pleinement justifiée quand on connait les résultats exceptionnels de Google en 2018 avec un bénéfice record en 2018. L’année dernière, le chiffre d’affaires d'Alphabet, maison-mère de Google, a progressé de 23% à 136,8 milliards d’euros, tandis que son bénéfice a augmenté de 142% pour atteindre 30,7 milliards d’euros.

Si les résultats du géant américain sont essentiellement tirés par la publicité, l’entreprise profite désormais aussi du succès de ses solutions cloud et matérielles (smartphones Pixel, enceintes connectées Google Home...).

Google doit donc payer ses impôts à la France !

Publié dans Finances-riches

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article