Les mardis de l'urgence sociale : les métallos CGT à l'offensive pour gagner !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Les mardis de l'urgence sociale : les métallos CGT à l'offensive pour gagner !

"MARDIS DE L’URGENCE SOCIALE"

APRES LE 5 FEVRIER 2019, LA CGT A DECIDE D’IMPULSER DES « MARDIS DE L’URGENCE SOCIALE ».

La journée de mobilisation du 5 février, à l’appel de la CGT, Solidaire et FSU est une réussite. Des dizaines de rassemblements devant les préfectures, directions d’entreprises et sièges du Medef ainsi que des manifestations toniques mêlant gilets rouges et gilets jaunes ont eu lieu, partout en France. Près de 300 000 personnes ont manifesté dans 200 villes.

La FTM-CGT recense plusieurs centaines d’appels à la grève dans les entreprises et des milliers de salariés ont rejoint les manifestations dans les territoires.

En ce début d’année 2019, la CGT à l’offensive, dynamique, visible et disponible, se déploie pour construire une année de conquêtes sociales dans l’unité la plus large.

Le mécontentement et la colère, vis-à-vis du gouvernement, montent chaque jour au sein de la population notamment chez les salariés, les retraités et les privés d’emplois. Cette colère est légitime, il y a donc urgence à ce qu’ils expriment leurs revendications encore plus fortement et encore plus nombreux dans les entreprises, les services et dans la rue pour favoriser leur convergence.

L’AUGMENTATION GENERALE DES SALAIRES, DES PENSIONS ET DES MINIMA C’EST L’URGENCE SOCIALE.

Pour la FTM-CGT, la sortie de crise, la relance de l’activité industrielle et économique du pays passent, entre autres, par l’augmentation générale des salaires de façon conséquente et durable. Les minima et les pensions doivent être revalorisés également.

De l’argent, il y en a ! Il faut donc immédiatement arrêter ces cadeaux fiscaux et mettre en place une politique industrielle qui participe au développement et au rayonnement du pays ; une industrie pour répondre aux besoins de la population, tenant compte du respect de l’environnement et des conditions sociales. Les industries de la métallurgie ont un rôle essentiel pour y parvenir.

UN SOCLE SOCIAL DE HAUT NIVEAU.

L’UIMM, patronat de la métallurgie, n’a qu’un seul objectif : appliquer sa politique du moins-disant social pour détruire les garanties collectives, y compris celles contenues dans les 76 ID Convention Collectives territoriales. Pour cela, tout y passe, qu’il s’agisse des grilles de classification, des droits individuels, du temps de travail, de la rémunération, la prévoyance ou encore la santé et les conditions de travail.

L’objectif ambitieux de la CGT est tout autre : gagner une convention collective nationale de progrès social qui donnerait les mêmes droits, de haut niveau, à tous les travailleurs de la branche.

IL Y A URGENCE A ELEVER LE RAPPORT DE FORCES DANS LES ENTREPRISES !!!

Nous appelons tous les salariés des entreprises à s’emparer du mécontentement pour qu’avec les syndicats, celui-ci se transforme en revendications répondant aux attentes à commencer par :

Une augmentation du SMIC de 20% portant le salaire à 1 800€ brut par mois pour les salariés sans diplôme et qualification reconnue.
 Une échelle des salaires de 1 à 5 pour reconnaitre l’expérience professionnelle, les qualifications et les diplômes.
 Le doublement du salaire et de la qualification sur la carrière professionnelle.
 L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.
 Une convention collective nationale pour tous les salariés de la métallurgie.

LA FTM-CGT SERA AUX COTES DES SALARIES POUR OBTENIR DE NOUVEAUX DROITS ET L’AUGMENTATION DES SALAIRES.

DANS NOS ENTREPRISES, BASSINS D’EMPLOIS, TERRITOIRES FAISONS DE CHAQUE MARDI UN MOMENT FORT D’EXPRESSION DE NOS REVENDICATIONS SOCIALES.

Montreuil, le 6 février 2019

Publié dans Luttes sociales, syndicats

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article