Pierre-Bénite : Un week-end de campagne pour le pouvoir d'achat ...

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Pierre-Bénite : Un week-end de campagne pour le pouvoir d'achat ...
Pierre-Bénite : Un week-end de campagne pour le pouvoir d'achat ...
Pierre-Bénite : Un week-end de campagne pour le pouvoir d'achat ...

Notre section avait décidé d'une initiative ce week-end pour faire vivre dans notre ville la campagne nationale engagée par le parti communiste pour la revalorisation du SMIC, des salaires et des pensions avec en main le tract national du PCF et la pétition nationale.

Samedi les communistes étaient donc présents devant la Poste de la ville de 10h à 11h 30. Nous avons rencontré une centaine de personnes et rares sont celles qui n'ont pas répondu à notre invitation à discuter surtout dans nous les abordions à partir des salaires et des pensions. La colère est réelle, les gens n'en peuvent plus, ils survivent et doivent dans tous les domaines se serrer la ceinture.

Ils dénoncent aussi bien l'austérité dans les entreprises publiques comme privées, la fiscalité qu'ils trouvent injustes surtout quand ils voient ce que certains se mettent dans les poches, les hausses de prix et Macron car ils jugent qu'ils ne les écoute et fait comme il veut.

Quand on aborde leurs demandes, les choses sont claires : pour les salariés en activité, ils veulent de meilleurs salaires et beaucoup demandent la fin de la précarité de l'emploi qui ne leur permet pas de vivre en se projetant sur le devenir et notamment les plus jeunes. Pour les retraités ils veulent une revalorisation des pensions, le remboursement de la CSG et l'indexation des retraites sur les prix.

Autant de demandes que l'on retrouve formulées sur le tract diffusé. 60 personnes ont décidé de signer la pétition ce samedi.

Le dimanche les communistes étaient présents au marché de la ville de 9h 30 à 11h 30. C'est sensiblement le même son de cloche, la même colère et des demandes identiques. Ce qui est surprenant c'est qu'à chaque fois que nous abordions les salaires ou les pensions, on nous répondait : "vous avez raison" et les gens se dirigeaient vers la table de signatures comme réponse à notre invitation à signer la pétition nationale.

Il y a eu la queue pendant les deux heures pour la signer. Les jeunes pour les salaires, les retraités pour les pensions et avec souvent cette réflexion "Macron doit nous rendre la CSG qu'il nous a volée ! Il y a du pognon en France, il faut qu'il le prenne dans les bonnes poches pas dans les nôtres !" 82 personnes ont signé la pétition, ce qui fait un total de 142 dans le week-end.

Le prochain rendez-vous est fixé à dimanche prochain avec à nouveau le marché du dimanche. En perspective l'action du 16 mars à Paris, où ce sont des millions de pétitions qui devront être centralisées et portées à Macron.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article