Grève des éboueurs de la métropole de Lyon

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Grève des éboueurs de la métropole de Lyon

Depuis une semaine les éboueurs de la métropole de Lyon sont en grève. Elle est très suivie. Aucun camion poubelle ne sort des dépôts de Gerland, Villeurbanne et Givors.

La direction de la Métropole a donc décidé d'accélérer les rendez-vous. Une rencontre avait lieu vendredi. Mais les grévistes ne sont pas satisfaits du résultat et sont en colère.

Le service de la collecte, lui, est toujours oublié », rapporte le Collectif à l’origine de la mobilisation. Ils sont une bonne cinquantaine ce vendredi matin dans la subdivision du 7e arrondissement à Gerland.

Les agents réclament une revalorisation de salaire et de meilleures conditions de travail. « Les rondes ont augmenté, le temps de travail a augmenté avec la fin du « fini-parti » et les salaires, eux, n’ont pas bougé », explique un éboueur. « Le lendemain d’un jour férié, on nous oblige à travailler de 6 à 16 heures », ajoute un autre. « Depuis qu’on termine plus tard, il faut payer la cantine. On a tous des gosses. Ça fait tout de suite 300 euros de plus à sortir chaque mois. On n’y arrive plus. On a tous des crédits », détaille un troisième.

« La grève, c’est l’ultime recours. Elle coûte à tout le monde. L’argent ne tombera pas et il faudra quand même continuer à vivre », livre un membre de l’encadrement exprimant sa solidarité avec les agents et défendant aussi « plus d’équité » à son niveau également.

« Il y a aujourd’hui, trois statuts : les ex-département, les ex-Grand Lyon et les Métropole. Certains, dans le même bureau, ont des primes plus une voiture de service, d’autres rien. » La Maîtrise est en grève, elle-aussi, ce qui est positif. A 100 % au dépôt de Gerland, à 80 % ailleurs.

« Les gars savent tous qu’ils auront à travailler deux fois plus lorsque la grève s’arrêtera. Ils y sont prêts, mais d’abord, il faut entendre leurs revendications », affirmait un agent de maîtrise.

Très mécontents, les éboueurs depuis 7h30, lundi matin, occupent le site qui appartient à la direction de la Propreté.

C’est dans ce lieu d’incinération situé à l'entrée du port Édouard-Herriot, que les poubelles partent en fumée et alimentent les réseaux de chaleur, dont le chauffage urbain de Lyon 7e. L’occupation du lieu vise à empêcher les camions de la collecte de décharger leurs déchets. Les camions refoulés sont ceux des entreprises privées (Pizzorno..etc), les seuls à n’être pas en grève.

Ceux de la Métropole ne sont pratiquement pas sortis ce lundi.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article