Cécile Cukierman était à Henry Gabrielle le dimanche 12 avril...

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Cécile Cukierman était à Henry Gabrielle le dimanche 12 avril...
Cecile Cukierman sénatrice, groupe CRCE (Communiste Républicain Citoyen Ecologiste), a été reçue le dimanche 12 avril par le comité de soutien et les patients de l'Hôpital Henry Gabrielle toujours en lutte pour le maintien de leur hôpital à Saint Genis Laval et le refus de son transfert à Desgenettes..
 
Un débat s'est rapidement engagé avec des patients et des familles (voir page Facebook : "hôpital henry gabrielle, c'est à st genis"). Une patiente témoigne que : "la rééducation, est beaucoup basée sur notre motivation. Et le parc stimule notre motivation".  Une autre, que la prise en charge influence énormément sur la suite de la vie, et que pour ça Henry Gabrielle est nécessaire. Une autre personne indique que, "le parc l'a aidé a se requinquer". Et s'interroge à savoir ce qu'elle aurait fait si elle ne s'était pas retrouver dans un tel site.
 
A partir de leurs expériences de l'hôpital neurologique, les familles sont unanimes à dénoncer les difficultés d'accès à ce secteur (où se trouve Desgenettes) en fonction de l'endroit d'où l'on vient (1h30 en transport en commun en venant de Tassin), ou le coût des parking payants (14 euros pour la journée). Une famille qui habite à 450km, est contente de voir sa parente dans le parc, sa première réaction avait été: "tu as vu le cadre!". Surprise aussi de voir des patients en lits pouvoir accéder à l'extérieur. Elle revient sur la facilité à se garer à H. Gabrielle.
 
Familles et patients dénoncent le manque de personnel  ("qui sont mal payés") et particulièrement de rééducateurs (kinés, orthophonistes) en ce moment, ce qui remet en cause la rééducation. Toutes et tous, dénoncent  dans le transfert, une opération financière au détriment d'une prise en charge efficace du handicap.
 
Mme Cukierman, s'est engagée à porter au plus haut notre combat. Elle dénonce une politique de santé basée sur une gestion comptable, plutôt que sur les besoins des patients. Depuis plusieurs années, le système de financement casse l’hôpital public, c'est un retour en arrière. Il y a une remise en cause du maillage territorial, ce qui, ici,remet en question la présence de la famille auprès des personnes hospitalisées, présence essentielle comme le montrent les témoignages.
 
Les sites hospitaliers, comme Henry Gabrielle, sont particulièrement menacés du fait de la spéculation immobilière. Mme Cukierman, s'adressera à la Ministre de la Santé pour que nous soyons reçus afin d'exposer nos arguments .
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article