Crèches de Lyon, le combat des éducatrices contre les discriminations

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Crèches de Lyon, le combat des éducatrices contre les discriminations

Crèches de la Ville de lyon, une action de groupe pour faire cesser la discrimination relative au régime indemnitaire dont sont victimes les Educatrices de jeunes Enfants.

Avec une vingtaine de revendications portant sur les remplacements, les conditions de travail, les carrières et les rémunérations, les jours de grèves et de perturbations se sont succédé dans les crèches depuis le 8 mars 2017. Les agents et les cadres se sont mis en grève à 4 reprises en 2017 puis de nouveau en 2018. Enfin depuis début 2019 ce sont 4 préavis qui ont été déposés, le 5 février, le 8 mars, le 19 mars ; pour le 28 mars 2019, notre syndicat a relayé le préavis de grève lancé par une association autour du mot d’ordre « pas de bébés à la consigne ».

Les revendications portent sur la qualité de l’accueil des enfants, les conditions de travail mais aussi les rémunérations.

Si en 2017 la Direction de la Ville s’était enfin décidée à négocier et avait accordé une augmentation de 100€ pour les Directrices et de 50 € pour les adjointes de Direction, le Régime Indemnitaire des Educatrices de jeunes Enfants reste très largement inférieur à celle qui est octroyée aux filières masculines. C’est pourquoi, en mars 2018 notre syndicat UGICT CGT a mis en demeure la Ville de Lyon de faire cesser une discrimination dans l’établissement et l’application des régimes indemnitaires des Educateurs de Jeunes Enfants (EJE).

En juillet de cette même année, la Ville avait rejeté notre demande, aussi, en septembre 2018, notre avocat Me DUMOULIN avait déposé une requête auprès du Tribunal Administratif de Lyon.

Cette affaire est inscrite au rôle de l’audience publique qui se tiendra le mercredi 3 avril prochain à 9h au tribunal Administratif de Lyon, 184 rue Duguesclin dans le 3ème arrondissement. Notre syndicat a déposé un préavis de grève pour cette date afin de permettre aux EJE qui le souhaitent d’assister à l’audience.

Nous remercions tous les personnels des crèches, des femmes presque exclusivement, qui se sont mobilisées à de nombreuses reprise depuis plus de trois ans et le seront encore pour la grève du 28 mars 2019.

Les équipes sont restées soudées et solidaires, de l’agent à la directrice, malgré les pressions
exercées par la hiérarchie pour faire cesser les grèves.

Les revendications non satisfaites comme la prise en compte de la pénibilité (port de charge, posture et stress), la réduction du temps de travail et la revalorisation des carrières des filières féminisées seront travaillées au niveau National avec la Confédération CGT.

Au-delà des revendications salariales, nous portons une attention particulière aux équipes en difficulté, autour d’une démarche santé/travail, initiée par la CGT confédérale, qui partant du vécu au travail des agents, vise à promouvoir une meilleure prise en compte de leur regard sur l’organisation.

Isabelle GUILLET, secrétaire générale Adjointe du syndicat UGICT CGT
Patricia OUVRARD, Educatrice de Jeunes Enfants, Elue UGICT CGT au Comité technique de la Ville de Lyon

Publié dans Luttes sociales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article