Ukraine, peu d'espoirs de changement après le 1er tour de la présidentielle...

Publié le par Front de Gauche de Pierre Bénite

Ukraine, peu d'espoirs de changement après le 1er tour de la présidentielle...

L’actuel président du régime de Kiev est largement battu à la présidentielle en . C’est Zelensky, une personnalité de la télévision 1+1 (détenue par l’oligarque Kolomoïsky) qui sort largement en tête avec 30.2%.

L’homme, vedette d’une série télé humoristique, a fait l’objet d’une propagande télévisuelle massive. La 1+1 a ainsi diffusé 7 heures de ses spectacles à la veille du scrutin. Kolomïski est l’ancien gouverneur de la région de Dniepropetrovsk et magnat du pétrole. Il a financé le bataillon d’extrême droite Azov. Il est a couteaux tirés P Poroschenko qui a pris le contrôle de sa banque en 2016.

Poroschenko l’oligarque de l’agroalimentaire placé à la tête du régime à Kiev par l’UE et les USA en 2014, arrive en seconde position avec 16.7%.

Les accusations de fraudes électorale sont très nombreuses – 1600 plaintes étaient déjà recensées, et ce alors que la commission électorale reconnaissait un taux de participation inférieur à 50%, tout en ayant gonflé ses listes électorales de 12% en y inscrivant les citoyens de Crimée et du Donbass. Les très nombreux citoyens ukrainiens ayant du émigrer pour gagner leurs vies en Russie ont été privés de bureaux de vote. Des conditions particulièrement favorables à la fraude électorale et ce d’autant que le régime de Kiev a interdit la présence d’observateurs russes.

Les ukrainiens fuient le pays en masse

Le () dénonce par la voix de son secrétaire P Simonenko un génocide social, les ukrainiens fuient massivement le pays. A la suite du coup d’état soutenu par les USA et l’UE pour installer une junte d’oligarques appuyée sur des milices d’extrême droite, le pays s’enfonce dans la misère. Les salaires se sont effondrés. Quand ils sont payés.

Le a calculé qu'en Ukraine, les arriérés de salaire des travailleurs au 1er mars 2019 s’élevaient à 2,446 milliards de UAH. La dette envers les employés des entreprises économiquement actives s’élevait à 1 milliard 267,7 millions de UAH au 1er mars.

C’est dans ces conditions économiques dramatiques auxquelles il faut ajouter la répression politique des forces progressistes et antifascistes et en premier lieu des communistes, que le régime poursuit sa guerre contre le Donbass, financée par l’Union Européenne tandis que les USA dépêchent troupes et armements auprès de Kiev.

Un travailleurs ukrainien sur quatre a du quitter le pays en raison de la misère. 5 millions d’émigrés économiques d’après la junte, sans doute bien plus. Une large partie s’est rendue en Russie où vivent 3 millions d’ukrainiens.

2 millions d’ukrainiens sont – officiellement et selon le ministre ukrainien des affaires sociales - exilés en Pologne et 9 millions le sont de façon régulière à l’étranger.

D‘après les journalistes de RFI c’est ” la plus grande vague migratoire qu’ait connue récemment l’Europe”

Cela ne va pas s’arranger puisque l’Allemagne compte profiter de la crise provoquée par l’UE en Ukraine pour faire elle aussi main basse sur ces immigrés ukrainiens désespérés. En 2020, l’Allemagne accordera des visas de travail à des ressortissants de pays tiers pour des emplois qualifiés. La guerre menée par l’Union Européenne est également une guerre contre les salaires de tous les travailleurs européens. Le SMIC en Ukraine est de 132 € mensuel. Près de 10 fois moins qu’en France.

Le parti communiste (KPU) interdit d’élection.

Avant les élections présidentielles en Ukraine dans de nombreuses villes du pays, figurait l’inscription “Je veux voter pour les communistes”.

Les Ukrainiens protestent contre le fait que le régime de Kiev les a privés du droit d’un choix démocratique, interdisant aux communistes ukrainiens de se présenter aux élections, violant ainsi la constitution. Rappelons que le candidat du Parti communiste ukrainien Petro Symonenko n’a pas été autorisé à participer aux élections présidentielles en Ukraine. Il s’est même vu refuser l’enregistrement de sa candidature.

Le second tour de la présidentielle aura lieu le 21 avril. Le scrutin risque d'être marqué par un fort taux d'abstentions n'ayant peu d'espoirs de voir leur situation changer quel que soit le vainqueur du 2ème tour qui verra s'affronter : Zelensky à Porochenko.

Extraits d'un article de
www.initiative-communiste.fr

Publié dans Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article