Rappel : Quand les Verts renoncent à l’interdiction du glyphosate...

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Rappel : Quand les Verts renoncent à l’interdiction du glyphosate...

C'était le 16 janvier 2019. Les verts bloquaient un amendement appelant à l’interdiction du glyphosate, en échange de l’adoption du rapport sur la réforme de l’autorisation des pesticides par le Parti populaire européen.

Le Parlement européen a adopté une liste de recommandations pour la réforme des procédures d’autorisation des pesticides. Ces recommandations faisaient partie du rapport final d’une commission spéciale mise en place l’année dernière pour réévaluer les processus d’autorisation des pesticides dans l’UE, suite à la controverse entourant le glyphosate.

Une très grande majorité d’eurodéputés ont soutenu le rapport non contraignant, rédigé par Norbert Lins (PPE, centre droit) et Bart Staes (Verts). Ils ont été 526 à l’approuver, 66 à le désavouer et 72 abstentions.

Seuls quatre des 152 amendements proposés ont été retenus, suite à un accord politique entre les deux corapporteurs et leurs partis.

Cette entente a permis d’évacuer les amendements formulés par les conservateurs du CRE et le groupe de gauche GUE/NLG.

Le groupe GUE/NLG avait notamment introduit une proposition d’amendement appelant à "une interdiction immédiate de la production, vente et utilisation du glyphosate et de tous produits phytosanitaires contenants du glyphosate dans l’UE ».

Lors d’une conférence de presse après le vote, Bart Staes a confirmé que son groupe ne s’était pas exprimé sur l’interdiction du glyphosate et des néonicotinoïdes.

« Nous voudrions interdire ces produits, mais nous nous sommes abstenus, en premier lieu parce qu’il y avait eu un accord entre le PPE et les Verts qui stipulait que nous ne soutiendrions pas les propositions du GUE et que le PPE ne soutiendrait pas les propositions du CRE », a-t-il précisé.

L’objectif principal de la manœuvre était d’assurer l’adoption du rapport rédigé par la commission PEST. En outre, l’interdiction ou non du glyphosate dépassait le mandat de la commission et n’avait aucune chance de se concrétiser, souligne l’élu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article