Macron supprime 300 millions de dotations aux communes. Scandaleux !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Macron supprime 300 millions de dotations aux communes. Scandaleux !

Macron ne tient que les promesses qu'il a faites aux riches ! Par contre pour tous les autres et pour les collectivités il s'assied dessus, et c'est toujours plus d'austérité !

Car c'est bien à cela que va conduire la suppression de 300 millions d'€ de dotations aux collectivités comme le confirme le ministre Olivier Dussopt.

Comment s'étonner ensuite que 50 % des maires ne veuillent pas se représenter aux municipales. Sans pouvoir, sans moyen, ils ne peuvent plus répondre aux demandes de leurs concitoyens. Pire, maintenant on leur demande de serrer les boulons en réduisant les services publics locaux, en réduisant les effectifs qui les font vivre, en limitant les investissements.

Nos communes se meurent, défendons les et exigeons une nouvelle fiscalité locale pour les communes qui garantisse aux villes plus d'autonomie, plus de moyens et plus de pouvoir de décision.

Crions haut et fort notre ras le bol de la centralisation macronienne qui tue nos collectivités et nos services publics !

Cette décision scandaleuse a été prise par décret. Emmanuel Macron avait pourtant promis le 17 juillet, lors de la Conférence nationale des territoires au Sénat, de ne pas toucher aux crédits alloués aux collectivités locales. Les élus ont découvert ce décret publié trois jours plus tard, le 20 juillet. Ces 300 millions d'euros étaient destinés à financer notamment des investissements dans les communes rurales et des actions de politique de la ville dans les quartiers en difficulté.

Face aux nouveaux remous provoqués par une telle mesure, le ministre a essayé de réagir et a été obligé d'accompagner la colère des élus mis devant le fait accompli. Ainsi Olivier Dussopt a pointé "une faute" qui aura des conséquences sur "des créations d’emplois, des réponses à des besoins comme la création de gymnase, d’école ou la rénovation de réseaux routiers." "Les entreprises locales et les associations vont être touchées, a-t-il ajouté. Cela peut concerner l’aide au devoir, la lutte contre les discriminations, de la prévention contre les addictions ou encore la mise en place de système de sécurité."

Le ministre a beau expliquer les conséquences économiques et sociales de cette mesure que chaque élu connait bien, il entend ne rien faire croyant qu'en pleurant avec nous, il atténuera notre colère. Qu'il n'y compte pas !

Publié dans Politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article