Mouvement social en cours chez Transavia et Ryanair

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Mouvement social en cours chez Transavia et Ryanair

Grèves en série dans les compagnies low-cost.

Les salariés de Transavia sont appelés à cesser le travail jusqu'à dimanche soir. Ce mouvement social a été lancé pour dénoncer "un management désastreux" de la compagnie low-cost du groupe Air France-KLM, suite aux mesures prises par la nouvelle direction, mais aussi des problèmes de sécurité en vol.

La CGT de Transavia France appelle le personnel de la compagnie aérienne à faire grève pour protester contre "une gestion humaine et matérielle catastrophique" dans l'entreprise. En conséquence, "de nombreuses perturbations" du trafic de la compagnie low-cost d'Air France "sont à prévoir" ces "prochains jours et mois", affirme la CGT.

Le syndicat critique "un climat social interne déplorable en raison d'un management désastreux, accompagné de manquements graves répétés" de la direction.

En outre, l'"avenir [des salariés] se décide en interne chez Air France entre des pilotes extérieurs à l'entreprise et l'équipe de Benjamin Smith, PDG d'Air France / KLM qui n'a pas jugé opportun de nous inviter à la table des négociations pour discuter de notre avenir", dénonce le syndicat.

La CGT dit avoir alerté la direction "à maintes reprises" et "depuis de nombreux mois". Son communiqué décrit des personnels navigant et au sol "épuisés à la fois mentalement mais aussi et surtout physiquement".

La compagnie "doit avant tout garantir" à ses salariés "ainsi qu'à ses passagers une sécurité absolue à bord de ses avions. Un courrier en ce sens a été envoyé à M. Benjamin Smith", précise enfin le syndicat.

Transavia, qui a enregistré en juillet une hausse de plus de 7% de son trafic en un an, devrait bientôt pouvoir se développer davantage en France après un référendum du SNPL, le premier syndicat de pilotes au sein d'Air France, favorable à la remise en cause du plafonnement de sa flotte à 40 avions.

Telle était la volonté de Ben Smith, d'obtenir un déplafonnement total du nombre d'avions et un terme à cette pratique des seuils.

Il veut aussi lever la barrière de la capacité en sièges et du rayon d'action que ne doit pas dépasser Transavia.  Le SNPL avait obtenu que la compagnie ne puisse exploiter des avions de plus de 200 passagers et de plus de 2.500 miles nautiques de distance franchissable. Or Ben Smith veut avoir la liberté d'ouvrir et de fermer des routes en fonction du marché, sans avoir à regarder un accord avec les pilotes.

Enfin Transavia n'utilise pas l'assistance en escale d'Air France, trop chère par rapport à la concurrence, ni les PNC d'Air France dont les salaires sont trop élevés également pour une compagnie low-cost. Cette façon de procéder irrite les autres syndicats qui se sont constitués en intersyndicale pour pouvoir participer aux négociations.

De son côté, à Ryanair les pilotes britanniques mécontents de leurs conditions salariales seront en grève en août et en septembre. Les pilotes membres du syndicat Balpa se sont prononcés à 80% en faveur d'arrêts de travail les 22 et 23 août, ainsi que du 2 au 4 septembre, a annoncé l'organisation syndicale, seule instance représentative au sein de la compagnie irlandaise au Royaume-Uni. Les revendications portent notamment sur les salaires, les retraites et les prestations de maternité.

Ryanair fait face à un vent de contestation et de mouvements de grève depuis deux ans en Europe, concernant les conditions de travail. Le groupe pourrait supprimer "environ 900 emplois".

Ryanair a annoncé qu'il allait fermer des bases aéroportuaires cet hiver et à l'été 2020 à cause des reports de livraison du Boeing 737 MAX, dont la flotte est clouée au sol après deux accidents.

C'est pourquoi le personnel de cabine espagnol de Ryanair sera en grève les 1, 2, 6, 8, 13, 15, 20, 22, 27 et 28 septembre à moins que la compagnie irlandaise ne renonce à la fermeture de plusieurs bases en Espagne d’ici là.

Le personnel Ryanair basé dans d’autres pays européens menace également d'emboiter le pas des britanniques et des espagnols.

 

Publié dans Luttes sociales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article