Manif pour le climat : 50 000 à Paris ! Castaner envoie les flics pour provoquer !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Manif pour le climat : 50 000 à Paris ! Castaner envoie les flics pour provoquer !

Au lendemain d’une journée de mobilisation historique en faveur du climat à travers la planète, une nouvelle « marche pour le climat et la justice sociale » est organisée samedi 21 septembre à Paris. A New York, le sommet de la jeunesse sur le climat a lieu à l’ONU. Dans toutes les grandes villes du monde des manifestations pacifiques ont lieu.

Partie à 14h du jardin du Luxembourg pour Bercy, la marche parisienne grossit très rapidement pour atteindre selon les organisateurs environ 50 000 personnes. Cette manifestation très populaire se déroule à l’appel de nombreuses ONG, de la CGT, des Gilets jaunes et de tous les jeunes qui veulent que les politiques en fassent beaucoup plus pour le climat et arrêtent d'en parler alors qu'ils ne font rien.

Malheureusement, il a fallu que l'Etat et notamment le ministre de l'intérieur Castaner envoie ses escadrons de la violence au contact de la manifestation pour provoquer et créer des incidents. De ce fait le cortège a du être interrompu de nombreuses fois suite au lancement de gaz lacrymogènes, il y a eu aussi quelques affrontements entre les forces de l’ordre et des manifestants cagoulés en petit nombre.

D’autres manifestations étaient par ailleurs prévues dans la capitale, où un gros dispositif de sécurité est en place : les « gilets jaunes », dont beaucoup ont convergé avec la marche climat, ont appelé à une journée de mobilisation « historique » pour ce 45e samedi de mobilisation. FO a rassemblé plus de 10 000 personnes dans une manifestation contre la réforme des retraites.

Fébrile, le ministère de l'intérieur et son préfet de police de Paris, Didier Lallement, ont annoncé un dispositif de sécurité important, avec 7 500 membres des forces de l’ordre, des lanceurs d’eau, et le retour dans les rues de véhicules blindés de la gendarmerie.

Pourtant hier, personne n'était en guerre contre personne, il y avait juste des milliers de personnes qui manifestaient pacifiquement pour témoigner de leur ras le bol, pour affirmer leurs exigences et pour être entenues.

C'est pourquoi les organisateurs ont tenu à faire la déclaration commune suvante :

«A 14h45, 45 minutes après le départ de la Marche Climat, les forces de l'ordre ont projeté sans sommation plusieurs dizaines de grenades de désencerclement directement dans le cortège alors que la manifestation était autorisée. Devant la violence de cette attaque policière, inédite dans l'histoire du mouvement, les dizaines de milliers de manifestants réunis ont été contraints de faire marche arrière et rebrousser chemin. Il y a une volonté délibérée et inacceptable du gouvernement de réduire la contestation au silence.»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article