PCF - Pierre Bénite : une assemblée de rentrée studieuse, combative et rassembleuse

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

PCF - Pierre Bénite : une assemblée de rentrée studieuse, combative et rassembleuse
PCF - Pierre Bénite : une assemblée de rentrée studieuse, combative et rassembleuse
PCF - Pierre Bénite : une assemblée de rentrée studieuse, combative et rassembleuse
PCF - Pierre Bénite : une assemblée de rentrée studieuse, combative et rassembleuse
PCF - Pierre Bénite : une assemblée de rentrée studieuse, combative et rassembleuse

Les communistes de Pierre-Bénite ont tenu leur assemblée de rentrée, élargie à leurs amis-es, ce vendredi 30 août en soirée.

Une trentaine de personnes étaient présentes, d'autres étaient encore en congés. Mais le ton a été donné : les communistes veulent être offensifs, déterminés et rassembleurs pour développer les luttes et pour contribuer à faire monter l'exigence d'une alternative radicale au capitalisme qui détruit les êtres humains et la planète et conduit l'humanité vers le gouffre.

Jean Chambon secrétaire de notre section a présenté l'intro dont voici des extraits.

Notre Université d’été a dégagé des axes politiques. Nous devons être offensifs, déterminés et rassembleurs. Il y a urgence les enjeux sont lourds !

Cela suppose des luttes unitaires et puissantes, de les nourrir de propositions transformatrices tout en permettant aux forces politiques, sociales, associatives, démocratiques et écologiques de se rassembler dans les combats pour des objectifs communs avec l’ambition de faire gagner l’humain et d’imposer des avancées à Macron et au capitalisme.

La Fête de l’Humanité des 14-15 et 16 septembre donnera de l’élan aux mobilisations. J’invite chacune et chacun de vous à y participer. Pour celles et ceux qui ne peuvent s’y rendre, je les invite à régler une vignette comme contribution à la bataille engagée pour que vive le journal l’Humanité.

Le G7, dans la ville bunkérisée de Biarritz, a accouché d’une souris. Quel culot de voir ces 7 dirigeants parler d’inégalités alors qu’ils sont les 7 principaux acteurs de ces inégalités et de leur progression dans leur propre pays et dans le monde. C’est aussi le cas sur les enjeux climatiques. Malgré l’affichage sur le Mercosur et la forêt amazonienne, le libre-échangisme est le grand gagnant de ce sommet. Trump a quitté Biarritz sans rien lâcher. Le national-libéralisme n’a pas connu de défaite.

Ces 7 hypocrites ont conforté le capitalisme mondialisé et financiarisé qui ne peut continuer à survivre qu’en détruisant toujours plus l’humanité et la planète. Ce n’est donc pas de ce côté là que se trouvent les réponses sociales, progressistes et démocratiques aux grands défis de la Paix, du progrès social, du partage des richesses et du climat !

Macron a cédé face à Trump sur la taxe Gafa, qui déjà réduite à la portion congrue va certainement, via sa traduction à l’échelle de l’OCDE, être à nouveau rabotée.

Macron a chercher à faire le buzz médiatique avec Poutine, en recevant le ministre des affaires étrangères iranien, en vociférant contre Bolsonaro, le criminel incendiaire de la forêt amazonienne. Mais et après ? Le macronisme diplomatique est d’abord de la com, puis très vite une illusion et enfin une désillusion. Et Macron ne peut nous faire oublier la responsabilité de la France dans la destruction de la forêt amazonienne quand on voit comment elle se comporte en Guyane.

La vérité est que la France ne peut plus porter, à l’échelle du monde, une vision progressiste, pacifique et solidaire, et donc se faire entendre. Elle n’est plus crédible tant ses actes sont contraires au discours !

Les risque d’une crise terrible se multiplient et les contradictions s’exacerbent

Et que dire de la situation économique mondiale qui voit s’amplifier les risques d’une nouvelle crise, plus grave que celle de 2008 avec de nouveaux et terribles dégâts humains, financiers et matériels. Et bien le G7 n’en a pas parlé !!

Pourtant, les 7 connaissent les données du problème ! Le FMI pour la 4éme fois a abaissé ses prévisions de croissance planétaire. La Banque centrale européenne (BCE) anticipe des résultats encore plus préoccupants pour l’Europe. L’Allemagne se dirige vers une récession, elle, dont l’industrie manufacturière est en récession depuis 2018. Même les USA seront contaminés et connaîtront une croissance négative au plus tard en 2021, affirme une majorité d’économistes dits d’affaire.

La crise est déjà bien présente dans les pays émergents. De la Turquie à l’Argentine, nombre de pays connaissent un effondrement de leur activité, avec à la clé une explosion de la pauvreté et un renforcement des inégalités. Les fameux BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ne sont pas épargnés.

Certains font mine de découvrir l’émergence simultanée de ces terribles signaux. Pourtant les symptômes d’une crise, ni passagère, ni conjoncturelle, mais systémique, sont présents depuis plusieurs années. Les économistes communistes et d’autres ont alerté à de nombreuses reprises et proposé un nouveau mode de développement. On refuse de les écouter !

Pourquoi un tel aveuglement des dirigeants du G7 ? Parce qu’ils considèrent que le salut passe par un sauvetage coûte que coûte du processus de financiarisation de l’économie mondiale. Or c’est précisément ce processus d’accumulation financière qui capte une masse colossale de richesses produites dans le monde qui font défaut aux humains, aux biens communs de l’humanité et à la lutte pour la climat.

Leur obsession à laisser le pouvoir à la finance est au cœur de la crise du système. Ils ont déjà oubliés le krach de 2008. Pis, les nationaux-libéraux comme Trump ou Johnson, ne croient qu’en de nouvelles dérégulations. Trump a déjà liquidé les timides garde fous instaurés en 2009 pour contenir l’influence des spéculateurs et protéger les épargnants de la finance. Et le 1er ministre britannique veut mettre la City au diapason.

L’argent est partout au coeur de la bataille de classe

Résultat de leur soumission à la finance : les politiques développées suite à l’effondrement de 2008, pour réduire le loyer de l’argent, relancer le crédit et stimuler la croissance n’ont eu que peu d’effets sur l’activité réelle. L’utilisation de l’argent est massivement détournée par les banques et les grands opérateurs boursiers vers des investissements spéculatifs ou réputés rapidement lucratifs. Ce qui contribue à l’accumulation de nouvelles bulles financières.

Le crédit gratuit n’est pas en soi une mauvaise recette. À condition de mettre en place de nouveaux critères (emploi-formation-investissement utile-service public et lutte pour le climat) afin que l’argent aille à l’économie réelle et ne soit plus confisqué et dilapidé par les marchés financiers, la spéculation et les ultra riches de la planète.

C’est ce que nous proposons pour l’utilisation des milliards d’euros injectés par la BCE avec comme critères premiers le développement des services publics et la lutte pour le développement humain durable.

Le record mondial de dividendes distribués a été battu au cours du 1er semestre, avec 463 milliards d’€. Ces sommes constituent une part importante constitutive du coût du capital. De l’autre côté, des populations meurent de faim, essaient de fuir la misère au péril de leur vie, les équilibres naturels sont menacés et dans les pays dits développés c’est la remise en cause d’acquis sociaux et une austérité renforcée.

La politique de Macron, s’inscrit pleinement dans ce processus et nourrit l’accumulation. Avec 46 milliards de dividendes versés, la France conforte sa 1ère place en Europe. Ainsi, les entreprises du CAC 40 reversent 46 % de leurs bénéfices à leurs actionnaires qui ne profiteront aucunement au pays tant au plan social qu’industriel ou économique.

Tel est le résultat des ordonnances Macron et des sacrifices imposés aux salariés et retraités. Ils ont servi à améliorer la situation des rentiers alors que le CICE était versé sans contre partie ! L’industrie, les services publics, la santé, le progrès social et le pouvoir d’achat sont les dindons de la farce.

Retraite – Santé – Sécu – Services Publics au coeur de cette rentrée sociale

Avec la réforme des retraites et celle de la santé, ils veulent franchir une nouvelle étape. C’est toute la logique solidaire de 1945 qui est dans le viseur et laisserait place à l’individualisme tout en permettant aux groupes privés de la santé, aux assurances et aux fonds de pensions de s’accaparer les sommes importantes de la protection sociale et de délester les entreprises de son financement qui serait pris en charge par la fiscalité comme cela a commencé avec la CSG. C’est bien la mort de la Sécu qui se profile et que ne cesse de réclamer le Medef !

L’objectif gouvernemental est de mettre à mort le régime par répartition et d’abaisser massivement le niveau des pensions. La conséquence sera le développement de la précarité de revenus pour l’ensemble des retraités (limitation du prélèvement à 14% du PIB, -variation de la valeur du point en fonction du niveau d’activité du pays-) et l’allongement du temps de travail à l’échelle de la carrière professionnelle.

C’est cette même logique qui les motive avec les fonctionnaires qui subissent une attaque sans précédent de leur statut, les services publics sont fermés à tour de bras. Les administrations financières, en tête des restructurations, voient disparaître des dizaines de services de proximité par départements (trésoreries). Les privatisations se poursuivent. Le projet ADP ou des barrages hydroélectriques en sont la traduction. Le projet de budget 2020 est construit sur la base d’une austérité renforcée pour le social, les agents publics et les collectivités. Mais rien n’est fait pour mettre un terme à l’évasion fiscale qui est la cause d'une perte de 80 milliards des recettes budgétaires.

Un grand 24 septembre qui donne confiance et pour gagner

Vous le constatez, des rendez-vous importants sont fixés. Le gouvernement veut poursuivre dans la voie de la régression, tout en redoutant un nouvel embrasement social dont les racines ont émergées avec les conflits sociaux contre la casse du code du travail, des cheminots, du mouvement des gilets jaunes et aujourd’hui celui dans la santé qui dure depuis 7 mois et dont nous saluons les acteurs.

D’où le changement de méthodes dans les propos de Macron, Philippe ou Blanquer. Mais attention, s'il s'agit de mettre leur main de fer dans un gant de velours, le boomerang leur fera mal quand les citoyens découvriront la supercherie, qui n’a pour but que d’essayer de contourner l’évolution de l’état d’esprit beaucoup moins sur le renoncement et beaucoup plus sur l’idée de ne pas se laisser faire, de réagir et d’agir.

Deux conditions pour transformer la colère en lutte exigeante : tenir un discours offensif, crédible et avoir une démarche rassembleuse qui donne confiance et motive. Et cela se fera avec des communistes à l’offensive, qui donnent le ton et s’engagent.

Sur les retraites, Macron propose une consultation avec un calendrier renvoyant la patate chaude après les municipales et tente de berner les citoyens en priorisant la durée de cotisations à l’âge du départ en retraite qui est le repère symbolique fort des salariés.

La situation dans les services des urgences, au sein de l’hôpital public et des EHPAD est explosive. 220 services sont déclarés en grève. Les 70 millions de Buzyn, sont une provocation tant ils sont éloignés des besoins. Depuis plus d’un an, nous réclamons un plan d’urgence avec la création de 100 000 emplois dans l’hôpital public et de 20 000 dans les EHPAD, la fin des restructurations et des fermetures de lits, et un grand plan de formation. C’est l’objet même de la pétition nationale en cours de signature.

La colère est aussi dans les rangs des pompiers, des forces de l’ordre, des agriculteurs après le vote du CETA, des salariés menacés de licenciements notamment dans l’industrie ou encore chez les enseignants où Blanquer avec son annonce de 20€ par mois d’augmentation des traitements, a attisé les colères. Sa côte de popularité chuter de 18 % !

De multiples décisions d’action sont déjà prises pour septembre dans les branches comme la santé le 11 septembre, l’énergie le 19 septembre, les finances 16 septembre, le 21 septembre pour la paix et le climat.

Cette période de mobilisations débouchera sur le 24 septembre avec la journée nationale interprofessionnelle pour de meilleures retraites, de meilleurs salaires, des services publics pour tous et partout, la CGT appelle à se mobiliser avec des arrêts de travail et des manifestations. Enfin, le 8 Octobre, les retraités seront à nouveau dans l’action unitaire, à partir de leurs revendications spécifiques, avec des initiatives en territoires.

Nous soutenons toutes ces initiatives et appelons nos adhérents et sympathisants à tout mettre en œuvre pour qu’elles soient puissantes et réussies.

Construire avec les salariés et les citoyens l’alternative transformatrice

Après son revers aux européennes E. Macron et sa majorité veulent élargir son socle électoral de la présidentielle. 25 % est son pari. Cela pourrait lui permettre un nouveau mandat en 2022 à condition de continuer à faire la promotion de l’extrême droite et d’avoir une gauche dans l’incapacité de porter une alternative, de rassembler, de peser et de redonner espoir.

Relever ce défi nécessite la construction d’une alternative qui s’attaque aux causes du système, notamment le coût du capital et l’accumulation financière, et porte des propositions de transformation des rapports économiques, sociaux et environnementaux en donnant une place centrale aux êtres humains, à leur développement, à la solidarité et la coopération et un autre partage des richesses.

Nous voulons être un parti de propositions qui par leur contenu fait d’objectifs sociaux, de moyens financiers et de pouvoirs nouveaux de décisions, commencent à changer en profondeur la nature du système dans lequel la France, l’Europe et le Monde évoluent aux prises avec les pires difficultés. Et n’oublions jamais que la France est un pays riche, très riche.

Oui, il y a de quoi mieux vivre en France. Oui il est possible de développer nos services publics, de relancer la recherche et l’industrie, d’améliorer les conditions de vie au travail, les salaires, l’emploi et les retraites. Oui les moyens existent pour lutter contre le réchauffement climatique.

Ce besoin urgent d’alternative interpelle tous les progressistes, de la gauche, des forces politiques, sociales, associatives, qui veulent stopper Macron avant un nouveau séisme politique.

C’est pourquoi les communistes doivent être les champions du rassemblement, les véritables moteurs sur la base de projets mis en débat, co-construits avec les salariés et les citoyens et portés dans les mobilisations pour les faire aboutir.

Le 5 septembre à Irigny Yvours pour faire connaître nos propositions

C’est le sens de l’initiative du 5 septembre avec la diffusion d’un tract dont vous avez le projet dans les mains concernant l’inauguration de la Halte Ferroviaire d’Yvours à Irigny.

Cet investissement de 7 millions d’euros de la métropole donc de fonds publics, pour être pleinement utile doit être complémentaire des autres modes de transport comme les bus ou les trains et doit s’accompagner de la remise en service de l’omnibus ferroviaire entre Lyon Perrache et Givors, et de la réouverture de la ligne Lyon-Brignais-Givors.

Nous réaffirmerons notre opposition au TOP ou Anneau des sciences et proposerons une alternative pour un Anneau des sciences réservé uniquement aux transports en commun et donc excluant la voiture.

Le 5 septembre plusieurs dizaines de participants serait une réussite. Le rendez-vous est fixé à 10h au Rond Point de Carrefour Market.

Le 7 septembre : réussir notre concours de pétanque

Le samedi 7 septembre a lieu notre concours de pétanque. Nous voulons en faire un moment de mobilisation et un moment de débat sur la consultation citoyenne lancée avec nos partenaires pour les municipales de 2020, sur la pétition santé et celle sur ADP.

Nous devons viser large du point de vue des participations et de l’engagement des communistes pour que cette année encore notre concours marque la rentrée politique sur Pierre Bénite.

L’avenir d’ADP est un enjeu national

La démarche de RIP qui est engagée concernant ADP revêt un caractère particulier, une dimension historique, car si nous gagnons les 4,7 millions de signatures, c’est la mise en place d’un référendum dont l’issue peut permettre de stopper le projet de privatisation. Nous sommes à 690 000 signatures.

Il nous faut donner un coup de collier afin d'atteindre le million, qui donnerait un élan pour aller vers 4,7 millions. C’est l’objectif pour la fête de l’Humanité. C’est un défi que nous sommes capables de relever !

Le point sur les municipales de 2020.

Nous sommes engagés dans la construction du rassemblement des sensibilités de gauche présentes dans la ville et les écologistes. La démarche adoptée est de construire un projet citoyen et une liste commune de candidates et candidats avec les habitants de la ville. L’objectif politique est de nous mettre en situation de reconquête de la gestion de la ville, c’est à dire fermer la parenthèse ouverte avec la droite et Moroge en 2014.

C’est pour cet objectif que les communistes et leurs amis-es se mobilisent. Et c’est avant tout pour les citoyennes et citoyens de notre ville qu’ils le font !

La 1ère phase de cette mobilisation est la consultation citoyenne avec le questionnaire que les forces engagées ont décidé ensemble de porter. Nous avons 80 questionnaires rentrés. Nous nous étions fixé 100.

Pour l’instant la consultation n’a pas fait l’objet d’une diffusion publique dans la ville. C’est l’étape que nous franchiront dès cette semaine avec le projet de tract proposé. Sa diffusion s’accompagnera de « porte à porte » afin d’aller collecter le questionnaire, aider à le remplir et engager le débat, mobiliser.

Notre objectif est de collecter 1000 questionnaires pour une plus grande fiabilité. Chacun reconnaîtra que 80 c’est trop court, même si déjà des éléments très intéressants apparaissent comme vous le constaterez dans les dossiers. Il y a déjà des bases solides pour commencer à rédiger un projet. Pour cela un collectif a été mis en place auquel participent Daniel Deleaz et Evelyne Nicole.

Le questionnaire est rempli très sérieusement par les répondants et en même temps des questions doivent être expliquées et débattues parce qu’elles ne sont pas le lot quotidien des habitants et qu’il leur est parfois difficile de faire un choix.

C’est donc une grande rencontre avec les habitants que nous devons réaliser pendant tout le mois de septembre. C’est la condition pour atteindre les objectifs et rentrer concrètement en campagne.

Nous rentrons en campagne !

Je souligne que nos adversaires ont lancé leur campagne, l’association de droite à Moroge vient de ventiler un matériel sur le bilan de la municipalité depuis 2014 avec bien sur quelques contre-vérités, et à Irigny, une rencontre publique est organisée par les macronistes Da Passano et Kimelfeld quant aux élections métropolitaines.

La prochaine rencontre avec nos partenaires a lieu le mardi 3 septembre.

Nous allons continuer d’échanger et mettre sur pied un plan de travail commun avec des initiatives permettant la mobilisation de tous. Les élections ont lieu en mars. Il n’y a pas de temps à perdre pour se mettre en mouvement.

Nous devrons dans les prochaines semaines avancer sur la constitution de la liste commune de candidates et candidats. Cela fait encore l’objet de discussions. Dans l’attente il est important que tous les volontaires se déclarent, je vous invite donc à le faire."

Le débat a porté sur la question des retraites, sur la mobilisation le 5 septembre pour une expression de notre section sur la Halte ferroviaire d'Yvours à Irigny et nos propositions pour que cet investissement financé sur fonds publics soit pleinement utile aux populations d'Irigny et des villes environnantes.

Les municipales ont occupé une bonne partie du débat avec des demandes de clarification et d'identification sur l'engagement des forces de gauche et sur la consultation citoyenne. Les questionnaires rendues le jour de l'AG nous ont permis d'atteindre le chiffre de 81. Tout le monde a convenu que c'était trop faible et qu'il fallait s'investir dans le porte à porte pour aller les chercher. Malgré tout, les réponses apportées par les premiers répondant permettent de rédiger et de réfléchir à notre argumentation. Ce qui ressort c'est un grand sérieux de la part des répondants et aussi un besoin d'explications sur certaines réponses suggérées dans le questionnaire.

Il a été convenu d'accélérer et que le concours de pétanque tombé à pic pour donner de l'élan à cette de fond pour construire le projet municipal. Et ce d'autant que la droite a engagé sa campagne à Pierre Bénite et à Irigny. Des intervenants ont fait savoir que la droite de Pierre Bénite disait des mensonges dans la présentation de son bilan. Il est mensonger d'affirmer que l'ancienne équipe voulait détruire le Centre de Santé, puisqu'il s'agissait de la construction d'un nouveau Centre avec des domaines de médecine élargis au regard des besoins des populations. Il en de même sur la construction de logements neufs. Le maire de droite actuel affirme qu'il a moins construits que l'équipe précédente, alors que depuis 4 ans, les chantiers se multiplient aux quatre coins de la ville, exaspèrent les habitants au point que beaucoup l'ont surnommé "le bétonneur" !

Des intervenants ont émis le souhait que ces mensonges soient dénoncés publiquement. Ce qui fut acté.

L'AG a ensuite pris l'apéro et a cassé la croûte avec un petit Barbecue. Ce fut l'occasion d'un appel à la participation à la Fête de l'Huma et des prises de rendez-vous pour les covoiturages. A 22 heures ce fut l'extinction des feux.

Nous tenons à remercier Jeannine pour son investissement dans le repas, jeannot Haman qui a fait cuire les merguez et toutes celles et tous ceux qui ont versé à la collecte qui a rapporté 137 euros !

 


 

Publié dans Pierre Bénite, Rhône

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article