General Electric Villeurbanne - Rhône - dans l'action pour l'emploi et l'industrie !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

General Electric Villeurbanne - Rhône - dans l'action pour l'emploi et l'industrie !
General Electric Villeurbanne - Rhône - dans l'action pour l'emploi et l'industrie !

Les salariés de Général Electric Villeurbanne dans le Rhône (Ex Grid Alsthom) étaient dans l'action ce mercredi 2 octobre, de 13h à 15h. Les communistes de Villeurbanne étaient présents pour apporter leur solidarité aux travailleurs.

Ils étaient une centaine rassemblés rassemblement devant l’entreprise à Villeurbanne pour refuser le plan de casse de Général Electric qui traduit ses choix de structuration. Sur Belfort, 1000 salariés sont concernés et à Villeurbanne, à Aix les Bains et Saint Priest, ils sont plusieurs dizaines à l'être car la direction GE entend regrouper à Villeurbanne l'ensemble de sa R&D et supprimer les activités productives qui seraient délocaliser à Aix les Bains où des externalisations auraient lieu. La menace grandit sur le site de Saint Priest surtout concerné par la R&D.

Sur le territoire villeurbannais, c'est 125 salariés dont les vies et les familles sont percutées.

Le tissus industriel de Villeurbanne se réduisant comme peau de chagrin au profit d'actionnaires toujours plus avides, imposant des délocalisations pour augmenter leurs dividendes. C'est pourquoi, c'est l'étonnement devant le non investissement de la municipalité et notamment de son maire qui reste silencieux devant ce carnage !

La lutte pour l'emploi va se poursuivre. Elle ne peut pas se limiter à empêcher les licenciements, elle doit s'élargir à l'exigence du maintien de toutes les activités productives avec des investissements et des embauches pour relocaliser ce qui est déjà délocalisé à l'étranger ou externalisé à des centaines voire des milliers de Kms.

Cette lutte juste pour l'emploi industriel et notre industrie rassemble ceux de Villeurbanne, ceux de Belfort, ceux d'Aix les Bains ou de Saint Priest.

Face à eux les mêmes actionnaires avides de dividendes et prêts à tout pour ça, et le pouvoir de Macron 1er responsable d'un tel sinistre. Il faudra bien un jour faire toute la lumière sur les 1er responsables et notamment celles du ministre de l'économie qui donnât son feu vert pour ce pillage de notre industrie par les argentiers américains qui se sont engagés à créer 1000 emplois à l'époque : il s'appelait Macron !

Aujourd'hui devant l'arnaque de GE ne faut-il pas annuler purement et simplement cette vente ? La question est posée. Ne faut-il pas en faire une exigence !

C'est tous ensemble que nous devons les affronter pour faire triompher la justice sociale, conquérir et reconquérir une industrie solide indispensable au pays, à ses territoires et à notre peuple. Tel est l'esprit des syndicats de Villeurbanne qui font des propositions.

Ils proposent plusieurs mesures permettant d’éviter les licenciements contraints sur Aix les Bains, mais aussi Villeurbanne :

- Prise en compte des solutions alternatives industrielles (exemple : câblage BT armoires et FK à Villeurbanne pour l’activité AIS et maintien de la fabrication des conducteurs pour l’activité GIS).

La direction ne répond pas à ces questions sur la BT, notamment les coûts  des armoires et FK chez les sous-traitants. Un atelier BT à Villeurbanne pourrait créer 30 postes d’ouvriers.   

- Portage vers la retraite d’une durée de 36 mois (mesure identique au PSE de Hydro Grenoble) pour les établissements de Aix les Bains, St Priest et Villeurbanne.

Nombre d'actifs ayant 62 ans à fin juillet 2020 : 12 cadres + 23 atam + 8  ouvriers. Mesure de pénibilité pour la catégorie ouvriers qui libérerait 22 postes d’ouvriers,  23 atam et 12 cadres .  

- Prise en compte des départs volontaires à l’extérieur de la société de manière anticipé dans la zone d’emploi permettant le reclassement d’un salarié impacté. Pour toute prime de départ volontaire ou de licenciement :  L’indemnité légale de licenciement + une prime supra légale  de 100 000€.

Il ne faut surtout pas croire que les services qui ne sont pas concernés par ce premier plan ne le seront pas demain.

Dans la logique de la direction, les TPM, le service client et la BT n’ont aucune raison de rester sur le site de Villeurbanne. D’ailleurs, pour préparer l’avenir, la direction fait déjà appel à des prestataires dans ces services…pour faciliter les choses demain !

De plus, les conditions de travail vont se dégrader : avec de moins en moins de personnel, des difficultés de gestion des aléas, de plus en plus de déplacements, des heures supplémentaires etc… Tous les salariés doutent de la viabilité de ce plan pour AHT, mais aussi pour BHT ou les risques industriels sont très forts.

La direction du site applique sans scrupule les décisions machiavéliques de General Electric. Les syndicats déplorent que le CODIR ne soit là que pour appliquer les directives des actionnaires, alors qu’il faudrait un réel soutien aux salariés.

Après avoir été « enfumés » il y a un an, pour "un site vitrine horizon 2023", ils veulent maintenant faire avaler aux travailleurs un plan de licenciements et de casse industrielle avec au passage « une carotte » de 300€…

Les salariés ont décidé de faire appel à l'avocat Reelof (GoodYear) avec l'appui des syndicats de GE Villeurbanne pour poursuivre la direction GE pour annulation du plan de licenciements au regard de ses engagements non tenus pris au moment du rachat d'Astom. Il a pris la parole hier, pour expliquer sa démarche.

A l'heure où tout le monde parle de préserver l’environnement, les communistes ne se contentent pas d'en parler, mais proposent des solutions pour conserver une production au plus proche des salariés.

Conserver les productions sur le site Villeurbannais lutter contre la précarité et les bouleversements climatiques, voilà ce qui est à l'ordre du jour.

Les travailleurs de GE doivent pouvoir décider de leur avenir et préserver leur emploi. Ils ont le soutien des communistes dans cette grande bataille nationale.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article