Macron perd à nouveau 5 points en novembre ! l'ultralibéralisme en accusation.

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Macron perd à nouveau 5 points en novembre ! l'ultralibéralisme en accusation.

Emmanuel Macron croyait avoir relégitimé sa politique avec un acte 2 qui visait au départ à écouter un peu mieux les Français. Mais chez eux après 5 mois de matraquage médiatique, beaucoup n'y croit pas ou plus.

En effet, selon le baromètre Elabe la cote de confiance du président de la République enregistre une forte baisse de 5 points en novembre pour tomber à 28 %, retrouvant son niveau d'août dernier et repassant sous la barre symbolique des 30 %.

A cette chute, une raison principale, la politique renforcée d'austérité qui frappe durement l'ensemble des salariés.

Notamment les plus pauvres, les plus précaires, les retraités et les jeunes. Les chiffres parlent d'eux-mêmes, le record de pauvreté, et celui sur les inégalités sont battus, tout comme celui sur les expulsions locatives. Pour les mêmes raisons un jeune étudiant de Lyon s'immole pour dénoncer ce libéralisme débridé qui détruit et broie les êtres humains alors qu'une poignée s'enrichit avec des fonds publics comme le CICE ou les exonérations scandaleuses de cotisations sociales pour les entreprises qui mettent en péril la Sécurité Sociale sans une seule création d'emploi.

Le bilan a mi mandat de Macron est terrible au plan social comme économique !

Et il continue avec sa scandaleuse réforme de l'assurance chômage qui va jeter des milliers de salariés et de jeunes (près de 700 000 selon les estimations, seraient privés d'indemnisation), avec son refus d'entendre les personnels et professionnels de la santé qui alertent depuis des mois sur les risques accrus d'écroulement de notre système de santé et qui font pourtant des propositions constructives pour retrouver la sécurité des personnels et des patients chaque jour mis en danger et il y a maintenant sa reforme des retraites dont personne ne veut car elle les trois objectifs sont clairs : la baisse des pensions, l'allongement de la durée de travail et le transfert aux fonds de pensions et aux marchés financiers d'une partie du "marché" des pensions rendant de plus en plus aléatoires les revenus des retraités et des futurs retraités.

Elle est présentée comme la réforme majeure de l'acte II du quinquennat, mais, pour l'instant, les Français sont très inquiets voire en désaccord avec les objectifs poursuivis. « Le flou sur les retraites a un double effet. Il désarçonne le socle électoral d'Emmanuel Macron et inquiète les actifs », explique le président d'Elabe. Le temps que veut se donner le gouvernement, jusqu'aux municipales, a un effet pervers dans la mesure où, loin de rassurer les Français, il alimente les inquiétudes voire la certitude que derrière ces élections, la casse de la retraite solidaire interviendra.

La cote de confiance du président français  s'était plus ou moins stabilisée après le fameux grand débat à l'issue de la crise des gilets jaunes. Mais là aussi, une fois revenu dans la réalité de la fiche de paye, c'est la déception, la colère et le sentiment d'avoir été floué, arnaqué qui reprend le dessus. D'ailleurs le mouvement des gilets jaunes loin de s'éteindre est en pleine recrudescence.

Enfin, la réalité du pays, des dégâts humains de l'austérité et du chantier des retraites, rattrapent également l'exécutif. La cote de confiance du Premier ministre, E. Philippe, suit exactement la même courbe puisqu'il enregistre lui aussi une baisse de 5 points de sa cote de confiance, qui tombe à 26 %.

Le pourcentage des personnes interrogées ne faisant « pas confiance du tout » à Emmanuel Macron remonte de 4 points à 36 %. Au total, près de deux Français sur trois (65 %, en hausse de 5 points) ne lui font pas confiance : Emmanuel Macron reste un président majoritairement impopulaire.

Il perd des soutiens dans son électorat (-8 points) et à droite (-9 points chez les électeurs de François Fillon du premier tour de la présidentielle). Il décroche aussi chez les actifs (-8 points), notamment les cadres chez qui la chute atteint 13 points.

Rarement Macron avait chuté de manière aussi brutale sur un mois. Depuis le début du quinquennat. Il faut remonter à  l'affaire Benalla pendant l'été 2018 ou encore la baisse de 5 euros des APL à l'été 2017 pour retrouver des baisses aussi spectaculaires. En fin d'année 2018, Emmanuel Macron avait chuté de 13 points au plus fort de la crise des « gilets jaunes » pour tomber à 23 % d'opinions favorables.

A mi-mandat, la cote de confiance d'Emmanuel Macron mesurée par Elabe affiche 17 points de baisse. Cette baisse est plus proche de celle de Nicolas Sarkozy à la même époque (-19 points).

Sondage effectué les 5 et 6 novembre 2019, auprès d'un échantillon de 1.002 personnes, selon la méthode des quotas.

 

 

Publié dans Politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article