La journée du 17 décembre a commencé hier soir à Oullins avec une initiative au débat du député En Marche......

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

La journée du 17 décembre a commencé hier soir à Oullins avec une initiative au débat du député En Marche......
La journée du 17 décembre a commencé hier soir à Oullins avec une initiative au débat du député En Marche......
La journée du 17 décembre a commencé hier soir à Oullins avec une initiative au débat du député En Marche......
La journée du 17 décembre a commencé hier soir à Oullins avec une initiative au débat du député En Marche......

Hier au soir le député de la circonscription, Isaac Sibille a eu la bonne idée de vouloir tenir un débat public à Oullins sur la réforme des retraites. Aussitôt informée l'Union Locale CGT et les communistes notamment de Pierre-Bénite se sont mobilisés pour accueillir le député Modem de la majorité En Marche et participer à son débat.

Isaac Sibille tenta une provocation en se précipitant vers les militants en leur tendant la main au nom de la République. Il repartit aussi vite, tout penaud, rejoindre la dizaine de personnes qui l'attendaient dans une salle.

Les militants le suivirent et pénétrèrent dans la salle pour le conspuer. Il réussit néanmoins à prendre la parole et à expliquer que depuis 1945, nous avions gagné en moyenne 10 années de vie et qu'il était anormal d'être en retraite aussi longtemps, sans travailler. C'était son explication pour tenter de justifier une réforme injuste, de recul social et de civilisation.

Les militants CGT et les citoyens présents protestèrent devant une telle provocation. Le député refusa de répondre aux questions qui fusaint et notamment celle concernant l'évolution du PNB de 1945 à 2018, sachant que déjà il double pratiquement tous les 20 ans.

La secrétaire de l'UL prit alors la parole pour dénoncer la contre-réforme de Macron et affirmer que la grève durera jusqu'au retrait de la réforme. Même si la grève est difficile avec des pertes de salaires qui font mal au porte monnaie, elle souligna qu'il valait mieux perdre un peu en quelques semaines que perdre pendant 10 à 15 ans quand on sera en retraite, il sera alors trop tard pour se plaindre.

Plusieurs interventions démontrèrent que l'argent existait pour améliorer et consolider le système actuel. Imposer la cotisation sociale aux dividendes rapporterait immédiatement 5.5 milliards, stopper les exonérations de cotisations en rapporteraient 6 supplémentaires. Ce n'est donc pas un choix financier qui est posé, mais un vrai choix de société.

Isaac Sibille recula et ne participa plus au débat. Il se rapetissa un peu plus quand des personnes l'interpelèrent sur les relations de Macron avec le fond pension américain BlacKRock qui soutient sa réforme car intéressé par l'épargne que des millions de français seront obligés de se constituer pour assurer un revenu décent quand ils prendront leur retraite avec une petite pension.

Après quelques échanges, un militant de JTECK Irigny prit la parole et témoigna. Il fit part qu'âgé de 52 ans, il était usé par des conditions de travail terribles et qu'il doutait fortement qu'il puisse arriver à 64 ans. C'est sa motivation première, surtout qu'autour de lui, au travail, se sont des dizaines de salariés qui sont dans son cas et qui ne pourront pas profiter de leur retraite en bonne santé.

Il réaffirma son opposition résolue à cette réforme, pour lui et aussi pour les jeunes. Il était d'autant plus motivé qu'un retraité présent osa affirmer qu'il avait financer sa retraite et que les générations futures n'avaient qu'à faire comme lui ! Belle conception de la solidarité.

Après une heure trente d'échanges parfois houleux, les militants syndicaux et politiques se sont retirés, laissant Issac Sibille seul avec sa quinzaine de macronistes obéissants.

Une chose est certaine, c'est le rapport des forces qui décidera de l'avenir. D'où le besoin de réussir en grand la grève et les manifestations du 17 décembre. La balle est dans le cas du gouvernement. Nous savons ce qu'il nous reste à faire !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article