Communiqué du syndicat CGT du Vinatier à Bron en lutte contre la fermeture de lits

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Communiqué du syndicat CGT du Vinatier à Bron en lutte contre la fermeture de lits

La CGT du CHS du Vinatier s’oppose à la nouvelle fermeture d’une unité d’entrée sur le pôle Ouest, imposée par la direction et la présidence de CME alors même que les personnels et médecins du pôle concerné y sont opposés.

Notre établissement a déjà fermé les unités Lasègue, Magnan, unité C de l’UHSA, Requet et Itard pour libérer des lits et du personnel pour faire face à la crise. Ce sont 50 lits dédiés COVID qui ont été mis en place.

Pour le moment nous avons une dizaine de patients dans ces unités. Nous avons donc largement de la marge. De nombreux patients ont donc été sortis en urgence de l’hôpital pour libérer ces lits.

La direction justifie cette fermeture en expliquant que nous risquons de manquer d’effectif avec le départ des étudiants. Le taux d’absentéisme sur notre hôpital est en dessous des 10%, de nombreux personnels sont en réserve.

Nous rappelons à la direction que ce sont les suppressions massives de postes de ces dernières années qui ont créé ce sous-effectif. Il n’est pas nouveau et nous le dénonçons depuis des années. Chaque été, il n’y a pas d’étudiants sur l’établissement et pourtant nous arrivons tout de même à maintenir l’activité. Cet argument n’est pas entendable, l’absentéisme est à moins de 10%.

L’urgence actuelle pour notre hôpital est d’avoir les moyens pour accueillir et soigner la vague de patients qui sont en train de revenir sur l’hôpital. Si la direction continue sa politique de fermeture nous serons débordés. La direction en est d’ailleurs bien consciente puisqu’elle prévoit d’augmenter les accueils physiques des structures extra muros car le nombre de patients ne cesse d’augmenter et la téléconsultation et les accueils présentiels réduits ne suffisent plus.

Nous nous opposons également à la fermeture pour tout l’été de l’unité Renoir du PSYPA (unité pour personnes âgées). Là encore l’argument donné par la chef de pôle est le manque d’effectif, mais médical cette fois.

Au total, ce seraient environ 120 lits de psychiatrie de fermés.

Nous revendiquons :

  • Le maintien de toutes les unités sur les pôles Ouest et PSYPA

  • L’engagement de la direction que toutes les unités déjà fermées pendant cette crise soient rouvertes dès que les patients en auront besoin (la direction ne s’engage qu’à la réouverture en fin de crise)

  • le retrait du plan de 10 millions d’économie (les suppressions de postes, les fermetures d’unités)

  • La stagiairisation de tous les contractuels. C’est la moindre des choses pour tous les contractuels qui auront participé à gérer la crise

  • Le maintien des RTT et primes pour les réservistes, les personnels en éviction. Pas de chantage, pas de pression, les personnels doivent être sereins

  • L’embauche de personnels

  • 300€ par mois d’augmentation de salaire pour tou.te.s immédiatement, une prime ne suffira pas

Le syndicat appelle les salariés et citoyens à soutenir cette lutte qui se poursuivra jeudi à 14h 30 devant les locaux de la direction et tous les mardis et jeudis.

Publié dans santé, Luttes sociales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article