Pour la CGT du Rhône, l’urgence, c’est de protéger la population !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Pour la CGT du Rhône, l’urgence, c’est de protéger la population !

La pandémie, qui sévit dans le pays depuis un mois, touche tout le monde, et particulièrement les plus précaires, les personnes âgées, les sans-abris, les mal-logés…

La préoccupation première est de sauver et protéger la population.

Des entreprises et administrations il nous remonte beaucoup d'angoisse et d’incompréhensions de la part des salariés et la situation est souvent tendue. C’est pour cela que notre organisation défend des mesures d’urgences. Dans la santé, il y a déjà une surcharge d’activité sans que le pic de l’épidémie ne soit atteint.

Nous craignons beaucoup pour les prochains jours ; il manque énormément de moyens tant humains que matériels... Le résultat des politiques de santé de ces dernières années est désastreux.

Depuis plus d’un an et demi, les salariés des hôpitaux se battent contre les saignées budgétaires, les fermetures de lits d’unités, les réductions d’effectifs, et désormais la population et les personnels hospitaliers paient très cher aujourd’hui, cette perte de moyens. De plus, le manque de gants, de masques, de sur-blouses met en danger les professionnels. Le manque de masques est par exemple le résultat de la suppression des réserves nationales sans pour autant avoir donné les moyens aux établissements de compenser.

Oui nous mettons en accusation les politiques hospitalières de ces dernières décennies.

Aujourd’hui, le président MACRON et son gouvernement nous demandent de la solidarité. S’il est un domaine que le CGT connait bien, c’est bien celui-là. Mais la solidarité, c’est tout faire pour que les salariés qui travaillent, pour que la population soient équipés de toutes les mesures sanitaires pour ne pas être touché par le virus.

La solidarité, c’est de dire à celles et ceux qui ne travaillent pas dans « une activité indispensable » de rester chez eux, et ce, sans réduction de salaire.  Comment dire aux gens « restez chez vous » et en même temps les inciter à aller aider les maraichers par exemple ?

Dans les entreprises et les services publics, nous demandons la mise à l’arrêt de toutes les activités non indispensables à la lutte contre l’épidémie ou activités nécessaires à la vie de la population, comme cela est le cas dans de nombreuses entreprises de la métallurgie, de la chimie qui ne produisent pas des produits de première nécessité (ex : revêtements de terrain sportifs, brises-roche pour pelle mécanique, matériel électrique haute-tension, etc.).

La réquisition des moyens humains et matériels des cliniques privées doivent être mis en oeuvre de partout à 100 %, ce qui n’est fait que trop partiellement aujourd’hui.

Nous demandons l’interdiction des licenciements, le respect des droits des salariés qui font valoir leurs droits de retrait, la mise hors-la-loi des signatures de décharge de responsabilités que certaines entreprises veulent et font signer aux travailleurs.

Oui, nous voulons voir la responsabilité des employeurs engagés quant à l’éventuelle contagion des salariés au travail, dans le privé mais également dans le public.

Nous exigeons la mise en oeuvre et l’application de toutes les dispositions nécessaires pour assurer la protection des salariés dans l’obligation de travailler, le commerce, l’agroalimentaire, l’aide a domicile, les assistantes maternelles, le transport sanitaire et le transport classique... sous peine de lourdes sanctions.

Oui les CSE, les CSSCT, l’inspection du travail doivent être consultés obligatoirement afin d’aborder la pertinence et les modalités de mise en application des Plans de Continuité d’Activité (PCA).

Il n’est pas question pour notre syndicat d’entendre les discours des scientifiques, des chercheurs, des médecins appelant à un confinement total, de déclarer la guerre à la pandémie comme le dit le président Macron et en même temps de laisser des millions de salariés continuer à travailler (que ce soit dans le bâtiment, la construction, la métallurgie, la chimie, dans certains transports…) dans la promiscuité, ignorant ou dans l’impossibilité d’appliquer « les gestes barrières » et sans réelle protection à disposition.

Non ! Pas question de jouer avec la vie !

Pour cela, nous revendiquons le dépistage régulier et en premier lei pour les personnels de santé, l’exemption du travail pour tous les salariés vulnérables, le maintien intégral du salaire pour tous les salariés non obligés de travailler, la mise en place du télétravail quand c’est possible et l’interdiction des licenciements et des sanctions contre les salariés qui se battent pour leurs droits.

La CGT ne cessera d’agir dans l’intérêt collectif de la population, des travailleuses et des travailleurs.

Pour cela, la CGT met en place un Numéro Vert (entièrement gratuit) le 0 805 384 899 à disposition de tous les salariés et agents exerçant sur la région Auvergne- Rhône Alpes. Il est actif dès aujourd’hui et accessible du lundi au vendredi de 9H à 17H et permettra de répondre à toutes les questions ou demandes d’aides de tous les travailleuses et travailleurs.

Lyon, le jeudi 2 avril 2020