Alerte : les retraites en grand danger !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Alerte : les retraites en grand danger !

Le titre du journal Les Echos est sans ambigüité : "Coronavirus : le déficit du système de retraite plonge à 30 milliards !"

L'article découle du COR ( Conseil d'orientation des retraites). Si celui-ci n'est pas encore en mesure de faire des projections au-delà de 2020. Les interruptions d'activité auront des répercussions sur les pensions futures. L'article des Echos se permet même d'affirmer que le niveau de vie relatif des retraités augmente !

Déjà l'on connait l'estimation du déficit de la Sécurité sociale : 52,2 milliards d'euros en cette année de coronavirus. Le Conseil d'orientation des retraites (COR) vient de mettre un chiffre sur le déficit du système de retraite, tous régimes confondus. Il serait de 29,4 milliards d'euros en 2020, soit 25,2 milliards de plus que prévu en novembre.

Un solde négatif qui ne représenterait donc pas 0,2 point de PIB, mais 1,5 point - avec un effet miroir grossissant et déformant dû au fait que la croissance va reculer de 11 % cette année.

Si le choc apparait brutal pour le système de retraite, il ne saurait justifier que Macron relance activement sa réforme des retraites qu'il a gelée temporairement d'autant que les Français se sont prononçaient majoritairement contre !

Le COR, qui s'est réuni jeudi, prévient que le contexte économique est encore mouvant, et a donc renoncé à publier son traditionnel rapport annuel de juin, avec des projections financières de long terme.

Nous connaissons les causes de ce déficit, il y a d'une part l'incidence du chômage partiel qui a touché plusieurs millions de personnes et se poursuit encore dans certaines entreprises et certains services. Si l'Etat avec nos impôts a assumé cette responsabilité en prenant à sa charge les salaires versés normalement par les entreprises pendant cette période de crise, l'entreprise ne devraient pas elles-aussi être solidaires en prenant en charge les cotisations sociales ce qui de fait réduirait à néant l'aggravation du déficit des comptes sociaux.

Dans le même esprit, il est urgent de mettre un coup d'arrêt à toutes les exonérations de cotisations sociales sans contre partie des entreprises en terme de sécurisation de l'emploi et des revenus, il en est même qui touchent des aides et licencient en même temps, qui est particulièrement inefficace pour l'emploi puisque en général cas fonds publics alimentent les profits. Cette mesure irait dans le sens d'une réduction des déficits de la Sécu et des retraites et permettrait aux entreprises de contribuer à la solidarité nationale.

Tels sont à notre avis les bons termes du débat contrairement aux Echos qui laisse en creux percevoir sa demande de mise en oeuvre de la réforme adoptée autoritairement avec l'usage du 43/3.

Cette question va redevenir centrale. C'est pourquoi nous devons exiger l'annulation définitive de la réforme adoptée à la hussarde contre la volonté du pays, et engager une discussion sérieuse pour une autre réforme qui garantisse le droit à la retraite à 60 ans, avec des pensions revalorisées et financée par les cotisations sociales.

Plus que jamais nous ne pouvons accepter que des jeunes meurent du chômage alors que les salariés âgés meurent au travail !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article