Hôpital Henry Gabrielle à Saint-Genis-Laval la lutte se poursuit

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Hôpital Henry Gabrielle à Saint-Genis-Laval la lutte se poursuit
Hôpital Henry Gabrielle à Saint-Genis-Laval la lutte se poursuit

Malgré la pandémie du COVID-19 la mobilisation s'est poursuivie à l'hôpital Henry Gabrielle pour son maintien à Saint-Genis-Laval.

L'association de défense de l'hôpital attire notre attention sur le fait que les hospitalisations ont été très ralenties par la transformation des quelques chambres à 2 lits en chambre à 1 lit, et par l'envoi de soignants et de rééducateurs sur d'autres sites  (à l’hôpital Lyon Sud, ou encore en gériatrie : Charrial et Pierre Garaud).

Le suivi de la rééducation a été fortement impacté par la transformation des 2 services d’hôpitaux de semaine : 1 pour l’hospitalisation de patients infectés (essentiellement non handicapés), l'autre pour l’accueil de patients post COVID (après une réa lourde) et par la fermeture du service d’hôpital de jour. Ces mesures restent en place ou sont peu atténuées en ce moment, et cela sans doute jusqu'en septembre. 
 
S'il n'est pas possible d'évaluer le nombre d'hospitalisations non réalisées, on peut évaluer à plus d'une centaine les demandes d'hospitalisations de semaine non réalisées... pour l'instant!
 
Le pire étant la fermeture d'une unité d'hospitalisation complète depuis plusieurs mois par manque de médecins, une situation largement dénoncée par les syndicats et l'association.
 
Tout le monde connait les difficultés qui  poussent les médecins à quitter l’hôpital public pour le privé (surcharge de travail, rémunérations). Pour cette unité, un médecin était à 50% sur H. Gabrielle, et 50% au Centre de Hauteville : plus de 100km d'écart. Il a demandé un temps plein à H. Gabrielle, ce qui lui a été refusé, puis accepté …une fois qu'il était parti !!
 
Cette fermeture temporaire est en passe de devenir définitive, ce qui serait dramatique.
 
Henry Gabrielle c'était 11 services d'hospitalisations de 22 à 24 lits, maintenant ce sera 6 services d'hospitalisations, 2 services de semaine et 1 de jour. Est ce un concours de circonstances qui amène à cette décision, un manque de volonté ou une volonté délibérée des HCL qui utilise le COVID-19 pour accélérer la mise en sommeil de l'hôpital avant son transfert ?
 
La vigilance s'impose et la mobilisation est plus que jamais nécessaire. Notons que dans cette phase d'élections politiques les listes conduites à la métropolitaine par la gauche et par les écologistes se sont engagées à maintenir l'hôpital sur place à Saint-Genis-Laval et donc à remettre en cause son transferts décidé sans concertation par Collomb et Crimier.
 
Les salariés et patients de l'hôpital sauront s'en souvenir !

Publié dans Luttes sociales, santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article