Tous ensemble dans l'action pour la santé le 16 juin

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Tous ensemble dans l'action pour la santé le 16 juin

Le « Ségur de la santé » patine. Il n'y a pas de vraies négociations, mais simplement de discussions de salon comme les qualifie Christophe Prudhomme.

Les hospitaliers se mobilisent le mardi ou le jeudi dans leurs établissements pour exprimer leur colère. Bien que fatigués, ils ont confiance dans leur force, ils se mobilisent et veulent être entendus. C'est indispensable s'ils veulent que la négociation aboutisse.

Certaines directions continuent comme avant ! Pour commander du matériel, pour ouvrir des lits, embaucher ils répondent qu’il n’y a pas d’argent, pourtant chaque jour des milliards d'aides aux entreprises sont annoncé par le gouvernement. Les promesses de Macron ne seraient-elles que du vent ?

Les syndicats et les divers collectifs, ont donc décidé d'organiser une grande journée d’action le 16 juin, avec des rassemblements et manifestations dans toutes les villes de France et à Paris, devant le ministère de la Santé, avenue de Ségur, pour que le gouvernement réponde aux demandes urgentes avec enfin de vraies négociations.

Les personnels doivent être les plus nombreux possible tout comme les citoyens qui doivent exprimer leur solidarité et leur exigence que leur santé ne soit plus mise en danger par la poursuite d'une politique dont les dégâts ont été visibles et terribles, lors de la crise sanitaire.

Refusons de donner des jours de congé aux hospitaliers comme le recommandent certains libéraux de la pire espèce, mais déposons un jour de RTT le 16 juin pour venir manifester avec les personnels de la santé.

Il ne s’agit pas simplement de soutenir, mais de pouvoir demain, continuer à avoir accès à des hôpitaux, à des Ehpad et, plus globalement, à un système de santé de qualité.

Des informations alertent sur de possibles interdictions des manifestations. Rappelons que le droit de manifester est un droit inaliénable dans notre pays.  C'est pour cela que les organisateurs ont décidé de manifester autorisés ou non, car il s’agit d’une liberté fondamentale qui ne peut être retirée selon le bon vouloir du prince.

Dans son billet du jour publié par l'Humanité, Christophe Prudhomme appuie : " Quelle que soit la délégation de pouvoir que vous accordent les élections, un système démocratique ne peut restreindre les droits des individus que sont le droit de se réunir, le droit de s’exprimer, le droit de pétitionner, le droit de s’informer et le droit de manifester. Nous manifesterons donc le 16 juin, et encore à d’autres dates, en fonction de ce que nous jugerons utile pour soutenir nos demandes et exprimer démocratiquement notre insatisfaction et notre colère vis-à-vis de votre personne et de votre gouvernement. "

Il en profite pour lancer même un appel pour que le 14 Juillet, fête nationale qui appartient à tous les Français, soit l’occasion d’une manifestation populaire sur les Champs-Élysées pour réellement soutenir les soignants afin qu’ils obtiennent, enfin, ce qu’ils demandent et qu’ils méritent.

Il interpelle Macron en ces termes "Si vous avez le droit, de par vos fonctions dans le cadre de la monarchie « républicaine » instituée par la V e République, d’organiser des fêtes dans votre château, vous ne pourrez nous retirer celui de nous exprimer par voie de manifestation dans l’espace public qui appartient aux citoyens."

Tous en manifestation le 16 juin avec la santé pour notre santé !

A Lyon le rendez-vous est fixé à 13h 00 à l'Hôpital Edouard Herriot - 5 Place d'Arsonval 69003 Lyon avec manifestation en Direction Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes 241 Rue Garibaldi, 69003 Lyon

 

Publié dans Luttes sociales, santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article