Valéo massacre l'emploi en France et dans le monde !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Valéo massacre l'emploi en France et dans le monde !

Valeo a supprimé 12.000 postes dans le monde au premier semestre, dont près de 2.000 en France. Pour l’essentiel, il s’agit de contrats intérimaires non reconduits.

Spécialisé dans les motorisations électriques et les technologies d'assistance à la conduite, l’équipementier automobile a été touché par la crise du coronavirus, avec un chiffre d’affaires en recul de 28% à 7.06 milliards d'euros sur le premier semestre et une perte prévisionnelle de 1,2 milliard d'euros . La marge opérationnelle est aussi tombée dans le rouge (− 840 millions d’euros). Comme tous les grands groupes Valéo a utilisé la masse des salariés précaires comme variable d'ajustement.

En Europe, où «un peu plus de 4.000» emplois ont été supprimés, dont «un peu moins de 2.000» en France, il n'y a cependant pas eu de licenciements secs. Il s'agit essentiellement de contrats d'intérimaires qui n'ont pas été reconduits, a précisé Valéo.

Les suppressions d'emplois réalisées et celles à venir s’inscrivent dans un plan d'économie de 570 millions d'euros dont une baisse des investissements de R&D de 196 millions d'euros et une réduction des frais généraux de 97 millions selon la direction du groupe.

Ces mesures vont aggraver la situation sociale, affaiblir l'efficacité des fabrications, elles n'ont pour seul objectif la baisse du coût du travail pour dégager des profits substantiels et des dividendes aux actionnaires. D'ailleurs la bourse ne s'y trompe pas  puisque l'action est passée en 1 mois de 22,22€ à 24,23€ !

Le groupe Valéo a par ailleurs engagée des négociations avec les syndicats en France pour améliorer sa compétitivité. La direction aurait mis sur la table plusieurs mesures dont l'annulation de l'intéressement, une réduction des congés, ou encore un gel des salaires et même une réduction de la rémunération de base pour les ingénieurs et les cadres. La direction n'a pas souhaité faire de commentaire sur ces discussions en cours.

A suivre