Super succès de la journée de lutte, conviviale et solidaire des communistes de Pierre-Bénite

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Super succès de la journée de lutte, conviviale et solidaire des communistes de Pierre-Bénite
Super succès de la journée de lutte, conviviale et solidaire des communistes de Pierre-Bénite
Super succès de la journée de lutte, conviviale et solidaire des communistes de Pierre-Bénite
Super succès de la journée de lutte, conviviale et solidaire des communistes de Pierre-Bénite
Super succès de la journée de lutte, conviviale et solidaire des communistes de Pierre-Bénite
Super succès de la journée de lutte, conviviale et solidaire des communistes de Pierre-Bénite
Super succès de la journée de lutte, conviviale et solidaire des communistes de Pierre-Bénite
Super succès de la journée de lutte, conviviale et solidaire des communistes de Pierre-Bénite
Super succès de la journée de lutte, conviviale et solidaire des communistes de Pierre-Bénite

Comme chaque année, notre section a tenu son initiative de rentrée ce samedi 5 septembre. Elle s'est déroulée en 2 parties

1) Un rassemblement de lutte avec un rendez-vous nationale des signatures de la pétition nationale du PCF à 11h 30. Une cinquantaine de personnes étaient présentes. Cela fut l'occasion de se retrouver après les congés d'été et pour certains depuis le début du confinement, un moment privilégié pour échanger autour d'un verre, d'une merguez ou d'une crêpe. Bien sur la vie locale était présente dans les discussions mais aussi la vie nationale dont les enjeux furent présentés par notre camarade Maud Millier élue communiste à Pierre-Bénite (voir l'intervention ci-dessous).

2) A partir de 13h 30, les boulistes arrivèrent pour s'inscrire au concours de pétanque qui verra la participation de 38 doublettes. Record battu.

Nous tenons à remercier chaleureusement, les camarades et amis-es qui se sont mobilisés pour la réussite de notre initiative: Joëlle, Vincent, Laurie, Loïc, Alain, Daniel, Jeannine, Daniel, Thierry ainsi que tous les amis-es sympathisants qui furent présents et contribuèrent à ce succès.

Voir la série photos

Ci-dessous l'intervention de Maud Millier

"Chers Amis

A l'occasion de ce rassemblement, il semble difficile de ne pas avoir une pensée pour le Liban et la catastrophe qui a touché Beyrouth et sa population début août.

La destruction du port et les dégâts causés par l'explosion ont fragilisé la situation de beaucoup de familles d'ouvriers et d'employés qui se sont retrouvées sans abri et sans travail, sans parler des pertes en vies humaines. C'est un nouveau désastre qui s'abat sur un pays déjà éprouvé durement lors des dernières décennies : guerre civile, crise économique, sociale et politique qui ont plongé +50% de la population sous le seuil de pauvreté.

Que ce soit au Liban, en France, ou dans le reste du monde, une crise sanitaire, sociale et économique s'abat sur tous les peuples.

Cette situation internationale dans un contexte de crise sanitaire mondiale, prend une résonance toute particulière. La pandémie agit comme un révélateur des caractéristiques du monde qui est le nôtre.

Partout dans le monde, le coronavirus a été le prétexte plus ou moins assumé de réduire les droits des travailleurs et les libertés des peuples, les réponses auraient pu être sociales et sanitaires, elles seront économiques et répressives.

La rentrée sociale revêt donc un caractère totalement inédit. Aux conséquences sanitaires dramatiques de l'épidémie, aux effets de la crise économique sur l'emploi, s'ajoute une succession de mesures de régressions sociales, mises en oeuvre par le gouvernement, dans l'intérêt du patronat et des plus riches.

Avec son plan de relance de quelques 100 milliards d'euros, le gouvernement voudrait faire repartir la machine à produire des profits, en continuant de faire pression sur les salaires, en précarisant les emplois et les salariés, en facilitant encore plus leurs licenciements.

Un plan de relance, mais pour continuer comme avant.

Dans un exercice de communication savamment orchestré, le gouvernement a présenté ce plan de relance, en dehors de toute logique de progrès économique, social et environnemental. Bien loin du véritable plan de transformation qui serait nécessaire; en complète rupture du paradigme dans lequel les financiers de tous bords et leurs chantres, souhaitent nous enfermer.

Après la crise sanitaire, il y a donc la crise sociale. Durant le confinement les inégalités entre les hommes et les femmes se sont encore renforcées. De nombreuses familles avec enfants ont peiné à se nourrir. La fermeture des cantines scolaires a favorisé la dénutrition de beaucoup d'enfants. Dans la Métropole de Lyon, comme dans beaucoup de villes universitaires, nombre d'étudiants et de travailleurs précaires sont dans une situation alarmante. De nombreuses associations mettent d'ailleurs en garde les pouvoirs publics sur la situation particulièrement effrayante des familles les plus modestes avec enfants.

A quelques jours seulement de la rentrée des classes, nous proposons de provoquer une rencontre avec les professeurs, les personnels municipaux et parents d'élèves afin de discuter avec eux de leurs préoccupations en cette rentrée si particulière.

La crise sanitaire a également démontré l'importance des services publics et la nécessité de partir à la conquêtes de services publics du XXI eme siècle. Socle indispensable de la solidarité, de la citoyenneté, de la démocratie, de l'émancipation et du développement économique, les services publics démontrent chaque jour leur efficacité et leur capacité d'adaptation pour continuer de répondre aux besoins et nous permettre de faire face aux crises. Ils sont aussi un puissant levier de transformation, pour une société plus juste, solidaire, émancipatrice, respectueuse de l'environnement et fondé sur l'intérêt général. Ils doivent échapper à toute logique de marché, être présents sur l'ensemble du territoire : énergie, éducation, formation, action sociale, santé, emploi, justice, sécurité, logement, transport, eau, culture, information, communication, presse...

En ce sens, nous avons acté la mise en place d'un Comité de mobilisation pour la santé, sur le territoire de notre circonscription Lône et Coteaux afin de partager nos informations respectives et de mettre en perspectives un projet de santé publique pour toutes et tous sur l'ensemble du territoire.

La crise sanitaire a eu également des conséquences sur la démocratie sociale, notamment dans les entreprises. Le gouvernement a en effet mis à profit la crise sanitaire pour accentuer encre davantage la casse des droits sociaux, déjà bien fragilisés, grâce à une loi d'urgence sanitaire. les entreprises ont ainsi les mains libres d'user de ces régressions jusqu'à décembre 2020.

Mais pas question comme le demande la patronat d'abandonner au prétexte de la crise économique, les normes sociales et environnementales, les principes de l'assurance chômage et des retraites, au risque d'une nouvelle crise, encore plus violente que celle que nous traversons actuellement. Pas question non plus de se voir imposer des mesures de restrictions sociales pour des mois, voire des années !

Sur la plan national, les chiffre du chômage montrent les arrêts brutaux d'embauche pendant la période de confinement. On sait déjà que se sont les jeunes qui sont et qui seront les premières victimes collatérales de cette crise sanitaire. On attend 700 000 à 800 000 jeunes supplémentaires qui vont chercher un emploi à l'occasion de cette rentrée. Trouver des réponses structurantes à cet enjeu majeur, est vital pour leur avenir et celui du pays.

L'intersyndicale CGT, FSU, Solidaires, CNT et les organisations de jeunesse appellent à une grande journée de grève et de manifestations les salariés, précaires, retraités, privés d'emplois et étudiants, le 17 septembre à 11h30 au départ de la manufacture des tabacs, en direction de la place Bellecour. Avec la situation sociale et économique, cette journée se doit de prendre de l'ampleur pour porter et gagner un projet qui vise à transformer et faire évoluer notre société tout en combattant le modèle capitaliste, qui chaque jour génère plus de pauvreté et d'exclusion. Un autre monde est possible, nous avons des solutions humaines, sociales, solidaires, justes, équitables et respectueuses de l'environnement pour sortir de la crise à faire connaitre et à mettre en débat.

Plus que jamais, la mobilisation sociale doit se faire entendre pour une politique publique d'investissement, pour l'emploi, pour les salaires et la diminution du temps de travail, pour notre système de protection sociale et nos retraites, pour nos services publics. C'est tout le sens de l'appel à la mobilisation et à la grève de ce 17 septembre.

C'est donc sur une note revendicative, offensive et pleine d'espoir pour les semaines et les mois à venir que je vous souhaitent à tous et à toutes une excellente journée fraternelle et sportive, à l'occasion de notre concours annuel de pétanque.

C'est dans la bataille que nous nous renforcerons.

Pour paraphraser Nelson Mandela, je dirais que "Nous travaillerons ensemble pour soutenir le courage là où il y a la peur, pour encourager la négociation là où il y a le conflit, et donner l'espoir là où règne le désespoir."

Bonne journée à toutes et à tous et Prenez soin de vous."

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article