Onde de choc dans l’islam de France par Latifa Madani

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Onde de choc dans l’islam de France par Latifa Madani

Sidération et détermination. Les voix de l’islam de France soutiennent la République, appellent à la fraternité et à la lutte contre le terrorisme islamiste.

Invitées à s’exprimer dans les médias, des figures de la deuxième religion de France se sont dites « horrifiées », « bouleversées », « abasourdies » par l’assassinat de l’enseignant Samuel Paty. Elles ont fermement condamné cet « acte ignoble », ce « crime barbare » et apporté un hommage appuyé à « l’école et aux valeurs de la République ».

« Un nouveau cap est franchi. Devant l’escalade dans l’horreur il est grand temps de dire stop », a lancé sur France 2 l’islamologue Kahina Bahloul, première femme faisant office d’imam.

La chaîne avait réservé son programme islam du dimanche matin à une émission spéciale en direct de la mosquée de Paris. Très éprouvé, le recteur, Chems-Eddine Hafiz, vice-président du Conseil français du culte musulman, a appelé :

« toutes les mosquées, tous les imams de France à s’élever, à agir et à prendre à bras-le-corps la prévention de la radicalisation, notre préoccupation majeure ». « Cet acte ignoble a été commis au nom de l’islam. Nous ne pouvons plus nous suffire de condamnations », a-t-il souligné.

« Combattre l’islamisme par la culture et le savoir »

Au-delà de la sidération, la détermination à éradiquer le terrorisme islamiste est affirmée. « Cela ne souffre d’aucun atermoiement. Les citoyens musulmans et à leur tête leurs responsables doivent d’une manière nette, sans ambages, se désolidariser de l’hydre islamiste », jugeait dimanche matin, sur France Inter, Ghaleb Bencheikh, président de la Fondation de l’islam de France et membre du Conseil des sages de la laïcité.

Cet ancien enseignant analyse ainsi, pour Libération, ce qu’il considère être plus qu’une double peine pour les musulmans :

« Cet extrémisme engendre l’extrémisme de l’autre bord. Ils se nourrissent les uns des autres. Et nous nous retrouvons pris en tenaille entre l’extrémisme djihadiste et l’extrême droite ’’identitariste’’ et suprémaciste. »

Tareq Oubrou, recteur de la mosquée de Bordeaux, a appelé, sur France ­Inter, à « combattre l’islamisme par la culture et le savoir », mettant en garde « contre des discours qui inspirent le fanatisme, ceux qui jouent sur la victimisation et nourrissent la vulnérabilité de certains coreligionnaires ».

Une dizaine de représentants de la Conférence des imams de France appelle à un rassemblement ce lundi, à 15 heures, devant le collège du Bois-d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine, pour déposer une gerbe, se recueillir en mémoire du professeur assassiné, et défendre la liberté d’expression.

Publié dans l'Humanité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article