Macron vers un nouveau régime...

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Macron vers un nouveau régime...

Lundi en soirée des centaines de réfugiés, Afghans pour l’essentiel, et les militants des associations ont été expulsés avec une violence effrayante de la place de la République à Paris.

Cela a choqué, les images étaient terribles, obligeant Darmanin à demander un rapport à l’IGPN. Mais quelle honte ! Alors qu'à l'Assemblée la loi de "sécurité globale" se discute, et en particulier l'article 24 voulant interdisant la diffusion d’images de la police en action. C’est grâce à elles pourtant que le scandale de violences policières insoutenables a été rendu public. 

Après la publication du rapport de l’IGPN, les macronistes ne manqueront pas de trouver un fusible qui aura outrepassé les consignes et qui endossera toute la responsabilité de l’affaire.

Ces dures réalités sont menées depuis des mois et des années, avec les gilets jaunes, et lors des mobilisations sociales. Il ne s'agit plus du maintien de l’ordre, mais d'une volonté d’aller à la confrontation avec ceux qui contestent et combattent les choix du gouvernement et du capital. Cette logique est incarnée par le Préfet Lallement, et validée par le ministère de l’intérieur. C'est une dérive vers l'autoritarisme voire un changement de régime qui voit s'installer un pouvoir autocratique avec les forces de police aux ordres.

Quant aux Réfugiés, ils sont systématiquement chassés d’un endroit à l’autre, on les empêche de se poser quelque part pour vivre tout simplement. Camps démantelés, réfugiés encadrés toute une nuit pour ne pas qu’ils puissent s’installer sous un pont, un terrain vague, un trottoir.

Cette situation est le reflet de la politique indigne de la France à l’égard des Réfugiés et qui fait de plus en plus le lit aux idées nauséabondes de l'extrême droite. Peu ou pas de structures d’accueil dignes que la France est la 6e puissance du monde. Une situation tellement honteuse que deux ministres, celles de la Citoyenneté et du Logement, ont souhaité rappeler « que les migrants sont des personnes qui doivent être traitées avec humanité et fraternité ». Mais comme toujours il y a les mots et il y a les actes ! 

Nos propositions en la matière ne manquent pas, depuis des années elles ont déjà été formulées notamment par les députés communistes à l'Assemblée nationale. 

Ne laissons rien passer ! Dénonçons, combattons, rassemblons nous pour imposer le respect des êtres humains et des valeurs de la République fort malmenées par ce pouvoir autoritaire !