Mobilisation. Une rentrée sociale chargée

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Mobilisation. Une rentrée sociale chargée

Une large intersyndicale a fixé au 4 février un grand rendez-vous de lutte interprofessionnelle.

Les organisations CGT, FSU, Solidaires, Unef, UNL, MNL, FIDL, réunies en intersyndicale, ont fixé mardi les premiers rendez-vous pour que la nouvelle année s’annonce sociale.

Entre la pandémie, la crise économique et sociale, les services publics sur les rotules, l’explosion de la pauvreté et du chômage des jeunes, les lois liberticides du gouvernement et le démantèlement du secteur de l’énergie et d’EDF en particulier, les raisons de se mobiliser sont nombreuses.

Ainsi, l’intersyndicale a choisi le 4 février pour en faire une journée interprofessionnelle de rassemblements et de grèves. Il s’agira d’affirmer que la sortie de cette crise doit passer par un partage des richesses et du travail et des investissements massifs tant en faveur de la transition écologique, pour assurer l’avenir de la jeunesse, que pour soulager les services publics. Il y a besoin de 400 000 emplois rien que dans le secteur de la santé, selon l’intersyndicale.

Ce rendez-vous de début février viendra ponctuer « dans une dynamique de convergence et de renforcement des luttes » un mois de janvier qui promet d’être lui aussi d’ores et déjà chargé socialement.

« Des déploiements locaux, des tractages et des assemblées générales doivent se tenir sur les lieux de travail et dans les territoires. Ils permettront de faire de la deuxième quinzaine de janvier une période de mobilisations professionnelles pour l’emploi avec notamment trois journées phares dans la santé le 21, l’éducation nationale le 26 et dans l’énergie le 28 janvier », annonce le communiqué commun des ­organisations syndicales.

Publié dans Luttes sociales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article