Auvergne Rhône Alpes. Vote pour les régionales 2021 : mener la bataille des contenus !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Auvergne Rhône Alpes. Vote pour les régionales 2021 : mener la bataille des contenus !

La conférence régionale des communistes d’Auvergne Rhône Alpes a eu lieu le dimanche 7 février. Une centaine de délégués venant des 12 départements de la région y participait. Le bulletin de vote adopté sera utilisé par les adhérents-cotisants lors de leur vote organisé par les fédérations et sections du 24 au 27 février 2021.

 

Nous regrettons que les discussions aient répondu à deux priorités :

  • Rencontre de nos partenaires,

  • La question des alliances et ce dès le premier tour de cette élection.

Cela tient au postulat imposé par quelques-uns, selon lequel une liste autonome conduite par le parti communiste et tournée vers le mouvement social ne réaliserait pas les 5 % requis, nous condamnant à des alliances dès le 1er tour.

Cette démarche ancienne, avec laquelle le 38ème congrès a décidé de rompre, a coupé court au nécessaire débat préalable sur le projet communiste pour notre région tout d’abord avec les communistes dans leurs cellules, leurs sections, leur fédération et ensuite à la conférence régionale où cette question n’a pas été abordée.

Pourtant quoi de plus concret, de plus rassembleur d’abord des communistes entre eux puis avec nos partenaires que de débattre du projet politique, d’en arrêter les principaux axes et de décider de les porter ensuite ensemble ? C’est pourtant le socle de la construction du rassemblement populaire et de la reconquête de l’électorat de gauche qui boude les urnes ne comprenant plus où on veut l’emmener et ne voyant que des jeux politiciens pour garder des places. Une fois encore, la charrue fut mise devant les bœufs ; regrettable !

Le projet sommaire remis aux participants pendant la conférence régionale sans discussion n’y change rien. D’ailleurs, comment, quand et par qui sera-t-il enrichi ? Comment pourrait-il raisonnablement être débattu par les communistes avant le vote ?

Les termes du débat de la conférence ont essentiellement porté sur le choix à faire entre deux alliances, l’une avec La France Insoumise et l’autre avec le Parti Socialiste et ce dès le 1er tour. Quelle attractivité ont ces deux choix ? Pour les communistes, l’image renvoyée est celle des deux facettes d’une même pièce qui a pour nom social- démocratie avec en arrière-plan un nouveau risque d’effacement de leur parti. Pour les électeurs éclairés par la gestion socialiste au pouvoir dans les années passées et par JL Mélenchon qui a gâché depuis 2017 les millions de voix portées sur son nom à la présidentielle, cela risque de ne pas être des plus mobilisateur ! Au final, ces deux choix renforceront le rejet et l’abstention et ne constitueront pas des éléments venant conforter le rapport des forces politique.

Comme l’ont fait remarquer plusieurs intervenants, si l’option d’une liste commune avec LFI conduite par Cécile Cukierman permet un peu de visibilité du parti communiste, elle ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt. L’absence à ce jour de contenu concret et celle du listage des accords et désaccords qui sont importants à l’examen des programmes respectifs, n’aidera pas aux mobilisations nécessaires.

Et avec ce choix nous courrons le risque de ne pas parvenir aux 10 % requis pour s’assurer d’emblée un nombre d’élus ainsi que la capacité de négocier avec les autres forces de gauche dans de bonnes conditions, pour faire prendre en compte nos propositions et s’assurer un groupe communiste autonome à l’assemblée régionale.

Enfin, dans la période où chacun.e a déjà l’élection présidentielle en tête, pas sûr qu’une telle alliance soit très opportune. Elle est une source de confusion au moment où tout le parti débat d’une candidature communiste à la présidentielle de 2022 et du refus de son ralliement à la candidature de Mélenchon qui nous effacerait et conduirait notre peuple dans une nouvelle impasse. Et que dire du danger de nouvelles divisions des communistes alors que tout commande qu’ils se rassemblent pour affronter le capital et la politique "macroniste" à son service.

Au nom du débat national engagé depuis plusieurs semaines, il ne saurait être question d’enjamber les régionales ou de les considérer comme un mauvais moment à passer en attendant la campagne de la présidentielle. Tout au contraire, une campagne des élections régionales offensive avec nos propositions radicales et réalistes pour combattre le capital et orienter l’argent vers des dépenses utiles pour les hommes et la planète, serait de nature à montrer l’originalité du parti communiste et l’attractivité de ses propositions pour les millions d’abstentionnistes notamment dans les mieux populaires et la jeunesse.

Elle conforterait la campagne d’un ou d’une candidat-e communiste à la présidentielle et son projet soumis au débat dans tout le pays.

Face aux défis de la terrible crise que vivent nos concitoyen·nes, il y a besoin d’une bataille forte du PCF avec ses propositions, particulièrement pour l’emploi, la filière sanitaire, les services publics, pour prendre le pouvoir contre le capital sur l’utilisation de l’argent, avec des conférences permanentes pour l’emploi, la formation et la transformation productive écologique couplées à des Fonds régionaux en prise sur le crédit bancaire et sur les entreprises. C’est cela le cœur des élections régionales, tant la région est devenue un niveau déterminant, notamment en matière d’orientation économique.

Dans ces conditions, plusieurs délégués se sont prononcés pour une liste communiste conduite par un ou une communiste, élargie au mouvement social. Avec d’autres, nous sommes intervenus pour demander que le bulletin de vote propose cette option 3, bâtie autour d’un projet communiste résultant du débat des communistes avec les habitants de notre région. Après la bataille d’amendements cette option 3 a été adoptée et figure sur le bulletin de vote.

Maintenant, la parole est aux adhérents du parti. Comme nous l’avons fait nous-mêmes à la conférence, nous les appelons à se prononcer pour l’option 3. Il s’agit d’un vote contre l’effacement de notre parti, pour un projet régional de transformation sociale, un vote de lutte, de courage et d’espoir. Par ce vote nous indiquerons également que tout rassemblement ne peut se faire sans un débat ouvert sur le contenu du projet régional et sans les propositions communistes dont nous appelons chacun.e à s’emparer.

Signataires :

Jean-Marc Durand (Drôme SD 26 et CN Pcf), Jean Chambon (Secrétaire de Section Pierre Bénite- CD 69), Jean-Paul Krief (membre du CD 07), Roland Farré (Annecy, Pcf 74) Alain Saint-Patrice (section de Pierre-Bénite - CD 69),

Jean Paul Dunoyer (Haute Savoie Secrétaire de section d'Annemasse - Genevois), Viviane Debarges (CD 26 et membre du CN Pcf), Gilles Pereyron (militant dans l'énergie - 69), Jean-Claude Vaslet (Section de Pierre-Bénite 69), Vincent Rosati (militant cheminot - 69), Jeannine Chambon (section de Pierre-Bénite 69), Christelle Franz (militante dans la santé - 69).

 

 


 

Publié dans Région, Elections

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article