Présidentielle 2022, avec et pour le peuple par Jean Marc Durand

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Présidentielle 2022, avec et pour le peuple par Jean Marc Durand

Plusieurs décennies de déception voilà quel est le bilan de la gauche au pouvoir pour une majorité de son électorat. Une gauche qui a au fil du temps a toujours un peu plus renoncé à mener les combats nécessaires contre le capital et à proposer une alternative de contenus aptes à répondre aux défis posés, préférant souvent se lover dans les bras du social-libéralisme.

Et lorsque dans la dernière période, elle a réussi à faire un résultat honorable, par exemple lors de la précédente présidentielle, enferrée qu’elle était dans le populo-gauchisme elle n’a même pas su capitaliser ce résultat pour renforcer et offrir une perspective aux luttes.

L’enjeu de la présidentielle de 2022 c’est donc bien de commencer à changer en profondeur cette situation.

Il s’agit ni plus ni moins de redonner un visage crédible à la gauche en la ré-encrant sur des contenus de classe pour une transformation sociale, écologique, démocratique, économique à la fois radicale et réaliste. S’il est urgent de répondre aux souffrances du peuple, cette réponse pour être efficace doit en même temps être porteuse d’avenir, c’est-à-dire, redonner espoir en un nouveau projet de société jusqu’à faire acte de nouvelle civilisation.

Et qui mieux que le PCF, malgré ses faiblesses, malgré ses errances parfois, peut jouer un rôle majeur dans cette reconstruction ? C’est dans cette perspective là qu’il nous faut construire et proposer une candidature communiste en 2022.

Une candidature communiste en 2022, ce n’est pas une candidature de plus, une candidature qui viendrait empêcher le rassemblement à gauche pour une éventuelle prise de pouvoir. Tout d’abord, il faudrait quasiment un miracle pour que cela se produise lorsque toute la gauche et les écologistes réunis n’atteignent qu’à peine 28% des faveurs de l’électorat dans les sondages ou lorsqu’on apprend que 56% de l’électorat de J L Mélenchon serait prêt à voter M Le Pen au second tour. Parfois il faut savoir regarder la réalité en face même si ça fait mal !

Ensuite, une candidature communiste ce n’est pas non plus une candidature de témoignage mais une candidature avec une double ambition.

  • Remettre dans le débat politique national des propositions, un projet qui permettent un véritable choix entre les débouchés politiques et qui donnent en même temps corps et visibilité à une alternative à gauche de transformation sociale.
  • Mais aussi, venir nourrir les luttes, c’est-à-dire les arrimer idéologiquement et leur proposer une perspective afin de leur donner sens et objectif. Car comment envisager sérieusement l’arrivée au pouvoir d’une gauche réaliste sans l’appui des luttes et de luttes inscrites dans la durée ?

C’est ainsi, et cela est loin des jeux politiciens classiques et des alliances de circonstance pour décrocher des sièges, que dans le temps et sur le fond, nous communistes, nous jouerons pleinement notre rôle et participerons à changer durablement le rapport des forces politiques dans notre pays.

C’est sur cette base que nous pourrons envoyer à l’Assemblée Nationale des députés de combat, défenseurs à tout instant des intérêts du peuple et constructeurs dans l’hémicycle d’une opposition de gauche et/ou d’une force de gauche qui ne renonce pas, qui ne cède pas face aux pressions et aux lobbies de toute sorte. C’est le contrat sur lequel le parti communiste doit s’engager auprès du peuple.

C’est autre chose qu’un contrat de législature, c’est-à-dire un accord entre organisations au sommet, qui mettrait la présidentielle sous tutelle des législatives avec en toile de fond le retour à une sorte de gauche plurielle voire à une réminiscence des collectifs antilibéraux.

Jamais le besoin de démocratie n’a jamais été aussi fort et essentiel. Pour reprendre confiance en la gauche le peuple doit devenir le cœur de la pratique et des décisions politiques. Cela veut dire que c’est avec lui sur des contenus clairs, précis et ouvrant la perspective transformatrice que le parti communiste, que notre candidat.e à la présidentielle et nos candidats.es aux législatives doivent contracter.

Et c’est ce pacte populaire qui devra constituer le socle de l’engagement avec nos partenaires de gauche en vue soit de résister et de proposer face aux libéraux de tous poils qui seraient au pouvoir, soit, en situation majoritaire, de gouverner.

Une nouvelle trahison du peuple risquerait de sonner le glas de beaucoup de choses concernant l’avenir de la gauche et des partis qui la composent… avec toutes les incertitudes que cela ouvrirait pour l’avenir.

Jean-Marc Durand

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article