Le choc des deux crises par Pierre Ivorra

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Le choc des deux crises par Pierre Ivorra

Gouvernants et médias dominants parlent peu du choc social subi par les populations sous l’effet de la crise économique et sanitaire en France, en Europe et dans un monde dominé par le capitalisme.

Le taux de chômage serait actuellement en France autour de 8 %, il frôlerait les 20 % pour les jeunes de moins de 25 ans. Une étude récente de la Banque de France indiquait qu’ « après avoir été amortie par le dispositif de chômage partiel, la détérioration du marché du travail serait retardée mais importante. Le taux de chômage pourrait connaître un pic supérieur à 11,5 % mi-2021. Il diminuerait ensuite progressivement en dessous de 10 % fin 2022 ».

Au niveau mondial, l’Organisation internationale du travail (OIT) affirme que « l’impact du Covid-19 sur l’emploi est profond, d’une grande portée et sans équivalent ».

Dans une autre étude, l’OIT indique que les salaires mensuels ont baissé ou ont progressé de manière plus lente au premier semestre 2020 en raison de la pandémie dans deux tiers des pays du monde pour lesquels l’OIT dispose de chiffres officiels. Le rapport indique également que la crise devrait faire subir aux salaires une très forte pression vers le bas et que les salaires des femmes et des travailleurs faiblement rémunérés sont impactés de manière jugée disproportionnée.

Selon le cabinet patronal Deloitte, si déjà en 2020 dans notre pays la part fixe des rémunérations n’a pas reculé, il en va autrement de la part variable. Ainsi, les bonus versés aux cadres sont en baisse en nombre de bénéficiaires et en montant (recul moyen de 6,2 % en un an).

Le gouvernement a certes annoncé que les entreprises pourraient en 2021, comme en 2019 et 2020, verser à nouveau une prime défiscalisée et exonérée de cotisations sociales d’un montant maximum de 1 000 euros à tous les salariés. Sont visés en priorité, affirme-t-il, les plus bas salaires et les salariés dont la présence sur le terrain est indispensable en plein reconfinement. Mais, si insuffisante que soit cette prime, en 2020, sur les 25 millions de salariés français éligibles, seuls 6,2 millions l’ont perçue et son montant médian a reculé de près de 30 %, à 327 euros.

Il est à remarquer aussi que ces différents organismes, responsables politiques et commentateurs imputent ce désastre à la seule pandémie du Covid-19, oubliant que les difficultés économiques ont commencé à s’exacerber à nouveau courant 2019.

C’est là une façon d’exonérer le capitalisme de ses responsabilités dans les difficultés des populations, d’autant que la pandémie a quelque chose à voir avec le type de mondialisation propre au capitalisme.

Pierre Ivorra

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article