Les sept péchés capitaux du capitalisme occidental vus par la Chine

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Dégradation du système occidental Illustration: Liu Rui/GT

Dégradation du système occidental Illustration: Liu Rui/GT

« Sept péchés » émergent de systèmes politiques occidentaux défectueux: Global Times éditorial.

On sait que les éditoriaux de Global Times ne sont en rien les produits de l’humeur d’un rédacteur en chef. Ils sont l’expression de la direction du pays qui a choisi de contrattaquer et de dire aux capitalistes occidentaux si prompts à donner des leçons aux nations qu’ils pillent, sanctionnent, dans lesquels ils provoquent des désordres, qu’ils feraient bien de s’occuper de leurs problèmes qui montrent le déclin de leur hégémonie et pas parce que la Chine la leur disputerait mais à cause de ce qu’ils sont y compris chez eux. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Les systèmes politiques occidentaux deviennent de plus en plus rigides, inefficaces et sont en déclin. Ils ont un besoin urgent d’une réforme systématique profonde. Personne ne veut les défier, mais ils doivent se remettre en question.

Il n’est pas nécessaire ici qu’un politologue déterre des théories pertinentes.

Nous pouvons tous voir ce qui se passe en Occident – il y a beaucoup de problèmes auxquels leurs systèmes peuvent difficilement faire face. Le développement social en Occident est entré en stagnation. La division politique perturbe souvent l’ordre normal. Il s’agit d’une crise globale.

Premièrement, il est clair que l’élan du développement interne en Occident a diminué.

Ce n’est pas parce que leur niveau de développement économique et social aurait atteint son apogée. Il y a encore pas mal de pauvres en Occident, surtout aux États-Unis. Néanmoins, la nature du capital à but lucratif a sévèrement bloqué le pays en matière d’investissement de ressources dans des activités économiques qui favorisent les bénéfices pour l’ensemble de la société. En conséquence, les sociétés occidentales ont perdu leur but.

Deuxièmement, la démocratie à l’occidentale, dans une certaine mesure, conduit à un désordre politique.

La confrontation entre les différentes forces continue de provoquer de graves clivages sociaux qui entravent le fonctionnement normal de la société. De nombreux pays vivent depuis longtemps des problèmes importants sans avoir la capacité de trouver une solution. Les esquisses ont été laissées en suspens maintes et maintes fois. Par exemple, certaines infrastructures dans les pays occidentaux comme les États-Unis sont dépassées, mais aucune mesure réelle n’a été prise pour leur renouvellement.

Troisièmement, les systèmes occidentaux ont toléré l’extrémisme et l’absolutisme dans de nombreux cas, encourageant les gens à trouver des boucs émissaires.

La compétitivité des pays occidentaux est en déclin, et la principale raison est en eux-mêmes. Cependant, ils arrivent à la conclusion absurde que la Chine « a volé leur déjeuner. » Les États-Unis ont subi une grave défaite dans la lutte contre covid-19, et ils blâment la Chine. Il est encore plus choquant qu’une telle mentalité anti-scientifique et anti-bon sens puisse s’étendre aux politiciens américains.

Quatrièmement, il est difficile de réformer les systèmes occidentaux.

Certains ont essayé, mais ont échoué. Un sentiment de peur et d’impuissance à l’égard de la réforme est devenu constant. L’administration actuelle peut ajuster les politiques d’une manière, mais la suivante peut les abolir et prétendre réinventer la roue. Les dirigeants des États-Unis et d’autres pays occidentaux ont placé les intérêts privés de leurs propres partis bien au-dessus des intérêts communs de la société. Par conséquent, aucune politique cohérente à long terme ne peut être faite, et les ressources sont systématiquement gaspillées.

Cinquièmement, les pays occidentaux sont arrogants et manquent d’auto-introspection.

La polarisation politique entre les partis politiques occidentaux a conduit à leur hésitation à rechercher la vérité dans les faits. Leur compréhension de la démocratie, de la liberté et des droits de l’homme devient de plus en plus extrême. Ils sont désireux de l’auto-justice et en déni brutal des explorations de la gouvernance en dehors de l’Occident. Leur esprit d’apprentissage s’est asséché et leur affirmation de soi s’est transformée en narcissisme extrême.

Sixièmement, représentés par les États-Unis, les systèmes occidentaux deviennent barbares, ne respectent pas les lois et les règles internationales, tournent le dos à la conviction des gens par la vertu et n’adorent que la force brutale.

Ils ont intensifié leur ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays et ont montré deux poids, deux mesures, et ont menacé la paix dans le monde. Ces dernières années, les guerres à travers le monde ont essentiellement toutes été lancées par les États-Unis et l’Occident.

Septièmement, l’essence même de la démocratie à l’occidentale est constamment remise en question.

Beaucoup de gens de la base vivent une vie misérable sans aucune capacité à défendre leurs droits. Alors que les étiquettes démocratiques de leurs pays sont définies comme protégeant et couvrant pas mal de maux. Les règles sont formulées par les couches supérieures de la société. En surface, l’opinion publique est ouverte, mais les gens ordinaires n’ont pas vraiment le droit à la parole, et leurs droits sont constamment méprisés.

Ces sept faits peuvent être considérés comme les « sept péchés » des systèmes politiques occidentaux dans la vie réelle. Ils doivent réformer et changer leurs systèmes, centrés sur le capital, en les recentrant sur les peuples…

Article de Danielle Bleitrach du 18 avril 2021 publié sur son blog : Histoire et Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article