Conseil National des 28 et 29 mai 2021. Intervention de Jean-Marc Durand

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Conseil National des 28 et 29 mai 2021. Intervention de Jean-Marc Durand

Macron a lancé sa campagne et aux régionales LAREM joue les trouble-fêtes avec la droite. Il met le paquet pour redorer son blason : Rwanda, vaccination, il cherche à faire oublier son image de Président des « riches » en fait de défenseur du capital financier, mais il a bien du mal. Chasser le naturel il revient au galop ! Car il n’a jamais cessé de poursuivre son œuvre de restructuration, on devrait plutôt dire de destruction. Son objectif est d’installer un nouvel ordre où tout doit être au service du marché.

C’est une restructuration en profondeur de l’appareil d’État et de ses missions régaliennes qui est à l’œuvre :

ENA, préfets, réorganisation administrative territoriale, réforme de la justice. Cette dernière n’était-elle d’ailleurs pas la vraie raison de la manifestation du 19 mai sur la « sécurité » ? Manifestation, théâtre d’une manipulation orchestrée par le pouvoir pour porter un nouveau coup aux libertés individuelles et publiques ?

Et n’est-pas à ce propos plutôt qu’un débat infini sur il fallait ou il ne fallait pas participer à cette manifestation, qu’il nous fallait nous expliquer plus largement ? Qu’il nous fallait souligner le besoin de moyens et d’autres missions pour la police (prévention, proximité et tranquillité publique) ainsi que pour la justice plutôt que de transférer des missions de justice à la police pour au final, les pervertir et les faire disparaître ?

Ce qui se trame contre la justice n’est pas sans rappeler le sort que connaissent les missions du Ministère des Finances depuis bientôt 30 ans et ce n’est pas fini puisqu’en ce moment même ce sont les missions de l’administration des Douanes qui sont sous le feu ainsi que la Directe qui inclue notamment la direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

Cette dernière vague de restructuration nous ramène dans les faits, à un des enjeux centraux des élections régionales. La nouvelle direction des services qui regroupera la Directe et la DDCSPP et qui aura pour dénomination la DREETS, sera déconcentrée au niveau des régions, c’est-à-dire que le pouvoir d’État sera appliqué à ce niveau et que les décisions de gestion seront pour l’essentiel prises ou en tout cas mises en musique à cet échelon.

Pierre Lacaze et quelques intervenants avant moi ont souligné le besoin de mettre à profit le temps qu’il nous reste jusqu’au 20 juin pour verser au débat des régionales et des départementales, les propositions du parti communiste. Je partage très largement ces propos mais ils risquent de rester des vœux pieux tant ce qui a primé dans la préparation de ces élections a été les alliances et la construction des rassemblements.

Des constructions qui ont conduit à des attitudes quasi dissidentes de camarades pour privilégier tel partenaire plutôt que tel autre, cela bien loin de toute réflexion sur les questions de programme. Pourtant comment mieux sceller un accord de rassemblement et en faire quelque chose de politiquement efficace que de le construire sur des contenus, des propositions ?

Ce manque de débat avec les communistes et avec nos partenaires sur le fond de nos objectifs et de nos propositions pour les atteindre, risque de nous mettre en difficultés en divers endroits, y compris en Aura où à l’évidence nous devrons avoir une réflexion approfondie sur nos choix de second tour.

Pour corriger cela il serait peut-être utile, partout où on en a les capacités et les moyens que nous diffusions nos principaux axes d’analyses et de propositions pour une autre politique vraiment à gauche afin de combattre et de battre la droite.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article