De l’importance de la création monétaire par Pierre Ivorra

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

De l’importance de la création monétaire par Pierre Ivorra
La crise économique et sanitaire qui secoue la planète met en valeur l’importance d’une activité peu connue et pourtant décisive : la création monétaire.
 
Quand on parle monnaie, on pense avant tout aux billets et aux pièces, mais la masse monétaire en circulation dans un pays ou une zone monétaire (la zone euro) c’est bien plus que cela. Elle correspond à tous les moyens de paiement qui peuvent être transformés en liquidité. Elle intègre notamment les comptes à vue, les dépôts à court et long terme, les crédits à court terme des particuliers et des entreprises. Ce sont les banques qui maîtrisent le robinet à liquidités. 
 
C’est là la source de leur puissance. Leur pouvoir est dû à cette capacité qu’elles ont de créer de la monnaie, de faire crédit et de donner ainsi aux acteurs économiques les moyens de produire de nouvelles richesses.
 
En faisant crédit, les banques en l’affaire ne se contentent pas d'utiliser les dépôts qu'on leur a confiés, elles créent aussi ex nihilo de la monnaie. C’est ce que fait régulièrement la Banque centrale européenne, c’est ce que font encore bien davantage les banques commerciales avec leur capacité à prêter de l’argent.
 
Pour faire face à la double crise que nous évoquons, les banques et notamment la BCE ont fait tourner la machine à créer de la monnaie à plein régime. De la fin mars à la fin décembre 2020, elles ont prêté en France 130 milliards d’euros sous la garantie de l’Etat.
 
Et ce n’est là qu’une partie des liquidités déversées dans notre économie. La hausse mensuelle des encours des crédits aux entreprises entre la fin février et la fin juin 2020 a été de + 25 milliards d’euros, contre +3 milliards d’euros de hausse moyenne mensuelle entre février 2019 et février 2020.
 
Le problème est que le peuple travailleur, les salariés n’ont aucune prise sur la distribution de cet argent : à qui, à quoi sert-il, et avec quels critères ? S’agit-il de gagner de l’argent facile, de spéculer, d’exploiter le pauvre monde ou de développer la richesse sociale, de créer des emplois utiles et efficaces, stables correctement payés
 
Traditionnellement, le mouvement ouvrier et progressiste essaie de peser sur l’utilisation de l’argent de l’Etat, sur la fiscalité du patrimoine et des entreprises. Mais le budget de la France, ce ne sont que 250 milliards d’euros. C’est une somme conséquente mais elle est bien inférieure à la masse monétaire et au crédit.
 
Sous-estimer l’importance de la création monétaire et de sa maîtrise populaire, c’est courir le risque de ne pas arriver à ses fins faute d’avoir pu gagner des pouvoirs de décision en ce domaine.
 
Chronique de Pierre Ivorra publié par le journal l'Humanité

Publié dans Economie, PCF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article