Manifestation pour les libertés le samedi 12 juin

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Manifestation pour les libertés le samedi 12 juin

Les communistes appellent à participer aux manifestations qui auront lieu localement le samedi 12 juin pour la défense des libertés et pour combattre les idées d'extrême droite.

Depuis le mouvement des Gilets Jaunes est constaté un climat politique et social très inquiétant. S’allier avec l’extrême droite ou reprendre ses idées ne sont plus une ligne rouge à ne pas franchir. Les actes de violence à l'égard des jeunes comme des salariés et citoyens qui résistent se multiplient.

Les actes racistes et sexistes au travail, dans les cités et dans la société se propagent et vont de paire avec de multiples et graves attaques du pourvoir et du patronat contre la démocratie et les droits sociaux alors que les violences policières se multiplient contre les travailleurs lors des manifestations (1er mai) et lors des luttes sociales.

C'est ce contexte politique, économique, social et sanitaire, avec les injustices qui explosent, qui génère une forte misère sociale à un tel point que l'insécurité sous tous ses aspects est devenu le lot quotidien des citoyens.nes et notamment les catégories les plus populaires. Devant les résistances profondes et larges qui montent chez les victimes de cette situation et plus largement chez nos compatriotes, plusieurs lois liberticides organisent une société autoritaire de surveillance, de contrôle et de répression.
 
De plus, si certaines de ces lois stigmatisent une partie de la population en raison de sa religion, d’autres lois en ciblent une autre en raison de son activité militante. Ces ingrédients donnent peu à peu corps à un changement de régime, autocratique et policier.
 
Raison de plus pour ne pas laisser la police, son rôle et ses missions aux mains des organisations d'extrême droite d'autant que les orientations actuelles du pouvoir ne sont pas partagées chez nombre de policiers comme en témoigne fort justement le syndicat CGT Police. Il est donc du rôle des organisations de la gauche authentique de soutenir les organisations démocratiques et syndicales qui aspirent à ce que la police aient les moyens de jouer son rôle de protection des populations, sans violence, ni racisme et dans le respect des règles de la République.
 
Nous devons réaffirmer que la police est un service public au service des citoyens sans distinction conformément aux valeurs de la République sous le contrôle du Parlement, comme l'armée doivent être au service de Nation, aux ordres du gouvernement et sous le contrôle du parlement. Moins que jamais elles ne doivent être laissées dans les mains d'un seul homme qu'il soit Président ou ministre, ou d'une organisation. Car alors toutes les dérives sont possibles et peuvent mettre en danger la démocratie et ouvrir la voie aux pires violences institutionnelles.
 
Telle n'est pas l'orientation actuelle donnée par le ministre de droite Darmanin et de Macron qui apparemment ont décidé de porter les idées d'extrême droite en ne faisant de la police qu'au outil du pouvoir à usage répressif au nom de la sécurité pourtant générée par la mère des insécurités, l'insécurité sociale avec un chômage massif, la pauvreté, l'exclusion et les politiques d'austérité !

 

Comme les signataires de l’appel pour les libertés et contre les idées mortifères de d’extrême droite (https://www.appelpourleslibertes.com), les communistes ressentent l’urgence de construire une réponse politique forte qui met en avant des solutions transformatrices et crédibles pour faire reculer l'insécurité sociale grandissante, conquérir l'adhésion à des mesures sociales fortes et des mesures ayant impact positif et durable sur toute la société comme la sécurité d'emploi, de formation et de revenus permettant de construire l'alliance des libertés, de l'emploi, du travail et d’un avenir durable.

Et tout prioritairement dans les quartiers populaires ou les trafics en tous genres découlant de la misère sociale crée les conditions d'une insécurité pour les biens et des personnes dont la réponse ne peut pas être que la répression mais d'abord dans la présence d'une police de proximité en nombre, formée, respectueuse des gens et des valeurs de la République, pour prévenir, aider, protéger, dissuader et s'attaquer à tous les trafics jusqu'à celui des cols blancs qui échappent au fisc, aux douanes et peuvent en toute impunité faire valser les milliards d'€ dont ceux du blanchiment de l'argent sale. 

Face à ce climat de haine, raciste et attentatoire aux libertés individuelles et collectives, plusieurs organisations syndicales, politiques et associatives ont décidé d'organiser le samedi 12 juin une grande journée nationale de manifestations et de mobilisations. 

Cette journée fait partie des initiatives communes qui se multiplient dans les entreprises, les localités, les régions. D’ores et déjà, les organisateurs avec un "Appel" ont décidé de construire ce combat dans la durée.

Pousser la démocratie le plus loin possible avec une visée autogestionnaire telle est un des volets du projet communiste qui tombe fort à propos dans cette période de mobilisation.

Les communistes seront donc présents dans cette manifestation, ils appellent à y participer et à prendre à bras le corps les deux exigences incontournables pour rendre possible et crédible une autre politique sociale : celle d'une autre utilisation de l'argent et celle de pouvoirs nouveaux dans les entreprises, la cité, le pays afin de faire progresser la démocratie, le vivre ensemble dans la sécurité dans le respect de chacune et de chacun.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article