Présidentielle 2022 : résultats de la consultation des communistes. Le Parti Communiste est de retour !!!

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Présidentielle 2022 : résultats de la consultation des communistes. Le Parti Communiste est de retour !!!

Le Comité National d'abord et ensuite la conférence nationale ont ouvert le processus démocratique du PCF sur le besoin d'une candidature communiste à la présidentielle de 2022. Un texte ample, fort et ambitieux rappelant notre démarche, nos objectifs et nos ambitions avait au préalable été largement approuvé par la conférence nationale permettant ainsi un débat sérieux et approfondi des communistes, et au final leurs votes dont les résultats constituent maintenant l'orientation et les décisions politiques de tout le parti.

Les communistes avaient à débattre et à décider s'ils validaient le choix stratégique de la conférence nationale de présenter une candidature communiste à la présidentielle et de travailler à construire un pacte d’engagements communs pour les élections législatives, et à choisir parmi trois candidats dont Fabien Roussel secrétaire national du PCF, lequel serait le candidat communiste à la présidentielle.

 

Les résultats des votes des communistes validés par la commission nationale du vote

A) Vote sur la stratégie

43 888 cotisants.
30 217 votants, soit une participation de 68.85%.
428 bulletins blancs ou nuls.
29 468 exprimés.
  • Option 1 = 21 356 voix, soit 72,47%. 
  • Option 2 = 6 822 voix, soit 23,15%.
  • Abstentions : 1 280 soit 4.38 %
B) Vote pour Le candidat :
  • F.Roussel = 23 245 voix, soit 82,32 %
  • E.Dan Trang = 514 voix, soit 1,82 %
  • E.Munk : 46 voix, soit 0,16 %
  • Abstentions : 4 433 soit 15.70 %

En application de ses statuts, le PCF propose donc la candidature de Fabien Roussel à l’élection présidentielle de 2022 et travaillera à construire un pacte d’engagements communs pour les élections législatives.

Après la conférence nationale du PCF dont les choix sont confirmés par les adhérent·e·s, une nouvelle étape de l’engagement des communistes pour les échéances de 2022 est franchie. Il revient désormais au conseil national du PCF, ainsi qu’aux conseils départementaux, de travailler à la mise en œuvre de ces choix avec les adhérent·e·s.

La commission du vote

Paris, le 9 mai 2021.

 
Le département du Rhône résultat établi par la commission départementale du vote

A) Vote sur la stratégie

954 inscrits
732 votants soit 76.73 %
15 bulletins blancs ou nuls soit 2.05 %
717 exprimés.
  • Option 1 = 533 voix, soit 74.33 %. 
  • Option 2 = 170 voix, soit 23.70 %.
  • Abstentions : 14 soit 1.95 %
B) Vote pour Le candidat :
 
731 votants
60 bulletins nuls soit 8.20 %
671 exprimés.
  • F. Roussel = 577 voix, soit 86 %
  • E. Dan Trang = 3 voix, soit 0.45 %
  • E. Munk : 0 voix
  • Abstentions : 91 soit 13.56 %
 
La section de Pierre-Bénite, établi par 5 communistes volontaires pour dépouiller
 
Nombre d'adhérents : 61
Nombre de cotisants : 53
49 votants soit 92.4 %
1 nul soit 2 %
48 exprimés
 
A ) Vote sur la stratégie
  • Option 1 : 43 voix soit 89.6 %
  • Option 2 : 4 soit 8.3 %
  • Abstention : 1 soit 2%

B) Vote pour la candidat

  • F. Roussel = 46 voix, soit 95.8 %
  • E. Dan Trang = 0 voix
  • E. Munk : 0 voix
  • Abstentions : 2 soit 4 %

Après un mois de débats sérieux et fraternels dans les sections, les communistes ont donc voté ce week-end. C'est un succès important par la participation et par les résultats. La base du parti communistes a confirmé et amplifié les choix proposés par la conférence nationale.

C'est un acte collectif et démocratique important qui confirme le congrès extraordinaire de 2018 qui avait tiré les enseignements d'une période marquée par l'effacement du PCF dans la vie politique suite aux présidentielles de 2012 et 2017 soit 15 ans d'absence.

Les communistes vont donc pouvoir voter pour leur candidat en 2022.

Les adhérents du parti après avoir adopté massivement le Manifeste qui déboucha au dernier congrès sur une nouvelle orientation politique et de nouveaux objectifs, viennent de confirmer à nouveau leur détermination à être présents dans la vie politique, dans les luttes avec leurs propositions transformatrices et leur volonté de rassembler les salariés et les citoyens pour qu'ils soient plus forts, plus lucides et permettent à toutes les forces de gauche de s'engager à répondre aux attentes de changements profonds dans notre pays. Oui il est possible de gagner dans les luttes et dans les urnes.

Les communistes ne le font pas par esprit de boutique, mais parce que la gravité des crises : crises sanitaire, économique, démocratique et crise politique appelle des réponses à la hauteur, un processus de transformations qui s'appuie sur un triptyque fondamental qui fonde la cohérence de la politique que nous proposons : réponse aux besoins sociaux et en premier l'emploi, une autre utilisation de l'argent des entreprises et des banques et des pouvoirs nouveaux pour les salariés et les citoyens pour changer la gestion des entreprises, des collectivités et faire reculer la domination du capital sur toute la société.

L’enjeu de la présidentielle, c’est pour les communistes le besoin de se mobiliser pour mener un immense et intense débat avec nos concitoyens sur l’issue, de désigner les leviers d’action et le chemin d’une issue. C’est donc à la fois la riposte et la résistance, avec une posture unitaire, pour une gauche de combat, de transformation sociale et efficace, et un développement du mouvement populaire jusqu'à le rendre irrésistible pour ouvrir la voie à une nouvelle civilisation.

Pour déjouer le piège de Macron de refaire avec Marine Le Pen le remake de 2017, il nous faut imposer non seulement le débat social, mais aussi celui sur les services publics , celui sur le rôle des entreprises, celui sur l’utilisation de l’argent et les pouvoirs dans cette société face à la domination du capital. Voilà le contre-poison.

Nous devons faire monter l’unification des exploités et des dominés sur cette base. Non pas sur la base d’un « magma » populiste qui, au mieux, ne construit rien et ne permet en rien de faire rempart à l’extrême-droite.

C’est dire s’il y a besoin de l’originalité communiste. L’originalité pour déverrouiller les esprits et l’abstention, notamment des catégories populaires.

L’originalité communiste elle est surtout de projet, avec le grand projet de société que nous portons, celui de sécurité d’emploi, de formation et de revenus, une perspective de liberté, de sécurité et d’émancipation au-delà du travail tout en relevant ce défi majeur, avec nos propositions radicales sur l’argent et sur la gestion des entreprises, notre conception des services publics, notre conception de l'écologie et des rapports avec la nature, notre conception de la personne humaine de sa dignité, de son émancipation et notre conception de la démocratie, de la laïcité. Sans oublier notre internationalisme comme nous le faisons vivre avec la campagne pour fin au blocus de Cuba ou celle menée pour la levée des brevets.

Les communistes se sont rassemblés largement, il n'y a ni vainqueurs ni vaincus, il faut maintenant qu'ils se mettent en mouvement partout, rentrent en campagne avec confiance et audace. Le mouvement social en pleine construction ne peut que qu'aider.

Tout reste à faire !... Avancer dans cette bataille avec un communisme du 21e siècle à l'unisson des espoirs, à l'unisson du besoin de résistance et de construction et d'identifier l'ennemi commun , le capital, sa logique et les leviers politiques...dans un monde nouveau.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Les pauvres miettes de France ont maintenant chacune un nom ... il n'y aura pas de pain à opposer au pain des riches de ce pays (dont l'extrême droite ) ....
La gauche des précaires vous remercie
Répondre
F
Expliquez vous !