Santé : En Réa ils n'en peuvent plus et vont le dire dans la rue !

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Santé : En Réa ils n'en peuvent plus et vont le dire dans la rue !

Les infirmiers et aides-soignants des « réas », ces unités hospitalières, cœur de la lutte contre le Covid, manifestent ce mardi dans 117 villes. Ils répondent à l’appel de l’Union des réanimations en France pour une reconnaissance, des syndicats d’infirmiers, de la CGT et de SUD.

Ils n’avaient jamais été autant sous les feux des projecteurs : depuis plus d’un an, l’activité des services de réanimation est devenue un enjeu décisif pour l’ensemble de la population mondiale. Les yeux rivés sur les taux d’occupation et le nombre de nouveaux entrants dans ces unités hospitalières, les citoyens et leurs gouvernements vivent au rythme de l’afflux des patients présentant les symptômes les plus graves.

Célébrés comme des héros au début de la pandémie, prétendument récompensés comme tels par le Ségur de la santé et ses 183 euros d’augmentation, les soignants des réanimations de France ne se sentent toujours pas estimés à leur juste valeur.

« On y laisse des plumes »

À l’occasion d’une journée d’action inédite, les paramédicaux de réa, mais aussi de soins critiques, soins intensifs et déchocage, ont d’ores et déjà prévu de se mobiliser aujourd’hui dans 117 villes de France pour exiger non seulement une revalorisation salariale mais aussi une reconnaissance de leurs compétences spécifiques, qui fait cruellement défaut à l’heure actuelle.

« Il y a plein de gestes techniques très pointus à connaître en réa, des produits et traitements à manipuler avec précaution. Il faut plusieurs mois pour les maîtriser », pointe Nathalie Loinsard, secrétaire de la CGT au CHU de Rennes, qui a travaillé plus de sept ans en réanimation avant d’être mutée en pneumologie.

« Une erreur de dosage dans un traitement, un mauvais calibrage de machine, tout cela peut être dangereux. Ce sont des compétences spécifiques qu’on n’apprend pas à l’école, ou alors très rares sont les infirmiers qui obtiennent le financement pour décrocher le diplôme universitaire concerné », explique Benjamin Berthet, infirmier diplômé d’état (IDE) et délégué syndical CGT à l’hôpital Lyon-Sud.

À cet égard, les formations accélérées de leurs collègues d’autres services pour servir de renforts face à la vague de Covid-19 ont certes permis de faire face à l’afflux de patients en réanimation, mais cela s’est traduit par un alourdissement des tâches des soignants déjà en poste dans ces unités.

« La plupart du temps, on arrive à rattraper les erreurs qui sont faites par nos collègues, mais on y laisse des plumes. Nous, parce qu’on doit les surveiller tout le temps, eux, parce que c’est tellement stressant que certains se retrouvent complètement dégoûtés de leur métier. Et puis parfois, les erreurs peuvent avoir des conséquences plus dramatiques… »

témoigne l’agent hospitalier, qui s’est porté volontaire pour accompagner les nouveaux venus.

« Dans notre service, il nous manque 18 postes. On est obligés de bâcler les soins. La fatigue et la dégradation des conditions de travail nous mettent en danger et mettent les patients en danger », dénonce Thierry Rousselin, aide-soignant en réanimation au CHU d’Angers depuis quinze ans et délégué syndical SUD santé sociaux.

Si leur métier nécessite moins de technicité que celui de leurs collègues infirmiers, la spécificité du milieu de la réanimation exige néanmoins un temps de formation pour les aides-soignants qui débarquent dans le service.

« On travaille en douze heures depuis un an. Au départ parce que c’était imposé par le plan Blanc, puis parce que les collègues sont tombés dans le piège en se disant que ça leur faisait des congés en plus. Les anciennes ne tiennent plus, elles partent. Or, on a besoin de personnes expérimentées pour former les nouvelles », précise-t-il.

Un décret bloque les salaires

Fortement marqués par l’expérience de la crise sanitaire, ces paramédicaux souhaitent que les infirmiers et aides-soignants qui se destinent à la réa suivent une formation obligatoire supplémentaire à l’issue de leur cursus de base, et que ces compétences supplémentaires soient reconnues sur le plan salarial.

« Quand on s’est aperçu qu’on faisait preuve de beaucoup de technicité mais sans aucun traitement supplémentaire par rapport aux infirmières des autres services, on s’est dit : pourquoi ne pas demander une nouvelle bonification indiciaire (attribution de points majorés – NDLR) ? », se souvient Monica, infirmière en réanimation à l’hôpital de Beauvais. « Mais la direction de l’hôpital nous a répondu que, tant qu’un décret le permettant n’était pas publié, ils ne pourraient rien faire dans ce sens », poursuit-elle.

C’est de ce service de l’Oise qu’est né le mouvement de l’Union des réanimations de France pour une reconnaissance, à l’automne dernier.

Icon Bullhorn Pour signer la pétition : Il faut un plan d'urgence pour sauver l'hôpital public ! 

Par le biais d’une page Facebook qui compte aujourd’hui plus de 3 000 membres, Monica et ses collègues infirmières se sont organisées avec leurs collègues de partout en France pour unifier leurs revendications et trouver une date de mobilisation nationale.

Une initiative soutenue pleinement par leurs collègues médecins.

« Leur longue expérience leur a fait acquérir des compétences techniques. Par exemple, nous citons la mobilisation et les soins des patients instables, intubés avec de lourds supports techniques qui exigent une attention toute particulière afin de ne pas compromettre leur sécurité  »,

écrivait le collectif de praticiens à la direction de l’hôpital déjà en juillet 2020, plaidant notamment pour une revalorisation salariale de leurs collègues.

Si les paramédicaux ne pourront pas à proprement parler faire grève car ils seront réquisitionnés pour assurer la continuité du service public, ils comptent sur leurs collègues en repos pour rendre visibles leurs manifestations aujourd’hui.

Loan Nguyen Article publié dans l'Humanité

Publié dans santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article