Chili. Elisa Loncon, une Mapuche à la tête de la Constituante

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Chili. Elisa Loncon, une Mapuche à la tête de la Constituante

Issue d'un peuple originaire, cette professeure d'anglais et docteure en linguistique de 58 ans a été élue à la présidence de l'assemblée chargée de doter le pays d'une nouvelle Constitution.

S’il fallait une preuve supplémentaire que le Chili est entré dans un processus historique de changement, l’élection d’Elisa Loncon à la présidence de la Convention constituante en est une.

Sur les 155 membres de cette assemblée dominée par la gauche, élue le 16 mai pour doter le Chili d’une nouvelle Constitution tournant le dos au texte fondamental hérité de la dictature d’Augusto Pinochet, 96 représentantes et représentants ont porté sur elle leurs suffrages.

Une rupture. Elisa Loncon, 58 ans, professeure d’anglais et docteure en linguistique de l’université du Chili, est issue d’un peuple originaire : le peuple mapuche.

Elle a ouvert son premier discours de présidente avec quelques mots dans sa langue, en s’adressant à « tout le peuple du Chili, à toutes les nations originaires ».

Cette désignation a valeur d’acte symbolique. Le Chili est le deuxième pays au monde, après la Tunisie, à confier la rédaction de sa Constitution à une assemblée strictement paritaire, et le premier à réserver dans un tel processus des sièges aux peuples originaires jusque-là réprimés, privés de toute reconnaissance sociale et politique, tenus à la marge de la participation politique.

Dimanche, pour accompagner l’ouverture des travaux de la Convention constituante, des milliers de personnes avaient pris part à des marches, dans les rues de Santiago.

Les manifestants ont été pris pour cible par les carabiniers, qui ont tenté de les disperser à coups de canons à eau. Les constituants présents n’ont pas été épargnés. Singulièrement visés : les représentants des peuples originaires.

Rosa Moussaoui Article publié dans l'Humanité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article