Ce lundi avait lieu l'hommage à Marius Chardon à Oullins et à la résistance cheminote

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Ce lundi avait lieu l'hommage à Marius Chardon à Oullins et à la résistance cheminote
Ce lundi avait lieu l'hommage à Marius Chardon à Oullins et à la résistance cheminote

Le devoir de mémoire est une tâche des cheminots d'Oullins en ce mois d'août.

77 ans après l'assassinat de Marius Chardon par les nazis d'Hitler, les cheminots syndicalistes CGT et communistes des ateliers d'Oullins, de la ville d'Oullins et des villes environnantes étaient fidèles et présents ce 9 août à la gare d'Oullins pour rendre hommage à Marius Chardon et à tous ses camarades engagés dans la résistance à l'occupant nazi dont beaucoup furent assassinés, déportés, torturés pour avoir accompli leur devoir.

C'est le camarade Christian Brun qui prit la parole et rappela les initiatives téméraires, courageuses prises par les cheminots d'Oullins pour résister à l'occupant et pour oeuvrer à la libération de la ville d'Oullins et du pays.

Il rappela comment les miliciens de Pétain associés aux SS du III èm Reich allemand menaient la chasse aux résistants, n'hésitant pas à les assassiner quand leur action devenait trop gênante à l'occupant et quand leurs idées devenaient une source d'espoir pour tous les résistants et tout notre peuple.

C. Brun rappela que 77 ans après c'est grâce à tous nos martyrs que nous sommes aujourd'hui un peuple libre et souverain, bien que dans la période présente les libertés et notre indépendance soient remises en cause par une politique toute entière dévouée au capitalisme et à la finance.

Il appela les présents à ne pas lâcher d'un pouce la bataille contre l'extrême droite, contre ses mensonges et ses idées nauséabondes. C'est l'engagement de la CGT, elle l'assumera en toutes circonstances.

Il appela, plus que jamais à être fidèles au combat de nos ainés pour sauvegarder notre souveraineté, nos libertés, la paix et dans le même temps agir pour le progrès et la justice sociale comme nos ainés l'ont fait avec le programme du CNR qui permit des avancées sociales et démocratiques incontestables, toujours remises en cause par le capital.

Pour conclure son intervention, il rappela que la fermeture des ateliers d'Oullins ne pouvait signifier pour la CGT la fin du devoir de mémoire. Il invita les participants à faire pression sur la direction de la SNCF et la ville d'Oullins afin que la stèle à la mémoire de Marius Chardon trouve sa place dans la ville afin que l'année prochaine et les années suivantes, nous restions fidèles à notre hommage aux cheminots résistants, à la résistance et à Marius Chardon.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article