Les talibans reviennent et l’Amérique continue à évacuer...

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

En ce qui concerne l’Afghanistan, l’administration Biden semble avoir calculé que le président ne souffrira pas politiquement de laisser derrière lui une guerre impossible à gagner.

En ce qui concerne l’Afghanistan, l’administration Biden semble avoir calculé que le président ne souffrira pas politiquement de laisser derrière lui une guerre impossible à gagner.

The Newyorker a un côté impertinent dans la manière dont il décrit l’art des États-Unis de se laver les mains devant la catastrophe qu’ils ont créée en Afghanistan comme sur toute la planète. Une telle incurie ne doit pas faire illusion, cette débâcle qui fait songer à celle du Vietnam ne les empêchera pas de poursuivre partout la même politique que celle qu’ils entretiennent en Asie, continuer à créer s’ils le peuvent les conditions permanentes d’une déstabilisation dont ils sont les auteurs.

Par quelle étrange fiction la presse la plus désinformée du monde celle de France peut-elle encore nous faire croire que les USA sont avec leurs vassaux les garants de la démocratie et de la paix.

Comment peut-on encore entretenir la fiction de “gouvernements défaillants ” comme Cuba et le Venezuela simplement parce qu’ils veulent conserver leur souveraineté ? (note intro et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

xxx

Le président Biden a dit très clairement cette semaine que nous sortirons d’Afghanistan, quoi qu’il arrive.

Par Susan B. Glasser12 août 2021

Au moins Joe Biden assume « Je ne regrette pas ma décision », a déclaré le président cette semaine, alors que capitale provinciale après la capitale provinciale en Afghanistan tombe aux mains des talibans tandis que le gouvernement afghan – porté par deux décennies de soutien américain – est visiblement en train de vivre l’effondrement post-américain prédit de longue date.

« Les dirigeants afghans doivent s’unir. Nous avons perdu des milliers de personnes, et subi des blessés, des milliers de membres du personnel américain. Les Afghans doivent se battre pour eux-mêmes, se battre pour leur nation », a déclaré Joe Biden mardi, faisant savoir aussi clairement que possible qu’il ne reviendrait pas sur sa décision de se retirer. L’Amérique en a enfin fini, définitivement, avec la guerre en Afghanistan après deux décennies, peu importe les conséquences.

Les mots de l’administration Biden face à ce désastre qui se déroule ont été d’un froid saisissant. Biden lui-même, normalement le plus empathique des politiciens, n’a pas abordé la tragédie humaine prévisible et prédite que sa décision d’avril de retirer les quelque trente-cinq mille soldats américains restant en Afghanistan a maintenant déclenché.

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a ajouté ses commentaires en blâmant l’armée afghane, que les États-Unis ont financée, entraînée, équipée et construite pendant vingt ans, pour son sort. « Ils ont ce qu’ils méritent », a-t-elle déclaré. « Ce qu’ils doivent déterminer, c’est s’ils ont la volonté politique de riposter. »

Le département d’État, pour sa part, a fait savoir qu’il faisait un ultime effort diplomatique pour convaincre les talibans que leur gouvernement serait un paria international s’ils prenaient le contrôle du pays par la force. Quelqu’un pense-t-il que cela les arrêtera?

Il y a, de toute évidence, un calcul derrière tout cela, qui est qu’après tout ce temps et avec plus qu’assez de reproches à faire aux deux partis, Biden ne souffrira pas politiquement de laisser derrière lui une guerre impossible à gagner.

Pour parler franchement, Washington croit fermement que les Américains ne se soucient tout simplement pas de ce qui se passe en Afghanistan. Les chiffres des sondages le confortent. Les politiciens des deux partis, à quelques exceptions notables près, ont généralement soutenu la décision de Biden ou du moins y ont acquiescé, ce qui leur laisse la possibilité soit de remettre en question l’exécution de Biden, soit simplement ne rien dire du tout. (voir Donald Trump, dont l’accord de sortie avec les talibans de Biden s’est totalement inspiré, malgré le non-respect par les talibans de ses dispositions. « Cela aurait dû être fait beaucoup mieux », a déclaré Donald Trump dans un communiqué jeudi, à propos du retrait. Bien sûr qu’il ne l’a fait.)

« Le sens général semble être: ‘Hé, regardez, nous avons dépensé beaucoup de sang et de trésors là-bas pendant vingt ans, nous avons fait beaucoup, il y a une limite à ce que n’importe quel pays peut faire’ », m’a dit Richard Fontaine, un ancien conseiller en politique étrangère du regretté sénateur John McCain qui dirige maintenant le Center for a New American Security. C’est tragique, mais ce n’est pas notre tragédie.

Alors que Fontaine et moi parlions jeudi, l’Associated Press a annoncé la nouvelle qu’Herat, la troisième plus grande ville d’Afghanistan et la porte d’entrée de l’ouest du pays, était tombée aux mains des talibans. Quelques heures plus tard, Kandahar, la deuxième plus grande ville d’Afghanistan et le berceau du mouvement taliban, était également tombée. Kaboul, la capitale, sera bientôt encerclée par les talibans, qui en quelques semaines ont pris le contrôle de douze des trente-quatre capitales provinciales du pays.

Au moment où vous lirez ceci, ce nombre pourrait bien être plus élevé. Jeudi après-midi, le département d’État et le Pentagone ont annoncé que l’armée américaine envoyait quelque trois mille soldats pour aider à évacuer une grande partie du personnel de l’ambassade américaine de Kaboul. Ironie amère de l’ironie – c’était à peu près le nombre de troupes américaines encore déployées en Afghanistan lorsque Biden a décidé de les retirer et peut-être d’assurer le gouvernement tombant aux mains des talibans en premier lieu.

Rien de tout cela n’a été une surprise, malgré le commentaire embarrassant de Biden le mois dernier selon lequel il était « hautement improbable » que les talibans « envahissent tout et possèdent tout le pays ».

Les hauts responsables du gouvernement américain savaient ce qui allait arriver, même s’ils espéraient mieux, ou du moins un plus de temps jusqu’à l’assaut des talibans – semblable à l’«intervalle décent » que Richard Nixon recherchait entre son propre retrait du Vietnam et la victoire inévitable du Nord sur le Sud. Ils n’étaient ni « désemparés » ni « délirants », comme me l’a dit une personne qui s’est récemment entretenu avec les conseillers de Biden au sujet de l’Afghanistan. Pour ceux qui y prêtaient attention, il y avait une fatalité sinistre aux événements de la semaine. Le Pentagone a averti chacun des quatre derniers présidents qu’un retrait brutal des États-Unis conduirait à une version de la débâcle militaire afghane à laquelle nous assistons cette semaine.

Pourtant, au cours des quatre mois qui se sont écoulés depuis l’annonce de la décision de Biden, j’ai été surpris par l’absence de débat et de discussion concrets sur les conséquences réelles du retrait. Pourquoi?

C’est difficile à dire avec certitude. Le calcul politique des deux partis en est au cœur, sans aucun doute, ainsi que le problème trop pressant de trop d’autres choses terribles qui se passent, avec la démocratie américaine en crise et une horrible vague de coronavirus en été. Mais les événements sur le terrain n’attendent pas Washington, et c’est la semaine où les conséquences ont commencé à se faire jour. Donc, la question doit être, et commence à être, posée: Que va-t-il se passer après cette catastrophe?

Il est beaucoup plus facile de ne pas poser cette question que d’y répondre; il est plus facile de continuer à plaider la question de savoir qui est à blâmer pour vingt ans et deux billions de dollars de guerre.

Pendant plus de deux décennies, il y a eu beaucoup, beaucoup de cycles : George W. Bush se désintéresse de l’Afghanistan parce qu’il a décidé d’envahir l’Irak à la place. Barack Obama se désintéresse de l’Afghanistan parce qu’il a décidé d’envoyer les troupes, mais a ensuite dit aux talibans exactement quand il les retirerait. Jusqu’au moment où Trump, désireux de mettre fin à la guerre mais sans cesse équivoque sur la façon de le faire, a conclu ce qui, selon la plupart des témoignages, était un accord terrible avec les talibans, en février 2020, les multiples crises à l’intérieur des États-Unis signifiaient que l’accord recevait peu ou pas d’attention dans un pays préoccupé par l’impeachment, une pandémie, et l’effondrement économique.

Biden lui-même a longtemps été sceptique quant à ce qui pourrait être accompli en Afghanistan, et quand Obama a débattu de la montée en puissance en 2009, Biden était du côté de ceux qui l’estimaient perdue. Cette fois, il a clairement fait savoir à son équipe qu’il ne s’inclinerait pas devant les généraux. Il a même maintenu en place le négociateur taliban de Trump, l’ancien ambassadeur en Afghanistan Zalmay Khalilzad.

En avril, passant outre les recommandations du Pentagone et les craintes de certains de ses conseillers, Biden a pris la voie politiquement opportune de déclarer que la « guerre éternelle » avait pris fin sous sa présidence.

C’est sûrement que Biden était d’accord avec Trump sur la manière dont le retrait semble avoir été organisé: si rapidement qu’il n’y avait aucun plan en place pour évacuer les vingt mille interprètes afghans qui travaillaient pour les États-Unis, et sans accords obtenus à l’avance pour les bases régionales à partir desquelles mener la mission antiterroriste que les États-Unis disent vouloir poursuivre.

Les forces américaines ont terminé leur retrait sans incident majeur, mais viennent maintenant les questions urgentes sans réponse: les talibans prendront-ils Kaboul par la force? Défileront-ils avant le vingtième anniversaire des attaques du 11/9, qui ont été planifiées et lancées par Al-Qaïda depuis l’Afghanistan, et qui ont déclenché la guerre américaine là-bas à l’origine? Y a-t-il encore une chance réaliste d’un règlement négocié entre le gouvernement afghan et les talibans pour empêcher une telle issue?

Lorsque j’ai parlé avec un haut responsable de l’administration Biden jeudi, telles étaient les questions sur lesquelles la Maison Blanche se concentrait, après une journée de mauvaises nouvelles qui ont clairement montré qu’il ne restait que de mauvais scénarios. « Il y a une possibilité tout à fait crédible d’une sorte d’accord impossible. Et je pense qu’il y a une possibilité tout à fait crédible que les talibans, surfant sur l’adrénaline et l’élan et tout ce qu’ils sont, entrent dans la ville violemment », m’a dit le haut responsable. "Ce sont deux possibilités crédibles, et nous devons être prêts pour les deux et fonctionner efficacement sur les deux voies. C’est ce que nous faisons avec notre déploiement, et c’est ce que nous faisons avec notre diplomatie."

Lorsque j’ai parlé jeudi avec des experts qui ont des décennies d’expérience afghane à eux deux au sujet des événements de la semaine, ils envisageaient des scénarios encore plus apocalyptiques pour ce qui pourrait arriver. « Est-ce que ce sera le Rwanda de Biden ? » a demandé une relation de longue date que j’ai rencontrée à Kaboul au printemps 2002, pleine de détermination à construire un État moderne et fonctionnel à partir des décombres post-talibans, post-9/11. Ou, peut-être, « Al-Qaïda /isis 3.0 »? Les possibilités, qu’il s’agit d’atrocités à grande échelle en matière de droits de l’homme ou d’un nouveau centre pour le terrorisme djihadiste international, sont sanglantes.

J’ai mentionné la crainte d’un « Al-Qaïda /isis 3.0 » à Peter Bergen, le journaliste et auteur qui vient de sortir « L’ascension et la chute d’Oussama ben Laden ». Bergen, qui a interviewé ben Laden dans les années dix-neuf-quatre-vingt-dix en Afghanistan et que j’ai rencontré là-bas lorsque j’ai été envoyé par le Washington Post pour couvrir la guerre immédiatement après les attaques du 11/9, m’a dit qu’il pensait que la catastrophe en Afghanistan était très similaire à la blitzkrieg isis en Irak qui a suivi le retrait des États-Unis en 2011.

« Le film est exactement le même », a-t-il déclaré. « C’est essentiellement le manuel de l’ei. » 

Que les talibans arrivent à Kaboul et qu’ils le veuillent, il est déjà clair que nous assistons à une guerre civile renouvelée et violente. Bref, a-t-il ajouté: « C’est un putain de gâchis. » Ce qui, à bien y penser, est une épitaphe assez juste pour toute cette triste affaire.

Article publié sur le blog Histoire et société de Danielle Bleitrach

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article