Vaccin : Big Pharma manipule le cours de la troisième dose 

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Vaccin : Big Pharma manipule le cours de la troisième dose 

Les laboratoires Pfizer, BioNTech et Moderna ont récemment renégocié leurs contrats avec l'Union européenne et augmenté les prix des vaccins contre le Covid.

Une hausse des prix s’inscrit dans la spéculation sur doses supplémentaires qui deviendraient nécessaires avec l’apparition des variants.

Selon le Financial Times, l’Union européenne s’apprêterait à payer plus cher les vaccins : 19,50 euros la dose pour Pfizer (contre 15,50 euros et 12 euros auparavant) et 21,50 euros pour Moderna (contre 19 euros).

En réalité, l’information est connue depuis des mois (lire notamment l’Humanité du 14 avril) : alors que les pays du Sud sont toujours privés d’accès aux vaccins, faute de levée des brevets, cette hausse des prix s’inscrit dans la spéculation sur les « troisièmes doses » qui deviendraient nécessaires avec l’apparition des variants.

Nous vous conseillons aussi cet article : Pourquoi Pfizer refuse de livrer ses vaccins à l'Argentine

La fin des essais cliniques sur la durée de l’immunisation

Une justification reprise, hier, par Clément Beaune, le secrétaire d’État aux Affaires européennes : « Il faut ne pas se faire avoir évidemment, mais avoir des contrats plus exigeants, avec des produits adaptés aux variants, probablement. »

L’ennui avec cet argument, c’est que, précisément, plutôt que d’adapter leurs vaccins, Pfizer et BioNTech viennent de mettre fin unilatéralement à leur vaste essai clinique sur la durée de l’immunisation en fonction des variants. Une manière, dans le doute, d’imposer des troisièmes doses et de gonfler encore leurs mirifiques profits.

Thomas Lemahieu  Article publié dans l'Humanité

Publié dans santé, Politique nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article