Pour les retraites, il faut une réorientation de l’argent autrement par Frédéric Boccara

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Pour les retraites, il faut une réorientation de l’argent autrement par Frédéric Boccara

Alors que le pouvoir macronien veut s’attaquer au système par répartition et faire reculer l’âge du départ, existe-t-il des alternatives ? Frédéric Boccara nous donne son point de vue.

"Avec le Covid, l’espérance de vie a connu un recul historique (une demi-année), l’état de santé s’est aggravé (retards de diagnostics, d’interventions…), l’appauvrissement s’est accru. Pourtant Emmanuel Macron envisage à nouveau de reculer l’âge de départ à la retraite, de même que Xavier Bertrand et Valérie Pécresse. C’est une folie… pour rassurer les marchés !

Faut-il pour autant ne rien changer ? Bien au contraire.

Le système est encore plus malade qu’hier du chômage et de la précarité, de la mondialisation néolibérale et de la financiarisation.

Avec la crise économico-sanitaire que nous vivons, on devrait encore mieux voir à quel point l’emploi, la formation et la sécurisation sociale de tous les moments de la vie sont décisifs ! Qu’on pense à l’énorme insuffisance d’emploi dans toute la filière santé (de l’hôpital à la production pharmaceutique, en passant par la recherche et la médecine « de ville »), aux déficits de produits industriels, à l’exigence écologique de transformer notre système productif.

C’est le travail efficace, la formation et les salaires qui permettent de développer les richesses qui financent et sécurisent le système de retraites.

L’aspiration grandissante à un nouveau mode de vie, à mieux maîtriser sa relation au travail, appelle une réforme progressiste du système de retraites. L’exigence de réforme est renforcée par le besoin d’organiser les transmissions entre générations, les solidarités entre elles, des modes de vie avec un temps de travail diminué, en lien avec l’aspiration de toutes et tous à se développer soi-même, à participer à la vie de la cité, de la jeunesse, à se former, à participer à la construction du monde.

Mais abaisser l’âge de la retraite, dégager des financements nouveaux, favoriser de nouvelles relations entre travail et activité hors travail (temps libre, retraite, formation, culture…) se heurtent à l’avidité du capital.

D’autant que le capital financier s’est encore gonflé durant ces deux années. Il réclame donc plus. Les nuages s’amoncellent pour une seconde lame antisociale que gouvernants et grand patronat vont tenter de reculer après la présidentielle.

D’où l’importance d’agir !

Il faut une réforme qui développe les points forts du système, poursuive l’œuvre à laquelle Ambroise Croizat a consacré son action.

Plus que jamais les six points de l’appel « Pour une réforme de progrès social et de civilisation » lancé au cœur du mouvement de 2019 avec une grande diversité de syndicalistes et intellectuels sont d’actualité :

  • faire contribuer les revenus financiers du capital des entreprises ;
  • entrer dans une autre relation avec les entreprises, avec un système de modulation à la hausse des cotisations employeur pour les entreprises qui taillent dans l’emploi, les salaires, n’appliquent pas la parité salariale ;
  • réexaminer pour les supprimer les exonérations de cotisations sociales ;
  • développer les services publics et dispositifs de sécurisation concernant le 4e âge, la perte d’autonomie, les départs progressifs d’emploi au profit des plus jeunes, etc. ;
  • mettre la démocratie au centre du système grâce à une gestion par les intéressés ;
  • unifier le système vers le haut (pénibilité, pensions, âge…).

La présidentielle ouvre l’occasion d’un débat dans le pays et entre forces de gauche, notamment sur le financement.

Sera-t-elle saisie ? L’expérience du « quoi qu’il en coûte » montre la puissance d’avances monétaires massives, leur réorientation radicale permettrait d’engager un progrès de la protection sociale.

Voilà une bataille unificatrice entre société et monde du travail pour une nouvelle identification"

Point de vue publié par l'Humanité

Publié dans Social, PCF, Protection sociale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article