La manifestation antisocialiste à Cuba s’évapore et se heurte à l’hostilité à New York…

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Le président cubain Díaz-Canel se joint au collectif Red Bandana lors d’un sit-in pour protester contre l’ingérence américaine à Cuba (Granma)

Le président cubain Díaz-Canel se joint au collectif Red Bandana lors d’un sit-in pour protester contre l’ingérence américaine à Cuba (Granma)

La manifestation antisocialiste à Cuba s’évanouit.

Depuis des mois, les opposants au gouvernement socialiste cubain appellent à des manifestations le 15 novembre. Archipelago, l’« initiative » dirigée par des activistes cubains, largement répandue sur Internet, où a été organisé ce qu’ils ont appelé une « Marche civique pour le changement » ou des manifestations « N15 », a promis d’inonder les rues de Cuba pour exiger la liberté politique – et un changement de régime.

Ces appels ont rapidement trouvé des amplificateurs aux États-Unis. La droite cubano-américaine, associée à une foule de membres sympathiques du Congrès – comme le sénateur de Floride Marco Rubio – a cherché à utiliser le trouble prévu pour mobiliser le sentiment anti-cuba.

L’espoir était que N15 verrait des manifestations encore plus importantes que celles qui ont eu lieu le 11 juillet de cette année. Les marches de cet été ont été parmi les plus grandes manifestations sur l’île depuis des décennies et elles étaient en grande partie en réponse à une récession économique provoquée par la pandémie et à des pénuries médicales concomitantes.

Les experts politiques et les politiciens américains pleins d’espoir ont vu dans les manifestations une occasion de fomenter encore plus de troubles. Les législateurs de Washington ont rapidement réagi en proférant des menaces de nouvelles sanctions et en redynamisant le financement – à hauteur de millions de dollars – pour des organes de presse et des organisations critiques à Cuba comme la « Fondation pour les droits de l’homme à Cuba » et la « Fondation commémorative des victimes du communisme ».

Ces actions, bien sûr, ont incité les responsables du gouvernement cubain à critiquer les États-Unis pour avoir délibérément provoqué des troubles dans leur pays. « Nous ne permettrons en aucun cas que l’agression permanente des États-Unis », a déclaré le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez, « génère des conditions de subversion interne ».

Les plans pour les manifestations « N15 » ont été réprimandés par Cuba et traités comme une tentative par une nation étrangère de fomenter des troubles. La réponse des États-Unis a été violente : « Le régime cubain démontre clairement qu’il n’est pas disposé à honorer ou à défendre les droits de l’homme et la liberté fondamentale des Cubains », a déclaré le porte-parole du département d’État, Ned Price, dans un communiqué de presse officiel publié le 16 octobre.

Les experts politiques ont prédit qu’une éruption politique de masse éclaterait à Cuba, et les responsables du gouvernement américain étaient de plus en plus optimistes sur la suite

Le matin du 15 novembre, cependant, les rues de Cuba ont été désertées par les manifestants anti-gouvernementaux. Au fil de la journée, la situation n’a pas changé et les médias pro-dissidents ont rapidement commencé à faire passer l’échec de la mobilisation comme un produit de la répression gouvernementale cubaine. Mais la réalité est que, contrairement aux manifestations du 11 juillet, qui ont recueilli un certain soutien populaire, les manifestations « N15 » étaient de nature totalement politique.

Alors que les manifestations du 11 juillet ont été produites par de véritables plaintes sur les pénuries, cette fois le groupe en ligne subversif Archipelago a demandé au peuple cubain de passer à l’étape suivante et de choisir entre le socialisme cubain et le capitalisme à l’américaine. Le résultat a été un consensus stupéfiant pour le premier : non seulement il n’y a pas eu d’action de rue de masse contre le gouvernement cubain, mais les rues étaient en fait remplies de contre-manifestants pro-gouvernementaux, qui ont enfilé des chemises rouges en soutien au socialisme et ont insulté les quelques dissidents qui se sont présentés.

Depuis juillet, Cuba a effectivement mis en œuvre une campagne de vaccination de masse et s’attaque à certains des pires effets du ralentissement économique du pays. Il s’est avéré que peu de gens voulaient renverser le gouvernement qu’ils voyaient travailler dur pour améliorer leur situation.

Néanmoins, la droite anti-Cuba aux États-Unis a tenu sa promesse, soulignant son soutien au changement de régime avec des manifestations dans les grandes villes américaines. Les voitures de la célèbre ville conservatrice de Miami « Little Havana » brandissaient des banderoles portant les mots « SOS Cuba » et « Patria y Vida ». À New York, dans une tentative manifeste d’intimidation, un petit groupe s’est rassemblé devant le consulat cubain. En face d’eux se trouvait une contre-manifestation de la coalition exprimant sa solidarité avec le peuple cubain.

Les chants « Cuba sí, bloqueo no ! » et « El pueblo unido jamás será vencido ! » se sont heurtés aux cris de « Libertad ! » et aux jurons moqueurs de la droite. Les demandes de changement de régime se sont affrontées aux demandes de solidarité internationale et la fin de la sanction inhumaine que Cuba subit depuis des décennies.

Alors que Cuba restait calme, le trottoir de Lexington Avenue à Manhattan est devenu un champ de bataille idéologique. Les contre-manifestants, de tous les horizons, de races, de sexes et d’âges différents, représentaient en miniature la grande diversité de la classe ouvrière multiraciale des États-Unis et montraient que la lutte pour la solidarité internationale était unificatrice.

Val Abello, porte-parole de la Ligue des jeunes communistes de New York, a appelé Biden à tenir sa promesse de campagne de renouer des relations diplomatiques avec Cuba et a exigé que le Congrès rejette ce qu’il a appelé « la résolution impérialiste 760 », la déclaration encourageant les manifestations antigouvernementales à Cuba.

Abello a exigé que l’administration Biden « cesse de soutenir – à la fois financièrement et politiquement – les dissidents cubains » et cesse de traiter la souveraineté des autres nations comme jetable.

En contraste frappant avec les appels à l’intervention antidémocratiques et bellicistes émanant de Washington, les contre-manifestants de New York ont défendu les valeurs de l’internationalisme et du respect de la souveraineté, exigeant que le gouvernement américain cesse de s’ingérer dans les affaires intérieures de Cuba et cesse son blocus illégal.

K. Gandakin

Publié sur People’s World,le 17 novembre 2021.

Les JC se rassemblent devant l’ambassade de Cuba à New York (Maicol David Lynch).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article