Valence Drôme : rassemblement à la préfecture contre les hausses des énergies et l'emploi

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Valence Drôme : rassemblement à la préfecture contre les hausses des énergies et l'emploi
Valence Drôme : rassemblement à la préfecture contre les hausses des énergies et l'emploi

La Fédération du PCF a organisé le 3 novembre en soirée, un rassemblement à la préfecture de la Drôme pour porter sous la forme de motion remise au préfet les exigences des salariés et citoyens de la Drôme quant aux factures des énergies et l'emploi.

Ci-dessous la motion reprise par Jean Marc Durand secrétaire départemental de la Fédération de la Drôme du PCF dans son intervention au rassemblement.

XXX

 

MOTION DEPOSEE à la PREFECTURE de la DROME à Valence.

 

Précarité de l’emploi, Vie chère, Salaires de misère, çà suffit !

Impossible à cet instant d’ignorer cette triste réalité qu’est pour des millions de foyers et de citoyens.ennes la hausse des prix de l'énergie, en particulier du gaz, + 57% depuis le 1er janvier, celui de l’électricité qui a augmenté de 10% en 2020 et augmentera de 10% début 2022 et celui des carburants.

Pendant ce temps-là « Total Energies » annonce un bénéfice net multiplié par ...23 sur un an, soit 4,6 milliards au 3e trimestre contre 202 millions au même trimestre 2020.

Le 23 septembre 2021, Fabien ROUSSEL Député, Secrétaire national du PCF interpelait le Président de la République, lui demandant de bloquer les prix de l'énergie, car ce sont des décisions politiques qui organisent la hausse. La principale raison, dont les grands médias ne parlent pas, c'est la « libéralisation » de l'énergie, devenue ''marché'' en Europe où la spéculation gagne, aggravée par la marchandisation de la ''taxe carbone'' autrement dit du ''droit à polluer'' pour les entreprises.

Cette libéralisation a été orchestrée par la ''Commission Européenne'' avec la caution de tous les gouvernements successifs. L'Europe est dépendante à 77% des importations de gaz, la France, à 99%. Au lieu de choisir de s’émanciper de cette dépendance en travaillant d’autres sources d’énergie l’Europe a décidé d’aligner le prix de l’électricité sur celui du gaz sur à son coût sommital sur le marché spéculatif. C’est particulièrement grave pour un pays comme la France qui est quasi auto-suffisante en production d’électricité grâce à ses barrages et à ses centrales.

S’ajoute qu’en France, nous disposons de gigantesques cavités souterraines, en particulier dans la Drôme dans les couches salines de Tersanne, Hauterives,...) pour stocker le gaz lors des périodes de bas coûts. Pour les besoins de la spéculation, ENGIE, issue de la privatisation de GDF, n'a pas rempli ces stockages qui ''avant'' régulaient lors des périodes de hausses. Une démonstration s’il en fallait une qu’Engie ne pense pas que le prix du gaz va baisser demain !

Quant à l’électricité, La logique ultra libérale ''européenne'' d’ouverture du marché a conduit à la création de pas moins de 48 ''fournisseurs '' d’électricité ''alternatifs'' dont par exemple Total Energie, concurrents d'EDF. Ils ne produisent pas ou très peu d'électricité. Ils l'achètent au ''prix de gros'' sur le marché national et la revendent plus cher au ''consommateur final'', vous. Mais ils en achètent aussi sur le marché européen à un prix bien plus élevé. Afin qu’ils restent compétitifs la commission de régulation de l’énergie oblige EDF à augmenter ses prix….

La loi NOME de Sarkozy a contraint EDF à vendre 25% de sa production nucléaire à ses concurrents à 42€ le Méga Watt (MW) que l'entreprise publique produit en moyenne à 49 €, donc à perte. Perte qu'EDF doit compenser en augmentant le prix du KW de l'usager domestique, vous.

Cerise sur le gâteau, la CSPE (Contribution au Service Public de l'Electricité) au dos de votre facture, c'est le SURcoût de la rente à l'électricité renouvelable du capitalisme vert, de plus soumise à la TVA à 20%. Coût pour les usagers de l'électricité 10,8 milliards d'euros.

Carburants :

Les prix de l’essence et du gazole s’envolent atteignant des sommets. La cause principale, la spéculation sur le pétrole. C’est une pression supplémentaire sur le budget des ménages. Il faut stopper cette dérive.

Le PCF propose que nous exigions ensemble :

  • Des mesures immédiates :

  1. La réduction de la TVA de 20% à 5,5% sur la consommation domestique de gaz (y compris en bouteilles) sur celle de l'électricité et de l'abonnement.
  2. Le retour de la CSPE à son taux d'origine (pour financer la seule « précarité énergétique » et d'y supprimer la TVA (taxe sur une taxe).
  3. TICPE: instaurer un seul taux national. Supprimer la TVA appliquée sur cette taxe. Plafonner son produit à celui de l’année N-3 qui ne peut être supérieur à ce qu’il serait au terme de l’année en cours. La différence serait remboursée par une réduction de l’IR.
  4. Taxer les SURPROFITS de Total et des multinationales des hydrocarbures à 33%.
  5. Supprimer l’obligation faite à EDF de fournir à bas prix l'électricité nucléaire à ses concurrents.
  6. De relancer la construction de réacteurs nucléaires qui fournissent « tous temps » et offre une production pilotable dans un mixe énergétique à développer au sein d’un nouveau service public de l’électricité et du gaz soucieux des enjeux de sécurité, de la recherche et de l’indépendance énergétique.
  • Des mesures sur la durée :

Le PCF appelle à une politique sociale audacieuse. Il faut changer ce système qui jette au chômage ou dans la précarité de revenu des millions de femmes et d’hommes.

L’urgence est de sortir les citoyens de la précarité et de l’insécurité sociale, c’est le cœur du projet communiste. Pour cela nous proposons :

  • Une politique de l’emploi qui vise à sécuriser l’emploi de toutes et de tous en proposant de bons salaires, en formant les salariés pour leur donner de vraies qualifications et les rendre aptes à affronter les défis de la révolution informationnelle, des nouvelles productions écologiques et d’une nouvelle citoyenneté à l’entreprise comme à l’extérieur. 

  • La formation est au cœur de cette évolution, plus personne ne connaîtrait le chômage et la précarité. Elle permettrait de passer d’un emploi à un autre pour des raisons d’évolution des process de travail ou par choix personnel. Géré par un grand service public de l’emploi ou de la formation la nouvelle institution que nous proposons et que nous appelons SEF (un projet de l’envergure de celui qu’était la sécurité sociale en son temps) porte un nouveau projet de société sortant le marché du travail des griffes du patronat et permettant à chacun.e de passer à un nouveau stade de l’évolution humaine pour une civilisation de tous et de toutes par chacune et chacun.

C’est tout le sens de la démarche du Pcf pour laquelle il appelle à un rassemblement national auquel appelle le PCF le 21 Novembre à 12 heures, à Paris Place Stalingrad à Paris.