Covid-19 : Passe-passe par Stéphane Sahuc

Publié le par Front de Gauche Pierre Bénite

Covid-19 : Passe-passe par Stéphane Sahuc

Cohérence et protection ne sont décidément pas les maîtres mots du premier ministre et du président de la République. Eux préfèrent équilibrisme et élections.

Autrement, comment comprendre les annonces de Jean Castex ? On peut prendre le métro pour aller travailler, mais un jour sur deux. On doit s’asseoir dans les cafés, mais pas dans les bus… Et, cerise sur le gâteau, pas d’obligation vaccinale, mais un passe vaccinal sans lequel rien n’est plus possible.

L’exécutif joue les funambules en pariant que la dangerosité d’Omicron restera au niveau actuel. Dans la dernière ligne droite avant la présidentielle, le locataire de l’Élysée est bien décidé à ne prendre aucune mesure qui puisse le rendre trop impopulaire. Reste que la situation sanitaire l’obligera peut-être à passer à la vitesse supérieure dans quelques semaines.

Ces fêtes sous Omicron montrent que le vrai problème est de nature structurelle.

Malgré les promesses du Ségur, en pleine pandémie, des milliers de lits d’hôpitaux ont été fermés. La revalorisation des métiers de santé se fait toujours attendre. Les démissions en cascade compliquent encore la situation. Au point qu’il est presque devenu banal que des soins soient repoussés faute de lits ou de bras. La logique comptable à l’œuvre depuis des années, qui se traduit par les fermetures de « petits » hôpitaux ou de services, a fragilisé l’ensemble du système de soins.

Dans la même logique, le démantèlement de la médecine scolaire prive la collectivité de la capacité de tester massivement les enfants dans les écoles. Et peut-être bientôt de les faire vacciner dans le milieu scolaire pour désengorger les centres de vaccination qui manquent déjà de bras alors qu’une possible 4e dose se profile.

Le Covid est un terrible révélateur de l’inanité du néolibéralisme tant sur le plan économique qu’idéologique.

Là où l’on promouvait la seule responsabilité individuelle, où l’on divisait la société entre « ceux qui réussissent » et « ceux qui ne sont rien », où seul comptait la liberté des forts, la crise sanitaire démontre que les sociétés humaines ont besoin de collectif, de solidarité et de services publics.

Editorial de Stéphane Sahuc Publié dans l'Humanité